Mario Landerman

Mardi 4 janvier 2011

par Mario Landerman

Livres

Séraphin illustré

Séraphin illustré : Les 400 coups frappent encore dans le mille!

 

On peut remercier le ciel qu’il y ait des gens comme Michel Viau, l’éditeur de Les 400 coups, pour préserver le patrimoine de la bande dessinée québécoise.  Bien avant Tristan Demers et son Gargouille, bien avant Réal Godbout et Red ketchup, Albert Chartier faisait parler de lui dans le domaine avec des personnages aussi truculents que divertissants.  On n’a qu’à penser à son Onésime, une référence encore aujourd’hui chez tous les amateurs de bande dessinées québécoises.


Ce grand dessinateur, qui a produit de tout au cours de sa carrière, autant des annonces que des illustrations de catalogues, fut aussi impliqué dans bien d’autres projets.  On n’a qu’à penser à Bouboule du journal La Patrie (1936-37), ou encore toute la production de dessins humoristiques pour divers magazines, allant de Radio-Monde à La Revue populaire, sans compter le strip Les Canadiens dans les années 60.  ZoneCulture a déjà fait une critique d’autres créations d’Albert Chartier, que vous trouverez ici.


Claude-Henri Grignon, dont la présentation n’est plus à faire, était à la même époque l’auteur le plus prolifique du monde entier, toutes catégories confondues.  Travailleur infatigable, écrivant n’importe où, dans n’importe quelle circonstance, on pourrait presque le soupçonner d’écrire dans son sommeil!  Et, à voir sa production totale, ça pourrait bien être vrai!


La rencontre du créateur de tout un pan de notre patrimoine culturel en la personne de Séraphin, Donalda, et le monde gravitant autour d’eux, et d’Albert Chartier fut prédestinée.


Le pamphlétaire et l’illustrateur s’unirent sur l’autel de la culture, et ce mariage donna le contenu de ce livre, Séraphin illustré, que présente fièrement Les 400 coups.


Toute la production de Séraphin dans le Bulletin des agriculteurs y est fidèlement reproduite.  Les deux périodes du personnage y sont couvertes.  D’abord la période s’étendant de 1951 à 1960.  Enfin la seconde, allant de 1960 à 1970.

 

BD Jour de l'an


Ces deux périodes sont différentes par moult détails.  La première se veut complémentaire à l’émission radiophonique de l’époque, et du film Un homme et son péché, dans lequel on retrouvait Hector Charland et Nicole Germain, en Séraphin et Donalda.  La seconde couvre la période de l’émission de télévision Les Belles histoires des pays d’en-haut, où on retrouvait dans leurs rôles respectifs Jean-Pierre Masson et Andrée Champagne.


Les deux auteurs travaillaient en étroite collaboration, ce qui a permis aux deux périodes d’offrir des histoires complémentaires aux émissions.  Le désign des personnages d’ailleurs s’altérera pour refléter les acteurs et actrices du film ou de la série télé.


Les histoires en elles-mêmes sont d’une page chacune, et offrent très souvent un clin d’œil humoristique sur le petit monde de Sainte-Adèle.  L’avarice de Séraphin y est très souvent matière à rigolade, et, contrairement à ce qu’on pourrait penser, reste étonnamment amusant, même aujourd’hui.  J’ai eu beaucoup de plaisir à suivre les péripéties de Séraphin, qui, pour sauver des sous, ne recule devant rien, pas même le ridicule!  Même Donalda, subserviente mais jamais insignifiante, a parfois son moment de gloire dans ces histoires.

 

 


Un travail minutieux a été fait pour réunir tout ce matériel d’archives, malheureusement éparpillé depuis la mort d’Albert Chartier, en 2004.  De nombreux collaborateurs se sont ainsi greffés au projet de Michel Viau, dont Pierre Grignon, filleul de l’auteur Claude-Henri, qui  signe la préface, et Rosaire Fontaine, collectionneur de passion et journaliste occasionnel.  Ce dernier a fourni quelques pièces afin d’utilement compléter les archives nationales du Québec, du Canada, et de la famille Chartier.


Le résultat final est un volume qui procure énormément de plaisir pour les amateurs de bonnes bandes dessinées québécoises.  Séraphin, personnage tristement légendaire, a une vie propre comme seule les grandes créations de l’imaginaire peuvent bénéficier.  Et ce livre vient encore ajouter à la légende de l’avare de Sainte-Adèle.

 

 

Séraphin illustré

Sous la direction de Michel Viau
É
ditions Les 400 coups, 2010
264p.

Pour en savoir plus : http://www.editions400coups.com/livres/seraphin-illustre
http://www.facebook.com/pages/Editions-Les-400-coups/129641703202

Photos : Web

Vidéo : Mario Landerman