Mario Landerman

Mardi 24 septembre 2013

par Mario Landerman

ArtsExpositions

Chihuly

Chihuly : Un "uni-verre" fantastique!


Jusqu’au 20 octobre 2013, on trouve au Musée des Beaux-Arts de Montréal l’exposition consacrée à Chihuly.  Les créations de verre de cet artiste vous jetteront par terre, c’est garanti!


Dale Chihuly est un artiste du verre, qui a intégré le gigantisme à cet art.  Là où certains se contentent de souffler des vases, magnifiques certes mais petits, Chihuly conçoit de merveilleuses forêts de verre, où des formes organiques géantes rivalisent de beauté avec la nature. 
Né en 1941, Dale Chihuly étudia l’architecture et le désign intérieur à Seattle, plus précisément à l’Université de Washington.  On retrouve sans doute là les fondations de son art, même s’il développa un intérêt marqué pour la fusion du verre.  Il expérimenta pendant plusieurs années avec ce médium, tout en étudiant le soufflage du verre avec Harvey Littleton, à l’Université du Wisconsin, et la sculpture de cette matière à l’École de désign de Rhode Island.  Il fut le premier américain à travailler à la manufacture de verre Venini sur l’île de Murano à Venise.  Il en ressort une élégance certaine dans ses œuvres.


Depuis le milieu des années 80, Chihuly travaille principalement à Seattle, où il a fondé le Studio et l’Atelier Chihuly.  Une armée de souffleurs, d’ingénieurs, d’architectes, d’installateurs travaillent de concert avec le maître afin de produire des œuvres toujours plus grandioses.


De nombreuses expositions lui ont été consacrées.  Mentionnons seulement Chihuly over Venice (1995-96), ou encore Garden Cycle (2001-12), sans oublier bien sûr l’exposition en cours à Montréal.


D’ailleurs, dans le contexte de cette exposition, le Musée des Beaux-Arts de Montréal a produit la première publication en français consacrée à l’œuvre de Dale Chihuly, que vous pourrez vous procurer à la boutique du Musée.


L’exposition


L’exposition en cours au Musée saisit d’emblée par sa beauté, et par la qualité de ses éclairages.  En effet, bien que la plupart des pièces semblent irradier une lumière intérieure, le tout est le fruit de savants éclairages bien dirigés afin d’obtenir des effets superbes.  Seule, la Forêt de Verre #6 bénéficie de son propre éclairage interne, puisqu’il s’agit, à la base, de lampes au néon.  Curieusement, malgré une superbe mise en valeur, cette création particulière m’a laissé de glace.  À mes yeux, cette création, parmi les plus anciennes de Chihuly, se fait ravir la vedette par d’autres œuvres de l’exposition.

 

Mille Fiori


Mais le reste…on demeure estomaqués devant tant de beauté créée par des moyens humains.  Ce qui à mes yeux constitue le point central de l’exposition, Mille Fiori, est une forêt peuplé des plantes les plus étranges, mais également tellement belles, qu’on souhaiterait s’y promener.  On y revient sans cesse, car elle fourmille de détails qui nous échappent lors d’un premier examen.

 

Mur Persan

Roseaux Turquoise


À l’entrée de l’exposition, vous êtes accueillis par un jardin de fleurs mural, le Mur Persan.  Lui faisant face, une forêt de roseaux turquoise dont la richesse de la couleur est mise en valeur par les éclairages, une première instance des merveilles qui nous attendent.

 

Plafond Persan


Dans une autre pièce, vous trouverez le Plafond Persan, où vous n’aurez pas assez de vos deux yeux pour tout voir.  C’est là qu’arrive mon premier bémol sur l’exposition, et il s’adresse aux installateurs : ce n’est pas bien de casser des œuvres d’art!  En effet, il est triste de constater que deux ou trois des centaines de pièces qui composent ce plafond sont brisées.  Je comprends cependant qu’il est difficile de retirer les pièces cassées une fois l’exposition montée.  Mais ça provoque une distraction des moins bienvenues.

 

Chandeliers et Tours


On passe ensuite dans une salle où nous attendent les Chandeliers et les Tours.  De superbes pièces, encore une fois brillamment éclairées.  Celle couleur de rubis rappelle une grappe de raisins, tandis qu’une autre m’a rappelé la chevelure de la Méduse.  Et on reste figés devant ces œuvres qui semblent n’avoir ni début, ni fin.  Mais le meilleur est à venir…

Mille FioriMille Fiori


Mille Fiori, dont j’ai déjà parlé, mérite à elle seule plusieurs visites.  À mon avis, il s’agit là de la plus belle pièce de l’exposition.  Superbement mise en valeur, on a parfois presque envie de cueillir une de ces « plantes » pour la ramener avec soi.  Chose à ne pas faire, bien sûr, mais la tentation est ô combien là!


Les barques, dans la pièce suivante, semblent presque un anticlimax à la suite de la beauté de Mille Fiori.  Mais dans ce cas-ci, la couleur domine le tableau, offrant aux gens les énormes capacités de coloration du verre.  L’effet est très ressemblant à une nature morte.  Une beauté différente, mais beauté tout de même.

 

Forêt de Macchia

Forêt de Macchia


Après la Forêt de Verre #6, dont j’ai parlé plus haut, on passe dans un jardin de fleurs appelé Forêt de Macchia.  Cette forêt comprend plusieurs corolles, qui semblent irradier d’une lumière intérieure.  Encore une fois, chapeau aux éclairagistes de cette exposition, qui ont su tirer le meilleur parti des spots afin de mieux faire ressortir la beauté des œuvres.  Nous sommes bien surpris de découvrir justement que ces œuvres n’offrent aucun éclairage interne.  Mais telle est la magie de l’univers de Chihuly.

 

Mur Persan


Et c’est tout.  On revient au point de départ de l’exposition.  Et en cela on trouve mon second bémol : cette dernière est trop courte.  Je comprends fort bien que des contraintes d’espace puisse limiter le choix des pièces, ou le nombre de celles-ci, mais on sort de l’exposition avec une vague impression de déception, car pour ma part, je me serais promené toute la journée dans ce bel « uni-verre » qui semble hors de l’espace et du temps.  Malgré les bémols, à voir absolument!

 

 

Jusqu’au 20 octobre 2013, au Musée des Beaux-Arts de Montréal, pavillon Michal et Renata Hornstein.
1380 rue Sherbrooke ouest
514-285-2000


Pour en savoir plus : www.mbam.qc.ca/chihuly


Les mardis, jeudis et vendredis, de 11h à 17h
Mercredis, de 11h à 21h, à demi-prix de 17h à 21h
Fermé les lundis.


Billetterie
514-285-2000, du lundi au vendredi, 11h à 17h
Ou en ligne : www.mbam.qc.ca/chihuly


Des visites guidées gratuites avec le billet de l’exposition sont disponibles jusqu’au 5 octobre 2013 : les jeudis à 13h30 et 15h, et les samedis à 11h.  Un guide audio est disponible en français au coût de cinq dollars, vous donnant des commentaires en coulisses et des extraits d’entrevues.

Photos : Mario Landerman