Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

Accueil Arts Multiples Arts Visuels Cinéma Livres Humour Musique Nostalgie
Télévision/
Radio
Théâtre Société Voyages/
Tourisme
Facebook Équipe Liens Contact
Mario Landerman
Jeudi, 8 novembre 2012
par Mario Landerman

Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

 

Jasmin Roy

Marjorie Raymond : un an déjà

Le 28 novembre 2011 s’éteignait Marjorie Raymond.  Ce cas d’intimidation, qui a fait le tour du Québec, n’a laissé personne indifférent, car l’horreur du drame faisait par conséquent ressortir l’horreur même de cette Hydre moderne qu’est l’intimidation.


Les cas de taxage et d’intimidation à l’école ne sont nullement des faits nouveaux.  Ils étaient tout aussi présents dans mes années scolaires, que celles de Jasmin Roy, de Marjorie, et de combien d’autres.


Peut-on enrayer l’intimidation à l’école?  Selon moi, jamais totalement.  Il demeurera toujours des enfants et des adolescents prêts à tout pour en amoindrir d’autres, que ce soit via leurs défauts physiques ou intellectuels, de même que leur orientation sexuelle.  Mais l’émergence d’une prise de conscience collective à cet effet pourrait me prouver le contraire.


L’école peut et DOIT jouer un rôle dans la dissuasion de l’intimidation.  Cependant, plusieurs écoles ne sont pas intéressées à le faire, car elles sont atteintes du syndrome de Gérald Tremblay : si je pense que ça n’existe pas, c’est qu’il n’y en a pas!  Quand ce n’est pas carrément quelques professeurs qui jettent leur lot du côté des intimidateurs, sous le fallacieux prétexte d’ «être cool».


Vous pensez que je fabule?  Février, 1980.  Année du premier référendum sur l’indépendance du Québec.  Deux élèves en viennent aux poings.  Un porte un macaron du Non, et l’autre un autocollant du Oui.  La bataille fait rage.  Un des professeurs de l’école, indépendantiste avoué, s’arrête et voit la scène.  Plutôt que de séparer les belligérants, il encourage de la voix l’indépendantiste en herbe à donner une bonne raclée.  Comme personne n’a osé aller se plaindre de la scène, le professeur s’en est bien tiré.  Cette petite histoire a longtemps formé la base de mon rejet de l’indépendance du Québec, considérant que l’émotion mélangée à la politique donnait ce genre de résultats.

 

David Jalbert
David Jalbert


Mais à la maison aussi, on doit jouer un rôle.  Bien souvent, des parents ayant des tendances à l’intimidation transmettront ces valeurs à leurs enfants.  La négligence et l’aveuglement volontaire y entrent encore pour une plus grande part.  Et n’allez pas croire que c’est un phénomène exclusivement moderne.  Toutes les générations auraient leurs histoires d’horreur à raconter, autant à l’école qu’à la maison, comme je viens de le faire précédemment.


Ce qui est nouveau, avec le XXIe siècle, c’est l’émergence des réseaux sociaux, avec une nouvelle manière de faire de l’intimidation, laquelle semble toucher davantage les filles.  Les mêmes raisons qui font de Facebook et Twitter de merveilleux outils de promotion font également qu’on peut, en quelques clics, réduire une réputation à néant.


Marjorie Raymond n’a pas mérité ce sort peu enviable, même avec les multiples problèmes qu’on avait remarqué chez la jeune fille.  Tous ceux qui ont vécu cet âge ingrat vous le confirmeront, ce passage obligé vers l’âge adulte en est un semé d’embûches… qui peut facilement détruire une jeune vie.


Maintenant, un an après sa mort, la Fondation Jasmin Roy se souvient.  Un spectacle-bénéfice intitulé À la mémoire de Marjorie aura lieu le 28 novembre 2012, dès 20h, au Théâtre La Tulipe.

 

Jérôme Charlebois
Jérôme Charlebois offre aux journalistes présents la chanson qu'il a composée.


Cette collaboration de Jasmin Roy, sa fondation, avec Jérôme Charlebois et Ingrid Falaise promet de faire parler.  Déjà, Charlebois a composé une chanson sur l’intimidation, dont voici la vidéo :



Plusieurs artistes connus ont confirmé leur présence à l’événement : Robert Charlebois, Marie-Denise Pelletier, David Jalbert, Daniel Lavoie, le Cirque Eloize, Ian Kelly, Marco Calliari, Steeve Diamond et Rick Hugues, Nelka Pelletier, Quartz, Maxime Landry, Trio BBQ, Martin Petit, Claude Gauthier et Sophie Pelletier.


Le tout fut dévoilé lors d’une récente conférence de presse, où on dévoilait également un livre-outil pour mieux cerner l’intimidation, intitulé L’intimidation, parlons-en! Aux éditions La Boîte à Livres.  Cet ouvrage est à l’intention de tout le monde, certes, mais plus particulièrement aux écoles.  Ce livre présente clairement ses objectifs, et est un ajout à mon avis essentiel pour les prochaines rentrées scolaires. 


Plus on en parle, plus on prend conscience du problème, et plus on peut émettre des mesures pour le contrer.  En ce sens, la Fondation Jasmin Roy, qui fut au départ créée pour mieux cerner et contrer le problème de l’intimidation envers les jeunes gais, a prouvé sa pertinence en élargissant toujours plus son champ d’action, remplissant un mandat nécessaire dans un territoire où jamais personne ne s’était aventuré auparavant.

 

 


Alors venez encourager tous ces artistes dans ce grand spectacle-bénéfice, À la mémoire de Marjorie.

 

À la mémoire de Marjorie
Le 28 novembre, 20h, au Théâtre La Tulipe, 4530 avenue Papineau, Montréal
Billetterie : 514-529-5000, sans frais : 1-855-790-1245
VIP : 150$, Parterre : 50$, Balcon : 35$

 

L'intimidation, parlons-en!
Corinne Cartier, 117 pages, 21,95$
ISBN 978-2-923817-47-7

 

Pour en savoir plus : www.fondationjasminroy.com

 

Photos : Mario Landerman
Vidéos : Mario Landerman, Jérôme Charlebois sur YouTube

©2012, zoneculture.com--Tous droits réservés