Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

Accueil Arts Multiples Arts Visuels Cinéma Livres Humour Musique Nostalgie
Télévision/
Radio
Théâtre Société Voyages/
Tourisme
Facebook Équipe Liens Contact
Mario Landerman
Mardi, 8 novembre 2011
par Mario Landerman

Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

 

Bonjour Patof

Bonjour Patof : Un produit qui me laisse sur ma faim

 

Au début des années 70, un comédien sans travail, du nom de Jacques Desrosiers, reçoit un bien curieux appel d’un réalisateur de Télé-Métropole.  « Peux-tu jouer un rôle de clown à l’émission du Capitaine Bonhomme? »


Pensant à une blague de mauvais goût, il contacte un de ses amis, Gilbert Chénier, pour lui demander conseil.  Ce dernier le persuade d’accepter.


Et c’est ainsi que, pendant plusieurs années, Jacques Desrosiers disparaîtra sous le maquillage et le costume de Patof.


Un clown superstar


L’ascension du personnage sera fulgurante, éclipsant les stars du Cirque du Capitaine Bonhomme, notamment grâce à un as imparable  ? dans la manche de Jacques Desrosiers, la musique.  Le premier succès qu’il endisquera sous les traits du clown russe sera Patof Blou, en 1972.  Et il donnera toute une série de spectacles partout en régions. Suivra le tube Patof, le roi des clowns, lequel couronnera une foule de produits dérivés, tels des pyjamas, poupées de chiffon, livres, etc.


Télé-Métropole voyant dans le clown un bon filon, va exploiter sa popularité au maximum.  Le Capitaine Bonhomme, l’Oncle Pierre, Madame Irma, et les autres sont remerciés, et on fait de Patof le maire de Patofville, émission qui durera trois ans, de 1973 à 1976.  De nouveaux personnages se greffent au concept, incluant Gilbert Chénier, un des hommes derrière les succès du clown, et Roger Giguère.


En parallèle, on crée une autre série pour meubler les fins de semaine, intitulée Patof Raconte (1975-1976).  Dans cette émission, Patof parle de ses voyages, commente les dessins envoyés par les enfants, et chante des chansons tirées de son album Patof Rock.


Le déclin


La mort du comédien et ami de Desrosiers, Gilbert Chénier, sera un des moteurs du déclin du clown.  Chénier, de par son expérience avec les enfants, tant francophones qu’anglophones, donnait de la substance au personnage de Patof grâce à ses textes.  Sa disparition finira par mettre le clown dans la désagréable situation de faire-valoir d’un autre personnage plus populaire.


On voit ce déclin avec la série suivante, Patof Voyage.  Un nouveau venu, Monsieur Tranquille, marionette animée par Roger Giguère, va lentement prendre toute la place.  Notamment avec la même arme dont Patof s’est servi à ses débuts ; la musique.


Disparu, mais jamais oublié


Ceux qui ont bien connu l’époque de Patof et de ses amis de Patofville sont aujourd’hui dans la quarantaine.  La plupart ont gardé une affection indéfectible pour le clown aux énormes sabots, inspiration hollandaise, qui faisait sa part au niveau éducationnel en demandant aux enfants de lui envoyer leurs poèmes et leurs dessins, entre autres.  Après Patof Voyage, le clown a continué à amuser les enfants, notamment au Parc Belmont et par le biais d’apparitions télévisuelles ponctuelles, mais ce n’était plus la même chose.


Le DVD


En 2011, soit près de quarante ans après la première apparition de Patof, Musicor présente un DVD appelé Bonjour Patof, attendu par de nombreux fans.  Par plusieurs aspects, le produit est décevant.


Victimes de l’économie séraphine de Télé-Métropole, très peu d’épisodes semblent avoir survécu, à en juger par le choix offert sur le DVD.  Et encore, ce qui a survécu, on le doit aux archives personnelles de feu Jacques Desrosiers.  Aucun épisode de Patofville, sauf un extrait avec Magic Tom et Denis Drouin.  On pourrait penser qu’il y a un peu plus que cet extrait à survivre, et j’espère vivement que la situation sera corrigée dans une autre édition, un volume deux peut-être.  Patof Raconte et Patof Voyage forment le gros du DVD, avec une qualité d’image inégale d’un épisode à l’autre.


Ce qui me porte à croire que d’autres épisodes pourraient exister, c’est que j’ai remarqué que certains furent tournés sur pellicule, et non sur bande vidéo.


Dans les suppléments, on retrouve les apparitions de Patof à Bonsoir copains et Jeunesse d’aujourd’hui, ainsi que les apparitions du clown au jeu télévisé Galaxie, en 1984.  Un livret de deux pages, cependant, vient racheter le contenu du DVD.  Un excellent exemple de retracer la carrière de Desrosiers-Patof en deux pages, avec photos de quelques-uns des nombreux items à l’effigie de cette idole des jeunes.


De nos jours, de nombreux internautes ont perpétué la mémoire de tous ces personnages qui ont amusé une génération.  Une sélection de pages Facebook est d’ailleurs incluse à la fin de cette critique.


Le verdict


On achète, ou pas?  Malgré les défauts du DVD (et non du coffret, comme j’ai vu faussement intitulé à certains endroits), il y a fort à parier que ce sera le seul et unique DVD consacré au clown de Russie.  Pour cette raison, je conseille fortement aux nostalgiques de l’acheter.  Mais attendez-vous tout de même à quelques déceptions.


Pour en savoir plus : http://pages.infinit.net/patof/blog/blog.html


Pages Facebook suggérées : https://www.facebook.com/pages/Patof/70604237968
https://www.facebook.com/groups/138905713814/
https://www.facebook.com/pages/La-t%C3%A9l%C3%A9-de-notre-enfance/219766564742804

©2011, zoneculture.com--Tous droits réservés