Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

Accueil Arts Multiples Arts Visuels Cinéma Livres Humour Musique Nostalgie
Télévision/
Radio
Théâtre Société Voyages/
Tourisme
Facebook Équipe Liens Contact
Céline de la Roche
Mardi, 03 avril 2012
par Céline de la Roche

Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

 

Roi Lear

L’histoire du  Roi Lear vue par Denis Marleau

 

Metteur en scène majeur du Québec, cofondateur et directeur artistique de la compagnie UBU, Denis Marleau collabore pour la première fois avec le grand comédien Gilles Renaud pour nous proposer une lecture très actuelle de la pièce de Shakespeare écrite il y a plus de 400 ans. Ce n’est pas son premier Shakespeare (NDLR : il a monté la pièce Othello), mais dans cette nouvelle scène, il aiguise avec une grande intelligence son regard sur cette tragédie traduite par Normand Chaurette.

Le Roi Lear, c’est le déclin d’un roi qui perd son pouvoir et son identité, poussé par ses propres filles dans les méandres de la folie et la déchéance. À l’approche de la mort, il décide de partager son royaume entre ses trois filles, mais ne recevra en échange qu’ingratitude et maltraitance. Vieillesse, humanité, drame familial, pouvoir… Des thématiques loin d’être désuètes en 2012 que Denis Marleau aborde avec une maturité acquise au fil des épreuves: « Je ne pense que l’on puisse monter Lear à 25 ans. Pour toucher l’os, comprendre notre condition humaine, il faut être passé par certains deuils, ce que peut engendrer la perte d’un père. » Le drame de la vieillesse raconté par Shakespeare reprend sa signification dans une mise en scène et un décor ultramoderne. C’est du « Denis Marleau »… avec l’utilisation du multimédia dans cette première scénographie théâtrale du plasticien Guillaume Lachapelle. Sur scène, des maquettes miniatures représentent les différents lieux de l’histoire. L’espace prend alors toute sa dimension avec la projection des images vidéo de Stéphanie Jasmin qui filme ce décor dans un rapport d’échelle qui appuie toute la puissance du texte de Shakespeare. « J’ai voulu suggérer ces appréhensions du réel, dans le petit et dans le grand » explique le metteur en scène qui voyage tout au long de la pièce dans trois univers sonores.

Le jeu d’acteur prend toute son ampleur grâce à une distribution à la fois juste et sensible. « Avec Shakespeare, on est dans les grandes émotions, dans des grandes envolées, ce n’est pas banal, on n’est pas dans le quotidien » souligne Gilles Renaud qui partage la même vision de son personnage que Denis Marleau. L’émotion qui marque au fer chaud la pièce est bien la douleur… Une douleur qui rend fou le roi… Un rôle pas facile que Gilles Renaud porte avec une épatante sensibilité… Il lui manque juste quelques rides en plus, celles des 80 années du Roi Lear…

 

L’histoire du Roi Lear de Shakespeare
Mise en scène de Denis Marleau
Avec Jean-François Blanchard, David Boutin, Jean-François Casabonne, Denis Gravereaux, Bruno Marcil, Pascale Montpetit, Vincent-Guillaume Otis, Evelyne Rompré, Paul Savoie et Marie-Hélène Thibault
13 mars au 07 avril 2012
Théâtre du Nouveau Monde

 

Pour en savoir plus : www.tnm.qc.ca

 

Photo : Jean-François Gratton / une communication orangetango

©2012, zoneculture.com--Tous droits réservés