Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

Accueil Arts Multiples Arts Visuels Cinéma Livres Humour Musique Nostalgie
Télévision/
Radio
Théâtre Société Voyages/
Tourisme
Facebook Équipe Liens Contact
Royal du Perron
Vendredi, 24 février 2012
par Royal du Perron

Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

 

Marie-Antoinette

Marie-Antoinette : Une oeuvre magnifique sur Planète+

 

Docufiction de Yves Simoneau et Francis Leclerc, France, Québec, 2006. Distribution :  Karine Vanasse, Olivier Aubin,  Hélène Florent, Paul Hébert, Marie-Ève Beaulieu, Paul Savoie; Narration : Guy Nadon; Scénario : Jean-Claude Carrière;; Production : Émergence International et Télé-Québec, GMT Productions, France 2.

L’idée est venue lors d’un dîner à Paris réunissant Yves Simoneau et des producteurs français.  Le projet : tourner «sur fond vert» un long métrage relatant la vie de Marie-Antoinette, avec des comédiens québécois, en studio à Montréal alors que les décors réels seront tournés en région parisienne.

Ce procédé révolutionnaire était alors inconnu en France mais Simoneau a su convaincre ses interlocuteurs. Le tout a été réalisé avec l’étroite collaboration de la compagnie Hybride, basée dans les Laurentides, spécialisée en effets visuels et récipiendaire de plusieurs distinctions internationales.

Le film débute quand Marie-Antoinette, 38 ans,  (Karine Vanasse) reçoit dans sa cellule sa condamnation à mort par décapitation, lue à haute voix par le Juge lui-même (un Paul Hébert au verbe tranchant et à l’oeil noir).  Le narrateur, Guy Nadon nous raconte alors d’impeccable façon l’histoire de cette petite Autrichienne venue en France, s’installer à Versailles pour épouser un ado, le futur roi Louis XVI (Olivier Aubin), alors qu’elle vient d’avoir 15 ans.  Merveilleuse Karine Vanasse qui à cet âge laisse voir la candeur et l’innocence du personnage mais qui affichera des décennies plus tard, une moue désintéressée quand on lui parlera de son peuple qui crève de faim, tout en affichant un port royal.

Marie-Antoinette

À la mort de Louis XV, affreusement mutilé par une sorte de scorbut, Marie-Antoinette s’écriera : «Nous sommes beaucoup trop jeunes pour régner!» Olivier Aubin choisit par Leclerc pour incarner Louis XVI rend lui aussi à merveille son personnage assez maladroit, perdu dans des souliers trop grands. 

Mais «le roi est mort, vive le roi» a été prononcé et cette insouciante jeunesse laissée à elle-même, coupée du peuple, fera des folies, dans cette prison dorée, organisant des réceptions fastueuses pour une cour ingrate qui ne cesse de comploter dans son dos.

Un apport considérable : Paul Savoie incarne un Louis XV avec un naturel désarmant.  Les David La Haye (Cardinal de Rohan), Hélène Florent (Madame du Barry) Paul Ahmarini (le coiffeur) et Roc Lafortune (Ministre Necker) sont remarquables.  Mais tous les comédiens sont si efficaces qu’ils disparaissent sous leur perruque comme c’est le cas pour Paul Doucet et Daniel Brière devenus totalement méconnaissables. Par ailleurs, la jeune Chloé Rocheleau incarne joliment bien Marie-Thérèse, la fille du couple royal. 

Le scénariste Jean-Claude Carrière a réussi a bien démontré la tension dramatique alors que s’exerce la lente descente aux enfers orchestrée par les dépenses folles de Marie-Antoinette : les toilettes somptueuses, le Trianon, la fermette... Ces dépenses si extravagantes, qui mêlées à l’intransigeance du roi, ont engendré la colère du peuple, une colère qui, comme on le sait, les conduira tous deux à l’échafaud.

Les scènes sur fond vert ont toutes été tournées à Montréal et transposées à des scènes prises à Versailles notamment dans la galerie des Glaces, le salon du Roi, la chambre de la Reine, le salon de la Paix, au Trianon mais mais aussi à la Conciergerie et aux Tuileries.  

Marie-Antoinette est une véritable pièce d’anthologie, une page d’histoire à ne manquer sous aucun prétexte. Bravo aux réalisateurs ainsi qu’au télédiffuseur québécois original (Télé-Québec) et à ses partenaires d’avoir réussi pareil coup de maître.

Marie-Antoinette
L'équipe de comédiens derrière cette superbe production

 

Si vous avez manqué cette oeuvre grandiose, elle sera rediffusée sur Planète+. Ne la manquez pas!

En diffusion lundi 27 février, à 21h. Rediffusions en février : le 29 à 1h. En mars : le 1er à 16h30, le 3 à 23h, le 7 à 16h30, le 11 à 13h30, et le 13 à 16h30 et 23h30.

 

Pour en savoir plus : http://www.lachaineplanete.com/

 

Photos : Mario Landerman

©2012, zoneculture.com--Tous droits réservés