Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

Accueil Arts Multiples Arts Visuels Cinéma Livres Humour Musique Nostalgie
Télévision/
Radio
Théâtre Société Voyages/
Tourisme
Facebook Équipe Liens Contact
Mario Landerman
Vendredi, 25 mai 2012
par Mario Landerman
Société
 

Quebanana

Lettre aux partisans de la loi 78

Ma semaine a commencé de façon bien ordinaire.  Boulot, dodo (je ne prends pas le métro, préférant la marche à pied).  Et maintenant, je navigue tant bien que mal dans un Québec si mal en point, qu’il risque de perdre énormément dans la crise actuelle.


Comme vous le savez tous, le débat sur l’infâmante loi 78 fait rage.  Jean Charest a réussi, je le lui concède, à polariser le peuple québécois.  On est pour ou contre, point final.  Le vernis social sur des sites comme Facebook s’effrite à vue d’œil.  Les amis d’hier se prennent virtuellement à la gorge aujourd’hui.


À mes yeux, même si on clame que la loi 78 est une mesure temporaire, cette loi honnie a un effet des plus pernicieux.  Elle ouvre la porte à l’abus envers les faibles et les opprimés du Québec.  Cette loi, qui n’est ni plus, ni moins qu’une loi-bâillon d’un genre nouveau, permettrait à un gouvernement d’interdire éventuellement, au moyen d’autres lois du même genre, toute manifestation qui dénoncerait le sort réservé à ceux qui ne peuvent se défendre autrement. 


Avec l’aimable concours de notre belle force constabulaire, il sera des plus facile alors de tuer dans l’œuf les revendications de tout le monde…y compris celles de la communauté LGBT.


Quoi?!?  Me direz-vous, sur un ton choqué.  Mais oui!  N’allez pas croire que tous nos acquis en tant que communauté sont immuables.  Allez donc faire un tour chez le gouvernement conservateur, pour vérifier.  La pension de vieillesse devait être impossible à changer, non?


Voilà pourquoi les déclarations de personnalités LGBT comme Michelle Blanc sont si dommageables dans le présent débat.  Je connais l’histoire de cette dame, qui s’est battue pour se faire reconnaître et respecter en tant que femme.  En cela, elle a tout mon respect.  Mais pas lorsqu’elle donne un appui apparent à la loi 78, via son adhésion à la hausse des frais de scolarité.  Pour parler franchement, en tant que gai, je me suis senti trahi par madame Blanc.


Isabelle Maréchal fut une joueuse de second plan dans cette affaire, qui fut le point de départ de ma désillusion vis-à-vis de Michelle Blanc.  L’animatrice aurait mieux fait de réfléchir avant d’écrire.  Au lieu de faire un papier critique et plein de sens, comme elle en avait la possibilité (car la dame n’est pas une imbécile), elle a préféré verser dans la facilité Martineauiste.  Elle aussi m’a déçue.


Que dire des déclarations de Gilbert Rozon?  J’adore que cet homme, devenu riche grâce à un festival largement subventionné par le gouvernement, et donc, par nous les contribuables, se pose en défenseur du gouvernement contre les étudiants.  L’homme, de qui la réputation de mesquinerie n’est plus à démontrer (demandez aux humoristes sous-payés par le Festival), montre son mépris de bien éclatante façon.


Ce qui ne sera jamais dit dans les médias, par contre, c’est que M. Rozon veut que les manifestations finissent au plus vite, afin de ne pas heurter les recettes du Festival Juste pour Rire.  Est-ce pour cela que les humoristes n’osent prendre position?  Il me semble que les grasses subventions de M. Rozon pourraient contribuer à abaisser les frais de scolarité, non?  Pour reprendre une expression consacrée, on voit la paille dans l’œil du voisin…


Normand Lester y va de son venin de chroniqueur, et encore une fois, tombe dans le piège de la généralisation à outrance.  Qu’il suffise de lire ce papier pour voir la mauvaise foi à l’œuvre :

http://fr-ca.actualites.yahoo.com/blogues/la-chronique-de-normand-lester/le-quebec-dit-aux-meneurs-%C3%A9tudiants--finies-les-folies--retournez-a-vos-classes.html#more-id

J’attire votre attention sur ce passage, qui a eu tout de même le don de me faire sourire, tant il est empreint de mauvaise foi :  « Un sondage CROP-Le Soleil-La Presse indique que deux Québécois sur trois, enragés par le spectacle de la chienlit qui souille les rues de leur ville, soutiennent la ligne dure du gouvernement Charest. Même s’il ne se fonde que sur les réponses de 800 internautes, il y a de bonnes raisons de croire que ce sondage corresponde assez fidèlement au portrait actuel de l’opinion. » Notre pensionné de Radio-Canada devrait s’interroger d’où il tient justement sa pension.  Mais la bourgeoisie ne réfléchit point; elle pérore.


Richard Martineau est le seul, étrangement, qui ne m’a pas déçu, en demeurant égal à lui-même.  Quand nos attentes de quelqu’un sont déjà basses, difficile d’être déçu dans ces cas-là.  Ne serait-ce que pour lui, je souhaite une prompte résolution du conflit.  Il pourra ainsi reprendre possession de son fief d’Outremont, de sa table préférée au café pour une bonne sangria avec Sophie, tout en parlant avec ses multiples patrons sur son iPhone.

ZoneCulture

Caricature courtoisie de : Yannick Lemay (YGRECK)

©2012, zoneculture.com--Tous droits réservés