Mario Landerman

 

Lundi 21 mars 2016 (Mise à jour 22 mars 2016)

par Mario Landerman

Cinéma

La Passion d'Augustine

Gala du cinéma québécois : des allures de funérailles

Qui d’entre vous a regardé le Gala du cinéma québécois, dimanche soir, sur les ondes de Ici Radio-Canada ? 


Il n’y a pas à dire, au Québec, on l’a, l’affaire !  Prenez un milieu du cinéma en émoi après le scandale Claude Jutra, qui prêtait son nom aux galas et trophées du passé, on efface tout, et on recommence.  Nouveau nom du gala et nouveaux trophées, bien que temporaires, tentent de faire oublier les frasques pédophiles du cinéaste.  À mes yeux, c’est échec sur toute la ligne.


Un gala qui avait des allures de veillée funèbre.  Qui enterrait-on?  Assurément pas Claude Jutra, lequel repose en paix (relative) depuis déjà 30 ans.  De plus, l’homme est voué à la vindicte publique.


En regardant le gala d’hier, je me suis demandé si on n’enterrait pas plutôt le cinéma québécois?  Je me demande ce que certains réalisateurs ont dû penser.  Travailler comme un malade pour une aussi petite reconnaissance ?  En effet, le gala par moments avait des allures de fête de famille forcée.  Le genre qu’on se sent obligé d’aller, sachant par avance que ce sera d’une grande platitude.


Le gala était animé par Pénélope McQuade et Stéphane Bellavance, lesquels ont fait du mieux qu’ils pouvaient avec des textes visiblement réécrits pour l’occasion, laissait une impression négative dès le départ.  Cette idée de vider la question Jutra était peut-être bonne sur papier, mais donnait un ton de malaise qui a laissé son empreinte toute la soirée.  Je félicite l’organisme Québec Cinéma, derrière ce gala, pour affronter la question d’emblée et d’aller de l’avant.  Mais le résultat fut aux antipodes de celui escompté.  C’est à se demander s’il n’avait pas mieux valu sauter une année complètement, ou encore faire un gala hors d’ondes, plutôt que cet effort raté. (NDLR : Aux dernières nouvelles, le gala a recueilli moins de téléspectateurs que l’année dernière.)


Ajoutez à cela qu’un des courts métrages en nomination dans le gala s’intitule Le Pédophile, et un numéro qui se voulait humoristique avec des jouets pour annoncer les acteurs.  Pas très heureux comme trouvaille.  C’aurait peut-être mieux passé dans les mains d’humoristes, ce que les deux animateurs ne sont pas. 

Celine Bonnier


Pour couronner cet échec, le trophée.  Sur les réseaux sociaux, les comparaisons fusaient de toutes part.  En voici quelques-unes, en vrac : boîte de bouteille de parfum, boîte de bouteille de vin, urne funéraire, pierre tombale, boîte de chocolats, bloc de ciment, boîte de trophée (où un spectateur croyait qu’il fallait l’ouvrir pour en retirer le trophée!).  Le blâme est à porter à l’équipe qui a dessiné ce dernier.  Il y a moyen d’avoir une apparence épurée sans tomber dans le minimalisme à outrance.  Mais jugez-en par vous-mêmes.  ZoneCulture sur Facebook accepte vos commentaires à ce sujet, en autant que ces derniers demeurent polis.

 

Trophee


Un très mauvais accueil à une année parsemée de bons films québécois.  Sans surprise, La Passion d’Augustine est repartie avec six trophées.  Et ce fut l’occasion d’un autre malaise, dans une soirée qui en était débordante.  Léa Pool, la réalisatrice du film, n’a pu placer un seul remerciement, le micro étant accaparé par la productrice du film.  J’invite ceux qui n’ont pas encore vu ce film à le faire, car c’est une partie de notre histoire qu’on y dépeint.  Nous avons publié une critique du film que vous trouverez ici : http://zoneculture.info/Cinema/cin_la_passion_augustine.html

 

Paul a Quebec


Sans plus tarder, voici les lauréats de la soirée :

 

Les lauréats du GALA DU CINÉMA QUÉBÉCOIS 2016 :

PRIX HOMMAGE
François Dompierre

MEILLEUR FILM
La Passion d'Augustine-Léa Pool (Lyla Films - Lyse Lafontaine, François Tremblay)

MEILLEURE RÉALISATION
Léa Pool - La Passion d'Augustine

MEILLEUR SCÉNARIO
Alexandre Laferrière, Maxime Giroux - Félix et Meira

MEILLEURE ACTRICE
Céline Bonnier - La Passion d'Augustine

MEILLEUR ACTEUR
Gilbert Sicotte - Paul à Québec

MEILLEURE ACTRICE DE SOUTIEN
Diane Lavallée - La Passion d'Augustine

MEILLEUR ACTEUR DE SOUTIEN
Irdens Exantus - Guibord s'en va-t-en guerre

MEILLEURE DIRECTION ARTISTIQUE
François Séguin - Brooklyn

MEILLEURE DIRECTION DE LA PHOTOGRAPHIE
Yves Bélanger - Brooklyn

MEILLEUR MONTAGE
Richard Comeau - Guibord s'en va-t-en guerre

MEILLEUR SON
Raymond Vermette, Christian Rivest, Stéphane Bergeron, Guy Pelletier, Julie Dufour - La Guerre des Tuques 3D

MEILLEURS COSTUMES
Michèle Hamel - La Passion d'Augustine

MEILLEUR MAQUILLAGE
Olivier Xavier - Turbo Kid

MEILLEURE COIFFURE
Martin Lapointe - La Passion d'Augustine

MEILLEURE MUSIQUE ORIGINALE
Martin Léon - Guibord s'en va-t-en guerre

MEILLEUR LONG MÉTRAGE DOCUMENTAIRE
Ouïghours, prisonniers de l'absurde - Patricio Henriquez (Macumba média - Patricio Henriquez / ONF - Colette Loumède)

MEILLEUR COURT OU MOYEN MÉTRAGE DE FICTION
Maurice- François Jaros(La Boîte à Fanny - François Jaros, Fanny-Laure Malo)

MEILLEUR COURT OU MOYEN MÉTRAGE D'ANIMATION
Autos Portraits- Claude Cloutier (ONF - Julie Roy)

FILM S'ÉTANT LE PLUS ILLUSTRÉ À L'EXTÉRIEUR DU QUÉBEC
Félix et Meira - Maxime Giroux (Metafilms - Sylvain Corbeil, Nancy Grant / Maxime Giroux)

BILLET D'OR - CINEPLEX
La Guerre des Tuques 3D - Jean-François Pouliot, François Brisson (CarpeDiem Film & TV - Marie-Claude Beauchamp / Les Films Séville - Patrick Roy)

 

 

Photos : Courtoisie de Québec Cinéma