Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

Accueil Arts Multiples Arts Visuels Cinéma Livres Humour Musique Nostalgie
Télévision/
Radio
Théâtre Société Voyages/
Tourisme
Facebook Équipe Liens Contact
Mario Landerman
Lundi, 31 octobre 2011
par Mario Landerman

Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

 

Jacques Viger

Jacques Viger : Biographie d’un personnage haut en couleur

 

Qui, à Montréal, ne connaît la rue Viger?  Une rue qui comprenait, au moment de ma naissance, un très beau parc, ainsi que plusieurs édifices des plus intéressants.  Aujourd’hui, ces derniers sont soit disparus, ou en état lamentable.  Il n’en demeure pas moins que la rue doit son nom au tout premier maire de la ville de Montréal.


Jacques Viger, né en 1787 et éteint en 1858, fut ce qu’on pourrait appeler un personnage.  Bien qu’issu de la bourgeoisie, l’homme frayait dans tous les milieux, autant du clergé que de la politique.  Féru d’érudition, aucun champ d’expertise ne rebutait cet homme.  Il devait mettre toutes ses connaissances à profit plus tard, en tant que premier maire de Montréal en 1833.  Il deviendra aussi le premier président de la Société Saint-Jean Baptiste de Montréal un an après son accession à la mairie.  Il fut également le fondateur de la Société historique de Montréal, en 1858.


Un géant de par ses nombreux accomplissements, Montréal lui devra toujours une dette ineffaçable.  Il pava la voie à tous les grands maires qui allaient voir aux destinées de cette ville.


Sous la plume de Léo Beaudoin, un des fleurons moins connu de notre histoire locale revit, et on ne peut s’empêcher d’éprouver une certaine affection pour cet homme plus grand que nature, et même, à espérer retrouver bientôt un maire de ce calibre, pour une ville qui en a si cruellement besoin.


Membre de la Société historique de Montréal, dont il a été président de 1995 à 1997, l’expertise de l’auteur en matière d’histoire montréalaise est grande.  À la lecture de cette biographie fort détaillée, on ne peut hélas que faire la comparaison entre cet homme entier, et les pâles fantômes qui peuplent l’Hôtel de Ville depuis quelques années.


Comme il s’agit d’un ouvrage très fouillé, on pourrait s’attendre à se lasser rapidement d’une foule de détails redondants, notamment en bas de page.  Au contraire!  Léo Beaudoin sait pertinemment à qui il s’adresse, et son livre se veut accessible à un grand nombre de lecteurs.  Ces derniers feront la connaissance avec un homme hors du commun, comme il s’en fait rarement de nos jours.


Travaillant en duo avec  Léo Beaudoin, on retrouve Renée Blanchet, laquelle s’occupe de la correspondance entretenue par Jacques et Marguerite Viger.  Ces documents couvrent, entre autres événements, la guerre américano-britannique de 1812.  Cette dernière est l’auteure de plusieurs romans historiques et de collections de documents.


Ce livre est à recommander pour tous ceux qui ont à cœur l’histoire de Montréal.  Pour certains, il s’agira même d’une forme d’escapisme dans un meilleur monde, où un maire faisait beaucoup plus que de porter le titre!

 

 


Disponible dans toutes les bonnes librairies.


Jacques Viger Une biographie, de Léo Beaudoin et Renée Blanchet, VLB Éditeur, 2009, 272 p.

 

Pour en savoir plus : http://www.edvlb.com/Jacques-Viger-biographie/Leo-Beaudoin/livre/9782896490837

 

Vidéo : Mario Landerman

©2011, zoneculture.com--Tous droits réservés