Mario Landerman

Mardi 9 décembre 2014

par Mario Landerman

ArtsDanse

Casse-Noisette

Casse-Noisette : Un ballet festif des plus réussis


Vous aimez le ballet?  Si oui, vous tombez bien.  Pour la saison des fêtes, nous sommes habituellement plus gâtés en cet art qu’à d’autres périodes de l’année.  Bien entendu, il y a l’incontournable Casse-Noisette des Grands Ballets Canadiens, qui revient à chaque année.  Mais depuis quelques années, on voit de nouvelles compagnies de ballet faire leur place au soleil.  C’est le cas de la compagnie Ballet Ouest de Montréal, qui propose une bien séduisante alternative à l’offre grandiose des Grands Ballets.


Le Casse-Noisette de Ballet Ouest mise sur des aspects humoristiques pour attirer le public, et ça fonctionne.  Dès que nous prenons nos places, à la salle Pierre-Mercure, nous sommes envahis par des petits rats bien mignons, qui se promènent en faisant force pitreries.  Le ton est alors donné; ce ballet sera sous le signe de l’humour.  Même les simples annonces de mise en début de spectacle (fermer le cellulaire, déballer bonbons et fromage) prennent la forme d’une jolie comédie avec un contingent de nos rats de ballet.


Le ballet lui-même, à part quelques détails, n’a rien à envier à celui qui se déroule quelques rues plus loin à la Place des Arts.  Les différences les plus notables viennent de la musique, qui n’est pas performée par un orchestre, et l’emploi judicieux de bandes vidéo pour donner plus de profondeur, de grandeur et de magie à l’ensemble.


Un aspect de ce ballet que j’ai aimé énormément, c’est l’emploi de ballerines qu’on pourrait qualifier de « taille plus ».  Il est rafraîchissant  de constater qu’une compagnie de ballet surfe par-dessus les vagues des préjugés, et n’hésite pas à donner des rôles intéressants à tout le monde, peu importe leur apparence physique.  Et il ne s’agit pas de rôles effacés, en toute dernière ligne, mais bien d’apparitions importantes et bien vues du public.  Juste cet aspect amène cette compagnie de ballet un cran au-dessus de bien d’autres, plus en vue.  Un coup de chapeau au directeur artistique, Claude Caron, pour faire preuve d’autant d’audace.


Les costumes, magnifiques, mettent bien en valeur les divers tableaux.  Ces créations de Victoria Inkster, Caroline Rivard et Marie St-Amour rehaussent le ballet par leur splendeur.


Les danseurs


Le premier acte est bien entendu dominé par une poignée de personnages, à la tête desquels on retrouve Clara et Fritz, interprétés par Thea Makdessi et François Gagné.  Évidemment, Clara recevra son casse-noisette des mains du mystérieux Drosselmeyer, incarné par Alexander Richardson.


La nuit venue, Clara découvrira la maison envahie par des petits rats.  Un duel s’ensuivra entre le casse-noisette, lequel a pris vie, et le Roi des Rats.  Les deux duellistes sont respectivement  Mateo Picone et Andrew Barkman.  À l’issue du duel, l’enchantement du casse-noisette sera rompu, et le prince se dévoilera aux yeux de Clara.  Le fils  de la Fée Dragée et du Prince Orgeat prend les traits du danseur Loïc Stafford Richard.


Le second acte est une suite de ballets et de danses divers, offerts en spectacle aux yeux de Clara et du prince.  Encore une fois, les aficionados de ce ballet seront en terrain connu.  Mais l’humour, qui n’est jamais trop loin dans cette produc tion, prendra parfois des tournants inattendus.  Un bon exemple en est la danse des Gingembre confits chinois.  C’est définitivement la partie du spectacle où les costumes de danse et de ballet en mettent plein la vue.  Et ne manquez surtout pas la danse survoltée des Paskha russes.  Raquel Lanziner et surtout Eddy Jesus Mijales Sanchez font de leur numéro un des moments les plus emballants de cette partie.


Il est dommage que ce ballet n’est disponible que pour deux jours seulement.  Cependant, il y a fort à parier qu’il reviendra aux fêtes 2015.  Certains argumenteront que le Casse-Noisette de Fernand Nault est le seul spectacle à voir.  Ils passeront alors à côté d’un bien bon moment avec une production digne de rivaliser avec l’offre des Grands Ballets Canadiens.

 

 

Casse-Noisette
Chorégraphié et mis en scène par Claude Caron


Les 6 et 7 décembre 2014
Salle Pierre-Mercure du Centre Pierre Péladeau
Horaire des spectacles
6 décembre : 14h et 19h30
7 décembre : 14h


Musique par P. I. Tchaikovsky
Costumes par Victoria Inkster et Marie St-Amour
Multimédia par Jerome DeLapierre
Éclairages par Jonathan Morin
Décors traditionnels par Jean-Claude Olivier
Peinture scénique-menuisier décors par Jean Bergeron et Angela Rassenti
Accessoire mécaniques par Michel Livernois
Casse-Noisettes par Alain Jenkins


Pour en savoir plus : http://balletouest.com/saison-2014-2015/casse-noisette/


Photo : Courtoisie de Ballet Ouest