Rosaire Fontaine

Mardi 12 mai 2015

par Rosaire Fontaine (Collaboration spéciale)

Télévision

La distribution

Séraphin : En attendant les Pays d'en haut...

La conférence de presse donnée il y a quelques jours pour dévoiler les interprètes de la nouvelle série Les Pays d'en haut et en expliquer sommairement le concept a fait couler beaucoup d'encre. Les commentaires sur les médias sociaux tels Facebook les blogues ou les forums sur internet sont loins d'être unanimement positifs, ce qui est bien normal... Après tout, quelle idée saugrenue de ressortir encore ce vieux personnage poussiéreux de l'époque de nos grands où arrières grands parents? Et pour les inconditionnels du téléroman classique Les Belles Histoires des Pays d'en Haut, l'idée de voir un gâchis vulgaire, violent et très irrespectueux de la série originale engendre les pires craintes... Aurons-nous encore droit à un concept où l'oeuvre de Claude-Henri Grignon est maltraitée comme ce fut le cas pour le film de Charles Binamé en 2002?

Pour ma part, je demeure très positif à l'égard de ce nouveau projet!

Je m'explique. Le téléroman original, qui jouit de rediffusions éternelles fut originalement présenté chaque semaine de 1956 à 1970 sur un grand total de 495 épisodes. De ce nombre, seulement 84 ont survécu et peuvent être régulièrement écoutés soit sur les DVDs disponibles partout ou en reprises à la télévision. Seules quelques brèves scènes extérieures d'autres épisodes ont survécu mais c'est plus de quatre-vingts pour cent de la série qui est perdue à jamais... Ce que peu de gens savent pourtant, c'est que TOUS les scénarios de la série reposent aux archives nationales et que c'est directement à partir des premiers textes d'épisodes noir et blanc, de l'automne 1956 que le scénariste Gilles Desjardins a composé ses nouveaux scénarios pour Les Pays d'en haut. Pour ce faire, celui-ci a récupéré les éléments importants de trois ou quatre épisodes consécutifs; et ce, dans l'ordre chronologique, de la série originale pour chacun des dix chapitres de cette première saison.


Antoine Bertrand
Antoine Bertrand incarnera le Curé Labelle

Séraphin
Vincent Leclerc et Julie Le Breton seront Séraphin et Délima

Il est évident qu'un remake de la série en reprenant la même formule n'aurait pu marcher... Le grand public a besoin de plus d'action et de dynamisme. Les comédiens ayant incarné Séraphin; soit Hector Charland et Jean-Pierre Masson sont évidemment irremplaçables. Pourtant, Séraphin est le personnage fictif le plus connu de la littérature québécoise avec ses 82 années d'existence. Il est certainement celui qui a connu le plus de longévité. Il débuta sous forme de roman, pour ensuite être diffusé pendant des années à la radio. Des milliers de gens se sont rués pour assister aux pièces de théâtre pendant les années quarante. Une superbe bande dessinée fut illustrée par le patriarche de la BD Albert Chartier de 1951 à 1970, un roman feuilleton paru dans Bonnes Soirées de 1954 à 1956 et bien sûr, le téléroman de 1956 à 1970 à Radio-Canada.

Plus récemment, le film de Charles Binamé en 2002, la réédition de l'intégrale de la bande dessinée parue en 2010, la réédition de l'intégrale du roman de Bonnes Soirées et la pièce de théatre Viande à chien du Nouveau Théâtre Expérimental il y a plusieurs mois ont assuré une présence constante du personnage et de son histoire sur la scène culturelle québécoise.

En tant que collectionneur, j'ai eu le plaisir et l'honneur de partager quelques pièces de mes archives pour la réalisation du Séraphin Illustré, paru aux éditions Les 400 coups en 2010. Après des années de recherches intensives, je suis également parvenu à rassembler l'intégrale des textes de Séraphin que Claude-Henri Grignon a écrit exclusivement pour l'hebdomadaire Bonnes Soirées de janvier 1954 à mai 1956. C'était quelques mois à peine avant la diffusion originale du premier épisode télévisé des Belles Histoires des pays d'en haut. L'existence même de ces textes était ignorée de tous... En somme, cette saga littéraire d'une très grande importance était complètement oubliée et perdue...

Séraphin Tome 1Séraphin Tome 2Séraphin Tome 3

Grignon a introduit pour ce roman une multitude de personnages tels Julia, Caroline et Jos Malterre, le marchand Lacour, le père Josaphat et bien d'autres qu'il a tout simplement récupéré lors de l'écriture des premières saisons de son grand téléroman. L'auteur était vraiment au sommet de son art à ce stade de sa carrière et ses textes sont des plus captivants. Comme l'histoire se poursuivait toujours de semaine en semaine et qu'il était important d'accrocher les lecteurs au maximum, le roman est riche en émotions, en action et l'histoire est souvent plus intense, voire dure que le téléroman qui était suivi par toutes les familles. Tous les personnages y parlent non seulement avec leurs expressions typiques mais également en utilisant la “parlure” de l'époque qui nous semble si lointaine maintenant. À vrai dire, ceux qui se donneront la chance de lire cette oeuvre devraient être beaucoup moins dépaysés a l'écoute des Pays d'en haut cet automne.

L'auteur est né en 1894 et a rassemblé tout au long de sa vie une imposante collection d'archives sur l'époque des défricheurs de sa région. En écrivant ces textes au début des années cinquante, il avait encore aisément accès à des témoignages de personnes ayant vécu cette époque et il s'est fait un devoir de rendre ses textes les plus authentiques possible. Son roman feuilleton se conclut abruptement en mai 1956 avec la fin de publication de l'hebdomadaire, nous laissant avec une histoire à tout jamais incomplète. Je suis parvenu a convaincre le petit-neveu de l'auteur, Pierre Grignon d'écrire une conclusion, tout à fait à la hauteur des textes de son illustre parrain.

 

 

 

Cette saga de plus de 1500 pages est disponible dans toutes les bonnes librairies en trois tomes sous le titre: Séraphin: nouvelles histoires des pays d'en haut (éditions Québec Amérique, 2013-2014)

 

 

Photos et Vidéo : Mario Landerman