Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

Accueil Arts Multiples Arts Visuels Cinéma Livres Humour Musique Nostalgie
Télévision/
Radio
Théâtre Société Voyages/
Tourisme
Facebook Équipe Liens Contact
Céline de la Roche
Lundi, 17 octobre 2011
par Céline de la Roche

Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

 

L'École des femmes

L’École des femmes : une résonnance dans nos sociétés

 

Remonter un classique de Molière sans tomber dans le déjà-vu, voilà le défi que s’est lancé Yves Desgagnés avec L’Ecole des femmes. Sur la scène du TNM, le 4ème mur de Brecht tombe, le classique se mélange avec le contemporain, et les comédiens nous font partager le plaisir qu’ils prennent à manier les vers de l’auteur dans cette comédie de mœurs sur l’émancipation des femmes.

Trois coups de brigadier, levé de rideau dans l’art de la tradition : Arnolphe, homme d’âge mûr est hanté par la peur d’être trompé par une femme. Il élève une jeune fille, Agnès, à l’écart du monde et dans l’ignorance pour en faire son épouse parfaite. Lorsqu’Horace, fils d’un de ses vieux amis, rencontre Agnès, c’est le coup de foudre. Le jeune homme se confie et demande alors l’aide d’Arnolphe qui voit ses plans déjoués. Stratagèmes, quiproquos, ruses… Mais comment aller à l’encontre de l’amour et de l’émancipation d’une femme ? Molière se joue de la jalousie, de l’hypocrisie, et de la cupidité des hommes. Il avait écrit cette pièce en 1662 en réponse aux attaques et accusations reçues après avoir épousé la fille de sa maîtresse, alors âgé de 19 ans.

Guy Nadon excelle dans le rôle d’Arnolphe de 1500 vers qu’il a commencé à se mettre en bouche dès le mois de mars. Un personnage qui a souvent été interprété comme un monstre détestable, mais qu’Yves Desgagnés a su rendre sympathique et drôle avant de découvrir son vrai visage. Quant à Sophie Desmarais, elle incarne Agnès avec toute la fragilité, la force et la douceur, propre au personnage de Molière.

La scène représente l’arrière d’un théâtre avec ses murs en briques, ses cordes, ses projecteurs et sa porte de sortie. Desgagnés s’est servi de décors qui représentent le théâtre dans le théâtre dans le théâtre comme de petites poupées russes pour nous plonger dans les coulisses de l’Ecole des femmes. Des pans dessinés se déroulent sur scène, des touches de commedia dell’arte, des gestuelles qui rappellent parfois Goldoni, le souffleur sur le bord de la scène qui suit l’action avec le texte en main, les comédiens qui oublient un accessoire et en joue… Tout est dans le détail avec Desgagnés, et rien n’est laissé au hasard pour appuyer la réflexion de Molière sur la place des femmes et la puissance de l’amour. Un vent frais de modernité, de surprises, et d’idées originales sur cette critique sociale qui plus de quatre siècles plus tard trouve encore une résonance dans nos sociétés.

 

 

 

L’école des femmes de Molière
Mise en scène : Yves Desgagnés
Avec Jean-Philippe Baril Guérard, Henri Chassé, Pierre Collin, Louison Danis, Sophie Desmarais, Mathieu Handfield, Miro Lacasse, Raymond Legault, Guy Nadon


Au Théâtre du Nouveau Monde jusqu’au 29 octobre 2011

 

Pour en savoir plus :  www.tnm.qc.ca

 

Photo : Jean-François Gratton

©2011, zoneculture.com--Tous droits réservés