Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

Accueil Arts Multiples Arts Visuels Cinéma Livres Humour Musique Nostalgie
Télévision Théâtre Société Voyages/
Tourisme
Facebook Équipe Liens Contact
Royal du Perron
Vendredi, 12 août 2011
par Royal du Perron

Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

 

Hughette Proulx

Lettre à Hughette Proulx

Chère Hughette Proulx,


Maintenant que vous n’êtes plus là, c’est plus facile de mettre la pudeur de côté pour dire les choses.  J’ai toujours eu une grande affection pour vous.  Ce n’est pas pour rien qu’on vous avait surnommée «la petite fille du peuple». Il y avait une teinte de franchise et de sincérité dans votre voix, le cœur nous disait qu’il ne serait pas trahi en vous aimant.


Vous étiez alors très populaire. Alors étudiant à l’Université de Montréal, j’avais osé vous demander rendez-vous dans les studios de CJMS après votre émission. J’avais un travail à préparer (une entrevue audio avec personnalité controversée). C’était un travail d’équipe avec une camarade de classe (Tanya Claessens) et tous deux avions beaucoup d’admiration pour vous.  Apprenant qu’on étudiait en communications, vous nous avez souhaité «bonne chance» car vous considériez que cette sphère d’activités était devenu très «sauvage». (Vous devriez voir ce que c’est devenu en 2011.)


Vivre dans la controverse

 


J’ai toujours suivi de près votre carrière, vos émissions de télé au Canal 10, votre émission Radio-Sexe à CJMS qui était diffusée partout au Québec, jusque dans les tavernes.  Vous en avez déniaisé du monde, des ménagères aux «gros straights épais» qui ne connaissaient pas vraiment la sexualité. Vous avez aidé les femmes à mieux comprendre leur mari, les hommes à être de meilleurs amants, les gais à s’accepter. Dans l’entrevue que vous avez eu la gentillesse de m’accorder en 2008, vous avez dit qu’on avait alors une couche. Une couche d’épaisseur incroyable, ai-je compris. Nos contemporains ne savaient pas faire et dire les choses.  Les curés vous ont fait la vie dure car vous disiez les vraies affaires en appelant un chat, un chat. Vous n’avez pourtant gardé aucune rancune à leur égard. Le mensonge n’avait pas droit de cité chez vous. Vous avez été un modèle; chaque émission, chaque apparition télé, chaque intervention était une invitation à être soi-même.

Je vous aime pour votre regard franc, votre simplicité volontaire et votre franchise.  Vous faites preuve de qualités humaines rarement réunies chez une seule personne. Pardonnez-moi mais je refuse de parler de vous au passé.  Votre vivacité demeurera à jamais présente dans mon cœur et mon esprit.

Hughette Proulx

La Société Radio-Canada consacre une émission aux doyens de l'Union des artistes alors que l'animatrice Dominique Poirier reçoit Hughette Proulx, Gaston L'Heureux, Denyse Émond du duo Ti-Gus et Ti-Mousse ainsi que l'animateur Jacques Houde.

 

Photos : Mario Landerman, David Lavallée
Vidéo : Mario Landerman

©2011, zoneculture.com--Tous droits réservés