Dwain Richardson

Lundi 28 décembre 2015

par Dwain Richardson

Musique

Photo 1

Un chœur émergent livre une performance inspirante

 

Le 15 novembre dernier, le chœur de la Société de Concerts de Montréal offrait en performance un répertoire exigeant, à la Paroisse du Très-Saint-Rédempteur, église située à Hochelaga-Maisonneuve. Le chef et compositeur, Pascal Germain-Berardi, dirigeait cet ensemble de 18 chanteurs, pour la plupart en fin de parcours académique ou récemment graduée d'études vocales.

Ce dimanche après-midi fût un petit tour du monde, les spectateurs furent témoins d'œuvres musicales de France, d'Hongrie, d'Allemagne, de Russie, en plus de 2 compositeurs montréalais. Josef Rheinberger, Maurice Ravel, Zoltán Kodály, Olivier Messaien et Max Reger furent tous à l'honneur, en plus du jeune compositeur Maxime Daigneault, Spirits of the Dead, et d'une œuvre du chef lui-même, Gloria (extrait de la Messe du Privilège).

Il est à savoir que l'entièreté du répertoire était a cappella, alors qu'il n'est pas rare de voir un partage entre des œuvres a cappella et d'autres avec accompagnement instrumental, ce qui pose une difficulté supplémentaire aux chanteurs. En effet, sans support instrumental, il est beaucoup plus difficile pour un chœur de maintenir une justesse continue, spécialement lorsque le répertoire est aussi exigeant, avec plusieurs modulations complexes à travers les œuvres. Cela dit, le chœur de la SCM aura su relever le défi avec brio

.Photo 2

Un autre défi pour ce type de concert réside dans l'équilibre des voix et leur utilisation à travers les moments musicaux qui se veulent homophoniques, mélodiques ou en accompagnement.  Ici encore, le chœur se hisse et accompli sa mission ; il était facile de distinguer, par exemple, une mélodie des sopranos avec les trois autres voix (et parfois même plus, alors que certaines voix se divisaient en deux) en accompagnement. Dans d'autres pièces, la mélodie voyageait d'une voix à l'autre, et la qualité du fondu était telle qu'il était facile de suivre son parcours.

Comme le choix de répertoire venait d'un peu partout autour du globe, c'est sans surprise que le chœur chanta en français, en anglais, en allemand, en latin et en russe. Avec l'aide de l'excellente acoustique de l'église, la diction du chœur était claire, pour ne pas dire exemplaire, dans l'ensemble du répertoire

.Photo 3
De nombreuses personnes ont assisté à ce concert

Quelques éléments ont, cependant, un peu ternis l'expérience de concert.

D'abord, il était difficile d'entendre le chef lorsqu'il voulait introduire les pièces ou remercier la réponse des spectateurs. Maxime Daigneault, l'autre compositeur, parla un peu de sa pièce avant qu'elle ne soit présenté et le même problème s'est présenté. Peut-être qu'avoir un micro aurait aidé la cause. Aussi, était-il nécessaire d'introduire chaque pièce ? Puisqu'un livret avec d'excellentes notes de programmes avait déjà été offert aux spectateurs.

Une traduction des pièces aurait été apprécié, à considérer pour le futur.


 

Le prochain concert de la Société de Concerts de Montréal aura lieu en mars 2016.

 

La Société des concerts de Montréal
Pascal Germain-Berardi, conductor
Paroisse du Très-Saint-Rédempteur, 3530, rue Adam


Pour plus d'informations : www.scmontreal.ca
Facebook : https://www.facebook.com/scmontreal?_rdr=p


Photos : © Société de concerts de Montréal et Olivier S-H, 2015