Mario Landerman

Mercredi 7 janvier 2015

par Mario Landerman

Télévision

Bye Bye 2014

Bye Bye 2014 : Un sac à surprises…

 

L’exercice auquel s’adonnent le plus volontiers les québécois, ce n’est pas au Nautilus Plus ou chez Énergie Cardio.  Non, c’est dans leur salon, bien calé dans leur fauteuil, que le Québec s’adonne à l’exercice le plus exténuant de 2015 ; critiquer le Bye Bye.


L’édition de cette année est un sac à surprises.  Quelques bonnes, mais aussi quelques mauvaises viennent contrebalancer l’émission pour l’empêcher d’être le succès escompté par KOTV.

 

Stromae

 


Pourtant, ça commençait bien, avec une parodie cinglante du parti libéral et de son penchant pour l’austérité.  Utiliser Papaoutai de Stromae pour illustrer à quel point notre bon gouvernement veut notre bien tenait du génie. 


Ça s’est cependant gâté pas longtemps après avec le gag sur Claude Dubois, inutilement long, à mon avis.  Tellement que bien des gens n’auront pas entendu l’allusion à Marjo, laquelle fut interpellée pour conduite avec les facultés affaiblies le 25 décembre.  Ce détail illustre bien que des changements de dernière minute peuvent être intégrés à l’émission. 


Parlant de Claude Dubois, je n’ai pas de félicitations à faire à l’équipe de maquillage.  Où avez-vous trouvé ce latex qui fait ressembler chaque visage à une pomme ridée?  Gaétan Barrette et Pauline Marois y ont goûté également, et ce n’est pas un effet des plus heureux, sauf à l’Halloween!


Les numéros musicaux dans l’ensemble étaient très réussis.  Gaétan Barrette en Meghan Trainor (et non Trainer, comme l’écrivent certains critiques) a repris avec panache le tube de l’été All about That Bass, dans une vidéo presque calquée sur l’originale.  Une excellente parodie.


La parodie de la Commission Charbonneau a utilisé On leur a fait croire d’Alex Nevski.  Pas le meilleur choix pour parler de cette commission, terminée dans une quasi-indifférence.  Mais il faut donner des points pour le jumelage, réussi.  J’en profite ici pour souligner le travail fantastique d’Hélène Bourgeois-Leclerc dans la plupart de ses apparitions.


Par contre, on a trop favorisé certaines personnalités, et pas assez d’autres.  Gaétan Barrette, Pauline Marois, et Philippe Couillard furent surexposés.  Yves Bolduc, Carlos Leitao et François Legault, peu ou pas du tout représentés.


La parodie de La Petite Reine, avec Lise Thibault fut du bonbon.  Même si le gag était trop long, on a su parodier l’ex-lieutenante gouverneur, Unité 9 et le malaise ministériel de la fuite en hélicoptère de quatre détenus en mars dernier.  L’envolée en hélico est à hurler de rire, d’ailleurs!


Dans le département des reines, Pauline Marois en Reine des neiges?  Non, c’est trop.


Ce qui m’amène à vous partager une réflexion sur le Bye Bye.  Certains gags ont eu l’air d’avoir été pris sur les réseaux sociaux (Facebook, Twitter, etc.)  Pour vous le démontrer, voici un des premiers photo-montages ayant eu Lise Thibault comme cible, courtoisie de son auteur, Éric Raymond :

 

Éric Raymond



Comparez avec le sketch dans le dernier Bye Bye, et il est à se demander si l’équipe d’auteurs ne puise pas quelques-unes de leurs idées sur Facebook?

 

Le Monde selon Dorval

 


Un autre problème avec l’équipe d’auteurs, c’est qu’ils semblent ignorer que 2014 n’a pas seulement été marqué par la politique au Québec.  Oui, on a fait la part belle à Mommy, de Xavier Dolan, notamment avec Le Monde selon Dorval, mais certains gags étaient faibles. 


Celui sur Céline Dion, par exemple.  Comme le faisait judicieusement remarquer Pierre Brassard, «Oubliez ça, elle a tellement rien fait cette année qu’elle sera pas dans le Bye Bye».  L’arrivée de Laurent Paquin fut le clou dans le cercueil de ce gag qui n’a fait sourire que les fans de Céline, et encore!

 

Jean Airoldi

 


Jean Airoldi a beaucoup fait parler de lui en 2014, ce qui semble indiquer une fois de plus que les médias étaient en panne d’inspiration, concernant le côté culturel.  Ça a quand même donné une hilarante parodie de son émission controversée Quel âge me donnez-vous? Avec un Pierre Brassard en délire, comme on l’aime en fait, la parodie a fait mouche!


Le gag consacré au décès de Gilles Latulippe, qui opposait Symphorien à Éphrem, fut l'un des joyaux de ce Bye Bye, bien que ce ne soit pas du même calibre que la version que sert 2014 Revue et corrigée au Rideau Vert. Laurent Paquin en Symphorien, s’est permis une pique magistrale envers Joël Legendre qui incarnait Éphrem. «Joël Legendre, ce n'est pas ses enfants qu'il aurait dû faire faire par quelqu'un d'autre, c'est son disque de Noël.» Wow!  C’est ce qui s’appelle se faire sonner les cloches!


La publicité de Trivago y a passé, et c’était jouissif.  Ceux qui sauront de quoi je parle sauront partager ma joie.  Malheureusement, le Ice Bucket Challenge également.  Et ça, on aurait pu s’en passer!


Les caméos furent extrêmement rares dans ce Bye Bye.  On notera entre autres les présences de James Hyndman, Isabel Richer et Janine Sutto pour la partie avant minuit.


La finale sur le coup de minuit manquait de punch, malgré qu’elle se déroulait sur l’air de Happy de Pharrell Williams, le tube de l’année.  Mais c’est à l’égal d’une année des plus déprimantes au niveau politique.


Autre observation, concernant Véronique Claveau, la transfuge du Théâtre du Rideau Vert.  Pour le talent de la comédienne, et le prix payé pour l’avoir dans l’émission, elle fut sous-utilisée.  Si elle revient en 2015, espérons qu’on saura l’utiliser au mieux.


Dans l’ensemble, le Bye Bye de cette année ne passera pas à l’histoire.  Il se défend bien, mais a manqué de souffle tout au long de l’émission.  Note aux auteurs pour l’année prochaine : pensez à faire des gags plus courts et plus pertinents. 


Sinon, je vais finir par demander, comme une certaine Denise Filiatrault « Il est à quelle heure, le punch? »

 

 

Photos courtoisie de Radio-Canada, Éric Raymond.