Mario Landerman

Jeudi 9 juillet 2015

par Mario Landerman

Théâtre

Adieu, je reste!

Adieu, je reste!

Ah, les infidélités conjugales et amoureuses!  Un des thèmes favoris à exploiter lorsque vient le temps de présenter les comédies légères de l’été.  Le collectif théâtral Les projets de la meute l’a bien compris, puisqu’ils présentent deux comédies de ce genre  dans leurs productions de 2015 : Boeing Boeing et Adieu, je reste! 

 

 


Les Projets de la meute, c’est un collectif théâtral, fondé par  André Robitaille et Mario Provencher, qui agissent à titre de producteurs.  Pour Adieu, je reste!, la mise en scène tombe sur les épaules de Stéphane Bellavance.  J’aimerais dire qu’il est bon, mais je vais me contenter de dire qu’il est génial!  Il maîtrise parfaitement l’épineuse situation de ce chassé-croisé d’infidélités, en jonglant avec le beau quatuor qui l’assiste dans ce succès estival :  Pierrette Robitaille, Anne Casabonne, Stéphane Breton et Claude Prégent.


Gigi (Anne Casabonne) est une maîtresse quelque peu simplette, avec une pointe de vulgarité, défauts qui sont compensés par son franc-parler et son grand cœur.  Son amant, Jean-Charles, (Claude Prégent), un peintre raté, courailleux et manipulateur, manœuvre pour éliminer sa femme avec l’aide de Gigi. Lorsque qu’elle arrive dans l'appartement de Barbara (Pierrette Robitaille) une célèbre écrivaine déprimée et en panne d’inspiration, elle n'ose pas l’assassiner,  préférant lui venir en aide. Les deux femmes découvriront peu à peu et de bien amusante façon pour le public bien des choses qu'elles ignoraient de cet homme dont elles croyaient, toutes les deux, être aimées.  Pour parfaire le tableau, on y ajoute le voisin Gilles (Stéphane Breton), qui en profitera pour faire une belle prise.


Inutile de dire que lorsque Pierrette Robitaille apparaît dans une production, la seule évocation de son nom suffit pour commencer à rire, à la pensée de tous ces moments de comédie qu’elle nous réserve.  Et la dame ne déçoit nullement.  Que ce soit la scène où elle arrange artistiquement sa mort, ou ses discussions avec Gigi, ou encore les découvertes sur les infidélités de Jean-Charles, on rit allègrement.


Cependant, Pierrette a à composer avec un élément inattendu cette fois-ci, et c’est Anne Casabonne.  Une comédienne des plus expérimentées, son personnage de Gigi ne cède pas un pouce de terrain.  Pour quelqu’un qui aime les dialogues savoureux, il est jouissif d’entendre les deux comédiennes argumenter à tout propos, et inutile de dire que la majorité des rires déclenchés dans la salle, on le devait à ce duo de choc et de charme!

 

Adieu, je reste!


N’oublions quand même pas les hommes, qui ont aussi leur mot à dire dans cette pièce.  Bien que le rôle de Claude Prégent soit quand même court, son Jean-Charles demeure consistant jusqu’à la fin, aussi manipulateur et sans cœur qu’il est permis de l’être lorsqu’on joue un tel rôle.  Son changement d’attitude à la fin de la pièce aura des conséquences inattendues.  Mais chut!  Pas question de vous dévoiler les surprises ici!

 

Adieu, je reste!


Et on arrive au dernier membre du quatuor, et non le moindre, Stéphane Breton.  Dans cette comédie, il campe un voisin envahissant, en manque de sexe, mais plein de bonnes intentions, lesquelles le mèneront tout droit en enfer à son insu.  Ses interventions furent très souvent amusantes, mais ses talents en cuisine sont à revoir.  Conseil à Stéphane, ou plutôt à son personnage de Gilles : les croquettes de morue pour recevoir une fille à dîner, c’est vraiment pas une bonne idée!

 

Adieu, Je reste!Adieu, je reste!


Le seul bémol de cette pièce tient au décor.  Je comprends qu’on ait voulu reproduire un appartement ultra-moderne d’un centre-ville.  Mais peut-être a-t-on voulu trop bien faire.  Le bureau de Barbara ressemble davantage à un décor de séance de dédicace en librairie.  Je comprends qu’on veut dépeindre le personnage comme étant une très populaire auteure, mais ça distrait du reste de l’appartement.


Adieu, je reste!


Le théâtre Hector-Charland se fait l’hôte de cette pièce jusqu’au 29 août 2015, pour notre plus grand bonheur.  Car c’en est un en effet que de voir un duo électrisant comme Pierrette Robitaille et Anne Casabonne se donner la réplique.  Si vous aimez les dialogues punchés et les infidélités conjugales, ne manquez pas ce rendez-vous à l’Assomption! 

 

 

Adieu, je reste!

Une comédie d’Isabelle Mergault, adaptée par Maryse Warda
Mise en scène par Stéphane Bellavance


Du 3 juillet au 29 août 2015
Une production des Projets de la meute
Au Théâtre Hector-Charland de l’Assomption


Avec Pierrette Robitaille, Anne Casabonne, Claude Prégent et Stéphane Breton


Directeur artistique : André Robitaille
Décors, costumes et accessoires : Marc Senécal
Agent de tournée : Sébastien G. Côté de KO SCÈNE 


HORAIRES ET TARIFS


Du jeudi 3 juillet jusqu’au samedi 29 août 2015
Les jeudis, vendredis et samedis à 20 h 30
Théâtre Hector-Charland
225, boul. de L’Ange-Gardien
L’Assomption, J5W 4M6 


Billetterie 
Achat par téléphone (avec carte de crédit)
450 589-9198 / 1 877 589-9198, poste 5
À noter : lors d'une commande téléphonique, des frais de 1 $ s'ajouteront au prix de chaque billet.


Achat au comptoir de la billetterie
225, boulevard de L’Ange-Gardien
L’Assomption, Québec
J5W 4M6
Mode de paiement acceptés : argent comptant, paiement direct, Visa et Mastercard 


Régulier : 58$
Étudiant et personne âgée (60 ans et plus) : 56$
Achat en ligne (Réseau Admission)
Les billets sont également disponibles sur le Réseau Admission.
1 855 790-1245
Frais supplémentaires applicables, ces frais sont à la discrétion du Réseau Admission et sont sujets à changements sans préavis.


Trajet pour se rendre au Théâtre Hector-Charland


En provenance de Montréal
Rejoindre l'Autoroute 40 Est vers Québec
Prendre la sortie 106 en direction de L'Épiphanie/L'Assomption
Tournez à gauche sur route 341 Nord
À la troisième lumière, tournez à droite sur route 344 Est
Au premier arrêt, tournez à gauche sur le boulevard de l'Ange-Gardien
Nous sommes situés au 225, boulevard de l'Ange-Gardien.


En provenance de Québec
Rejoindre l'Autoroute 40 Ouest vers Montréal
Prendre la sortie 110 en direction de Saint-Sulpice/L'Assomption
Tournez à droite sur route 343 Nord
À la deuxième lumière, tournez à gauche sur le Boulevard de l'Ange-Gardien
Nous sommes situés au 225, boulevard de l'Ange-Gardien.


Vidéo : Mario Landerman

Photos : Photograph-i.com