Mario Landerman

Lundi 10 février 2014

par Mario Landerman

Arts

Braco Passion

Haine et passion pour un braquage sanglant : le roman qui se cherche?


Christophe Mayor est un auteur marseillais qui utilise de nombreux moyens créatifs pour faire la promotion de sa série de romans Braco Passion.  Des moyens d’autopromotion qui sont tout à son honneur, puisqu’il devient de plus en plus difficile de percer dans le domaine du livre en France.  Hors du best-seller, point de salut!


De nombreux auteurs adoptent de nos jours cette tendance de publier à leur compte.  Bien que cette pratique soit excellente, en ce sens qu’elle nous fait découvrir auteurs et livres intéressants considérés comme pas assez vendeurs par les conglomérats d’édition, elle apporte parfois quelques questionnements.  C’est le cas du roman dont je vais vous parler aujourd’hui.


La saga Braco Passion, c’est d’abord l’histoire de Sauveur, un homme constamment à la recherche d’argent frais.  Cette quête va le mener à planifier le braquage du siècle.  On suit le personnage principal dans sa planification détaillée, ainsi que le recrutement de ses comparses.  Au fil de l’intrigue, romances, haines, et autres passions vont mener le jeu, dépossédant peu à peu les principaux protagonistes de leur âme.


La violence de ce roman est presque érigée en vertu.  Bien que le lecteur fera la part des choses, il n’en demeure pas moins que même le vampire le plus assoiffé de sang finirait par faire une indigestion d’hémoglobine à cette lecture.  À cela s’ajoute certaines invraisemblances sur le personnage même de Sauveur. 


Comment un tel homme a-t-il pu s’improviser un tel stratège en matière de braquage, manipulant les passions des uns, calculant les moindres détails avec un cynisme qui s’accorde mal avec le peu du personnage qui nous est révélé par la lecture?  Il part de rien, et devient un expert du jour au lendemain.


Quelques pages additionnelles auraient au moins expliqué le cheminement de Sauveur tout en donnant une profondeur au personnage qui semble se mouvoir sur une glace bien mince.


Un roman qui n’est pas sans me rappeler furieusement le film, Dobermann de Jan Kounen, (France, 1997) basé sur un scénario de Joël Houssin.  En fait, les ressemblances entre le présent roman et ce film sont frappantes…et c’est alors que le déclic se fit en moi, à la lumière de certaines informations privilégiées.


Haine et passion pour un braquage sanglant est tout simplement un scénario de film, travesti en roman.  D’ailleurs, l’auteur ne s’en cache guère.  Son ambition est de réaliser un film avec ses personnages.  Il est d’ailleurs venu recruter des acteurs au Québec dans ce but. 


Pourquoi le roman alors?  Pour susciter l’intérêt pour le projet cinématographique.  Là comme pour l’ouvrage, produire un film coûte cher, et tous les moyens connus possibles pour en permettre la réalisation sont à considérer.  Christophe Mayor le sait et il promeut ses projets à travers les réseaux sociaux et les sites internet.


Tout cela est bel et bon, mais on ne peut s’empêcher, à la lecture du roman, de constater qu’il manque certaines informations pour offrir au lecteur un roman plus solide, moins dépendant du projet cinématographique.


Ceux qui aiment leurs histoires teintées d’un bel écarlate vont adorer la série Braco Passion.  Et c’est d’ailleurs à eux qu’on s’adresse. 

Mais bien des lecteurs se poseront des questions sur certains « blancs » dans l’histoire. 


Comme La Fontaine l’a écrit, «on ne peut contenter tout le monde… et son père.»


 

Braco Passion
Haine et passion pour un braquage sanglant
Christophe Mayor
Éditions Le Rocher
168 p.

Pour en savoir plus : https://www.facebook.com/christophe.mayor?fref=ts

http://www.christophe-mayor.com/