Mario Landerman

Mardii 3 août 2010

par Mario Landerman

Livres

Accointances, connaissances et mouvances

Accointances, connaissances et mouvances : Vies en parallèle

 

Aimer un autre homme malgré l’homophobie, un handicap sévère ou une religion intolérante, tels sont les obstacles vécus par les personnages de l’auteur Denis-Martin Chabot


Dernier roman d’une quadrilogie qui comprend Manigances (2003), Pénitence (2004) et Innocence (2007), le tout forme un ensemble appelé Chroniques du Village


Le livre ouvre avec l’histoire de Marcel Cantin, un enfant devenu handicapé à la suite d’une cascade qui vire au cauchemar.  On suivra alors ce personnage pendant son adolescence tourmentée, puis en adulte qui finira par trouver l’amour.  Autour de Marcel évoluent de nombreux protagonistes : sa mère, surprotectrice, son oncle Alain, gai qui cherche à se refaire une vie parmi tout ce marasme, et le petit ami de ce dernier, François.


En parallèle, un adolescent algérien du nom d’Ahmed, voit dans la fuite de son pays et de sa religion la seule porte de sortie afin de se réaliser en tant qu’individu.  Un premier amour tragique, Saïd, sera le point de départ de cette quête qui mènera Ahmed jusqu’à Paris, pour aboutir à Montréal. 


Un couple de Nouvelle-Écosse, Lucie et Ginette, élèvent leur petit Patrick dans la maison familiale, malgré les absences de cette dernière, soldate en Afghanistan.  Les horreurs de cette guerre auront raison de Ginette et Lucie, qui verront leur couple dériver.


Il y a aussi ce Malien, Imonfri, dont la conscience ne peut plus supporter les crimes que la démence lui a fait commettre jadis.  Trouvera-t-il une forme de rédemption dans son retour à Montréal et dans les bras d’Alex?  Ce dernier, lui aussi hanté par son passé, lequel lui pèse de plus en plus, trouvera-t-il la paix?


Enfin, il y a Bertrand, l’acteur déchu, dont les amours ont toujours connu des fins tragiques.  Sera-t-il plus chanceux cette fois-ci, tant au niveau amoureux que professionnel?


Sous la plume intarissable de l’auteur, une savoureuse galerie de personnages secondaires gravite autour de tout ce beau monde.  Mais dans la plupart des cas, un lien, ténu, les unit : un certain Martin, tout aussi beau et parfait qu’il est fictif.


Denis-Martin Chabot explore des thèmes très intéressants dans ce roman, lequel s’adresse à tout le monde, malgré sa thématique gaie.  Et, nul doute que plusieurs, gais et hétérosexuels,  se reconnaîtront dans les situations décrites.  Que ce soit les raisons qui poussent un homme à s’inventer une identité fictive pour un site de rencontres, que celles qui poussent  à s’improviser justicier, lorsqu’on estime que la justice a mal été servie.  Ou encore celles qui expliquent la lente descente aux enfers dans la prostitution masculine.  L’homophobie y prend plusieurs visages, avec un crime à la Matthew Shepard dans le métro de Montréal, l’intolérance de la religion islamique, et même, quoique de manière plus nuancée, l’homophobie entre gais.


On suit toutes ces vies en parallèle, qui nous mènent à une conclusion inattendue, certes, dont l’inspiration ne sera pas étrangère aux amateurs de faits divers des dix dernières années.  On reconnaît d’ailleurs là la griffe du journaliste en l’auteur.  Car ses personnages évoluent autour de situations qui rappellent souvent de véritables événements, savamment déguisés.  Encore là, on suit le dénouement du roman en parallèle avec l’histoire des personnages, au moyen de très courts chapitres.


Ce roman est des plus enlevants.  On se retrouve déçu d’atteindre  la dernière page car on sent que ces personnages en ont encore long à raconter sur leur vie, et celle des autres protagonistes qui peuplent leur univers.  Peut-être une autre quadrilogie, monsieur Chabot? 

 

 

Accointances, connaissances et mouvances, Denis-Martin Chabot.  Éditions Popfiction, Collection Homonyme, 2010, 272 p.

 

Pour en savoir plus : http://www.editionspopfiction.com/francais/Collection-HOMONYME.php