Royal du Perron

Mercredi 6 novembre 2013

par Royal du Perron

Théâtre

La traversée de la mer intérieure

La traversée de la mer intérieure : les élans naturels du cœur


Cette pièce de Jean-Rock Gaudreault lève un autre fois le voile sur un coin de pays, le royaume du lac.


Un vieil homme, ex-député a senti le besoin de faire le tour du monde après le décès de sa femme survenu au terme d’une longue maladie.  Les contrées lointaines d’autres continents ont réussi à panser les nombreuses blessures.  À son retour, sa vieille complice d’élections (on devine : amoureuse de lui en secret) est toujours disponible pour l’épauler alors qu’il entend briguer à nouveau les suffrages.  Mais voilà, les choses ont changé et notre vieux loup qui est à mille lieux des réseaux sociaux devra se moderniser – à son corps défendant.


Rien d’étonnant que les principaux personnages soient interprétés par deux natifs de la région, Michel Dumont (Rosaire Bouchard) et Pauline Martin (Solange Lemieux). Ces deux-là ensemble savent rendre toute la saveur locale et leur complicité font des petits miracles sur scène, y compris dans le non-dit.  Les deux autres comédiens se glissent dans la peau de leur personnage avec aisance. Marc Legault (Paul-Émile Robillard) ami de longue date, méconnaissable,  a été ravagé par les ans et son esprit vagabonde au grand large. Pierre-François Legendre (Éric Martel-Desforges),  jeune stratège citadin, vient prêter main forte au vieux têtu pour l’aider à faire campagne au 21e siècle, mais réussira-t-il?


L’action se déroule à Péribonka, au chalet de Rosaire, au bord du lac.  L’auteur a aussi choisi de traverser toutes les étapes qu’a vécu le Québec depuis 1976.  L’autonomie, la souveraineté, les gens du royaume les ont toujours souhaitées mais un nombre incalculable d’embûches se sont dressées sur la route.  Marc Legault se débrouille fort bien dans ses quelques tirades délirantes et Pierre-François Legendre est crédible en jeune stratège venu de la ville pour aider à démarrer une campagne qui ne réussit pas à décoller.  Mais Rosaire et Solange voudront-ils seulement se moderniser?


Le décor du chalet est joli et sobre avec, à l’arrière-plan, des ciels magnifiques, dotés de lumières exceptionnelles.  La mise en scène de Monique Duceppe repose sur une sobriété de bon aloi, avec toutefois des éclats de voix des personnages parfois plus grands que nature.  L’auteur a choisi de présenter son propos sous l’angle d’un humour assez présent afin de faire réagir le spectateur et il gagne son pari : la salle rit beaucoup.  Cela allège considérablement l’ambiance parfois un peu lourde car le sujet n’est pas des plus simples.  Les scènes finales sur la lac et les forêts qui le bordent sont saisissantes. Mais la toile de fond c’est aussi la capacité de traverser la vie sans trahir les convictions personnelles et surtout les élans naturels du cœur.

 

 

 

 

À la Compagnie Jean-Duceppe jusqu’au 7 décembre.

La traversée de la mer intérieure

De Jean-Rock Gaudreault, mise en scène par Monique Duceppe

Avec Michel Dumont, Marc Legault, Pierre-François Legendre et Pauline Martin.

Pour en savoir plus : www.duceppe.com

Photo : Courtoisie de Duceppe

Vidéo : Courtoisie de Duceppe