Céline de la Roche

Jeudi 27 mars 2014

par Céline de la Roche

Théâtre

 

Partition de la femme en cinq décennies 


Du 11 mars au 5 avril, la célèbre pièce de théâtre du dramaturge québécois Michel Tremblay, Albertine, en cinq temps, est mise en scène par la directrice artistique et générale du Théâtre du Nouveau Monde, Lorraine Pintal. Depuis 30 ans, cette œuvre, écrite en tout juste deux semaines, est jouée à travers le monde et toujours aussi acclamée, avec cette fois un nouveau sextuor d’actrices bouleversantes.

Albertine a 70 ans (Monique Miller), elle se retrouve dans une chambre d’un foyer de personnes âgées, seule avec ses souvenirs et les fantômes de la femme qu’elle fut à 30 ans (Emilie Bibeau), 40 ans (Eva Daigle), 50 ans (Marie Tifo) et 60 ans (Lise Castonguay). Et sa sœur Madeleine (Lorraine Côté), femme modèle, à la vie classique qui contraste avec celle d’Albertine, mouvementée par une existence tragique.

Madame Pintal nous présente une Albertine, en cinq femmes, cinq voix qui luttent, souffrent, dénient le passé, toutes prisonnières da la violence d’un destin qu’elles ne pourront éviter. C’est le récit d’une femme en manque d’amour, dont la rage résonne avec sa marginalité. Sa sœur, témoin et confidente, à la fois détestée et aimée, ne quittera pas ses souvenirs et son existence, liant et déliant toutes les Albertine. L’œuvre est sans conteste, très actuelle, et passe au travers des années sans prendre une ride.

Les six actrices, qui restent sur scène durant tout le spectacle, sont aussi brillantes les unes que les autres. Elles arrivent à nous plonger dans l’univers de ce personnage complexe dont le portrait est si talentueusement écrit par Michel Tremblay. Une mise en scène sans fioritures, supportée par un décor construit de façon à ce que chacune des Albertine ait son espace de vie. Pour ce, une immense structure blanche a été réalisée, avec un escalier de chaque côté qui mène à un étage où les Albertine de 40 et 60 ans y trouvent leur nid. La pièce se termine sur un magnifique tableau avec la réunion de toutes ces femmes qui n’en composent qu’une seule, toutes enroulées dans un beau manteau rouge.

La metteure en scène a su aller dans la simplicité pour porter un propos lourd et difficile. Au travers des costumes de Sébastien Dionne, des coiffures de Rachel Tremblay et Eve Turcotte, et, bien entendu, du jeu des actrices, le temps, l’époque, notre société, et les souvenirs changent. Albertine évolue dans une rythmique dictée par une chorégraphie superbement orchestrée par Lorraine Pintal, qui rêvait depuis ses débuts de monter cette pièce phare. Depuis 1984, 16 grandes actrices québécoises ont incarné une Albertine dans trois productions marquantes.

À noter, trois supplémentaires les 9, 10 et 11 avril. Le spectacle sera présenté par la suite au Centre national des arts à Ottawa du 30 avril au 3 mai.

 

 

 

Albertine, en cinq temps
De Michel Tremblay
Mise en scène de Lorraine Pintal
Au Théâtre du Nouveau Monde


Pour en savoir plus : www.tnm.qc.ca

Billetterie : 514 866 8668

Vidéos : Courtoisie du TNM