Mario Landerman

Lundi 19 mai 2014

par Mario Landerman

Arts

Séraphin Nouvelles Histoires T2

Séraphin : Nouvelles histoires des pays d’en haut tome 2 : Vite! Le troisième, ça presse!


Au mois d’octobre 2013, je vous parlais du tome 1 de cette saga qui complémente de belle façon tout ce qui a déjà été publié sur Séraphin Poudrier, personnage si légendaire qu’on en parle encore au XXIe siècle.  Cette création de Claude-Henri Grignon défie le temps avec une aisance des plus étonnantes.


Monsieur Grignon naquit le 8 juillet 1894 à Sainte-Adèle, dans les Laurentides.  Son roman Un homme et son péché, devint une des œuvres littéraires parmi les plus connues au Québec.  Publié en 1933 et récompensé par le prix David en 1935, l’auteur sera, durant les années 40, le maire de son village natal. Également polémiste, il sera accepté en tant que membre de la Société royale du Canada en 1962, pour finalement recevoir l’Ordre du Canada en 1969.


Encore de nos jours, cet auteur demeure une figure emblématique du « régionalisme » dans la littérature québécoise.  Un homme et son péché introduisit à un public friand d’histoires à haute teneur morale, l’infâme avare Séraphin Poudrier et sa pauvre femme, Donalda.  Tout un univers de personnages pittoresques vinrent se greffer à ce noyau, pour faire des belles histoires une saga du terroir dont la popularité ne se dément pas, décade après décade.  Quel que soit le média, livres, télévision, cinéma, on y retrouve ce monde pas tellement éloigné du nôtre, de par les passions qui l’anime.


La genèse du présent livre (le second de trois) remonte aux années 50.  Un magazine féminin de l’époque, Bonnes Soirées, publié chez l’éditeur belge Dupuis, cherchait à prendre une couleur locale dans son édition canadienne et s’imposer à un lectorat féminin québécois.  C’est ainsi qu’on vit Claude-Henri Grignon, et son personnage de Séraphin Poudrier, devenir un des feuilletons réguliers de Bonnes Soirées en 1954.  Un succès immédiat qui ne s’arrêtera qu’en 1956, puisque l’auteur avait accepté d’écrire ce qui allait devenir un des téléromans emblématiques de Radio-Canada, Les Belles histoires des Pays d’en haut. Un collectionneur chevronné, Rosaire Fontaine, finit par proposer de réunir ces histoires oubliées dans un format accessible à une nouvelle génération de lecteurs. Travaillant en équipe avec Pierre Grignon, petit-neveu de l'auteur, nous pouvons ainsi nous délecter grâce à eux de "nouvelles" aventures sises dans le village de Sainte-Adèle.


Le livre


Tout d’abord, j’aimerais vous inviter à lire ma critique du premier tome, afin de vous familiariser avec les personnages qui peuplent l’univers des Belles histoires.  Vous y ferez également connaissance avec l’idéateur de cette série de livres, Rosaire Fontaine et Pierre Grignon, le petit-neveu de Claude-Henri.  Grâce à eux, ces histoires atteignent aujourd’hui un tout nouveau public.  Et elles ne prennent pas une ride, même avec une « parlure » qui peut nous sembler vieillotte à nous, lecteurs d’un autre siècle.


Ceci étant dit, passons à l’histoire elle-même.  Ce tome démarre sur les chapeaux de roues, avec en quelque sorte un récapitulatif de certains événements du premier volume, tout en racontant l’histoire de Séraphin Poudrier.  Une superbe édition, un peu comme si l’auteur savait, que plus de 60 ans plus tard, ces histoires oubliées reverraient le jour en trois parties.


Dans ce deuxième volume, Séraphin se rend coupable de bien des malheurs, directement ou indirectement.  En tenant littéralement la population en otage, il réussira même à se faire élire maire, évinçant ainsi le bon docteur Cyprien.  Mais avec Séraphin en charge, des jours sombres attendent les habitants de Sainte-Adèle… 


Ajoutons à cela un sombre meurtre dans les « chanquiers » de la rivière Rouge, un héritage qui profite à bien du monde, tout en narguant Séraphin par-delà la tombe et la mort du Curé Labelle, et il y a assez d’action dans ces quelque 616 pages, pour satisfaire le lecteur le plus exigeant.  Et, pour ceux qui aiment leurs histoires avec une morale, Séraphin va apprendre à ses dépens que la curiosité est un autre bien vilain défaut, ce qui le mettra en vilaine posture à la fin du volume.


Avec ce second ouvrage, il est amusant de faire une comparaison entre l’époque du fictif Séraphin Poudrier, et notre temps.  Certains des moyens employés par l’avare, notamment pour gagner ses élections, ne sont pas sans rappeler parfois les malversations découvertes au jour le jour par la Commission d’enquête sur l’octroi et la gestion des contrats publics dans l’industrie de la construction, ou encore, celles de Maurice Duplessis


Encore une fois, Donalda, la douce, la sainte, voit clair dans le jeu de son mari.  On la verra même oser se permettre des remontrances.  Légères, certes, mais qui indiquent bien l’exaspération qui la gagne devant les arnaques de son homme. 


Cependant, il y a un détail mineur que je tiens à mentionner.  La couverture de ce livre pose problème.  En effet, la couleur de fond choisie est plutôt malheureuse, rendant presque illisible entre autres le quatrième de couverture.  Je n’ai aucun doute que Québec Amérique choisira une meilleure couleur pour le tome 3.  Mais s’il y a réédition du tome 2, ce serait une excellente idée de corriger ce choix initial. 


Nonobstant ce petit défaut, je vous l’affirme, vous ne vous ennuierez pas une seconde avec cette saga!  Une lecture idéale pour l’été, chaudement recommandée à tous ceux qui aiment les bons romans-feuilletons.

 

 

 

 

Petit lexique
Argin : argent
Chanquier : chantier


Séraphin Nouvelles histoires des Pays d’en Haut Tome 2
Par Claude-Henri Grignon
Éditions Québec Amérique
Collection Tous Continents
616 pages
Prix : 29.95 $
ISBN : 978-2-7644-2562-6


Pour en savoir plus : http://www.quebec-amerique.com/livre-details.php?id=2068

http://www.zoneculture.com/Livres/lit_seraphin_nouvelles_histoires_T1.html

 

Vidéo : Mario Landerman