Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

Accueil Arts Multiples Arts Visuels Cinéma Livres Humour Musique Nostalgie
Télévision/
Radio
Théâtre Société Voyages/
Tourisme
Facebook Équipe Liens Contact
Mario Landerman
Jeudi, 12 janvier 2012
par Mario Landerman

Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

 

Giorgia Fumanti

Giorgia Fumanti : à l’aube d’une nouvelle année

 

Giorgia Fumanti.  Lancez ce nom au hasard d’une conversation à Beijin, par exemple, et vous aurez l’attention de tous ceux présents dans la pièce.  En Chine, la belle italienne est une célébrité du même calibre que Céline Dion aux États-Unis, avec une voix chaleureuse et une générosité exemplaires, qualités qu’elle déploie à l’échelle planétaire.


On pourrait penser que, la chanteuse ayant trouvé public et reconnaissance à la mesure de son immense talent vocal, celle-ci négligerait le Québec.  C’est très mal connaître cette résidante de Sainte-Anne-des-Lacs qui revient ponctuellement au Québec nous tenir sous son charme.


C’est ainsi qu’en fin novembre de l’année dernière, on a pu la voir donner un concert empreint d’émotion en l’église de Saint-Sauveur.  Un concert de Noël, il va sans dire, dans un cadre où on se surprend à redécouvrir un sens à ce qui est devenu avec les années une course effrénée à la surconsommation.  Car telle est la magie d’un concert de Giorgia Fumanti  : on en sort toujours en paix avec le monde, et on se dit que la vie n’est pas si pire que cela, après tout. Giorgia réussit à nous réconcilier avec un monde qui fait parfois bien peu de sens.

 

Elysium


En première partie, Giorgia a régalé son public de quelques-unes des pièces de son dernier opus, ElysiumThe Rose, I Have a Dream, et surtout Nessun Dorma, en duo avec Luciano Pavarotti ont partagé la scène avec des classiques des albums précédents, comme une de mes favorites de la chanteuse, son interprétation de What a Wonderful World.  Et, pour ceux qui n’étaient pas au concert et  se posent la question, oui, oui, Giorgia a enlevé ses chaussures!


Ce genre de petites touches, parfois humoristique, parfois plus émotionnelle, comme prendre sa fille Crystal dans ses bras à la fin du concert, rend la chanteuse encore plus accessible à son public.  Cet humanisme se reflète aussi dans sa générosité, n’hésitant pas à utiliser ses concerts pour appuyer les causes qui lui tiennent à coeur.  Dans ce cas-ci, il y avait un encan silencieux sur des objets personnels de Giorgia, dans le but d’aider les enfants de Aulla, en Italie.  L’enchère fut un succès, et Giorgia a su en remercier son public.


La formation classique de la chanteuse fut bien sûr davantage mise en évidence dans la seconde partie du spectacle, avec plusieurs pièces puisées dans le répertoire religieux de circonstance.  On a eu droit à plusieurs des plus grands classiques, chantés d’une voix qui semble avoir encore gagné en maturité et en puissance depuis la naissance de sa fille.

 

 


Deux chœurs distincts, la superbe chorale Les Voix du Moulin de Terrebonne composée de 75 choristes adultes, et la chorale des Jeunes de Saint-Sauveur, l’ont accompagnée notamment pour la seconde partie du concert.  Particulièrement à l’aise avec les enfants, les pièces partagées avec eux furent parmi les plus appréciées du public.  Avec ses musiciens, dirigés par son directeur musical, Denis Chartrand, on dénombrait près d’une centaine de personnes sur scène.  Et on aurait entendu une mouche voler lorsque Giorgia a entonné l’Ave Maria.

Mais le résultat!  Magnifique!  Il est évident que tous ont pris plaisir à travailler ensemble.  L’harmonie n’était pas seulement palpable dans les voix, mais tout autour de la scène.  Pour tous ceux présents, ce fut une excellente façon de démarrer les fêtes de fin d’année. 

Heureusement, nul besoin d’attendre aux prochaines fêtes pour tomber sous le charme de cette belle voix.  Dès le 12 février 2012, vous pourrez l’applaudir au Festival J'taime Sainte-AdèleLe concert est à 20h.

La pièce de résistance de cette première moitié d’année sera sans nul doute le passage de Giorgia Fumanti à la Place des Arts, au Théâtre Maisonneuve.  Le spectacle, nommé Elysium en l’honneur du dernier album, sera présenté le 19 avril 2012.  On nous promet une superbe mise en scène, avec chorales, et possiblement des surprises, qu’on ne peut dévoiler pour le moment.

Ce sera l’occasion pour le public de Montréal de découvrir, ou de redécouvrir, une chanteuse à nulle autre pareille, toute en finesse et en sensibilité, qui saura vous charmer.  Y serez-vous?  ZoneCulture y sera!

Pour en savoir plus : http://www.giorgiafumanti.com/blogfr.html

https://www.facebook.com/giorgiafumanti

 

Photo et vidéo : Mario Landerman

©2012, zoneculture.com--Tous droits réservés