Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

Accueil Arts Multiples Arts Visuels Cinéma Livres Humour Musique Nostalgie
Télévision/
Radio
Théâtre Société Voyages/
Tourisme
Facebook Équipe Liens Contact
Mario Landerman
Mardi, 10 juillet 2012
par Mario Landerman

Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

 

Photo 1

Ne pas déranger : Fou rire, magouilles, et vaudeville à revendre!

Au Pavillon de l’Île, à Saint-Bernard de Châteauguay, vous pourrez voir tout l’été une pièce divertissante, qui livre la marchandise, soit de faire rire les spectateurs.  Et du rire, il y en a!


Une pièce inédite de Jean-Denis Simard, en collaboration avec Jeff Boudreault, qui fait double emploi ici en tant que metteur en scène.  Le prolifique comédien signe ici ce qui pourrait bien être une des plus divertissantes sorties de l’été 2012.

 

Photo
Jean Petitclerc, en mafieux miteux, avec Catherine Lachance et Antoine Vézina

 

Photo
Une des magouilles de Gérard : l'alcool de contrebande. Au vu des ingrédients, on vous le déconseille!


Les comédiens sont au nombre de cinq : François Maranda, Antoine Vézina, Jean Petitclerc, Catherine Lachance et France Pilotte.  Dans un décor qui évoque un motel bas de gamme, et le bar attenant, l’histoire concerne Gérard (Jean Petitclerc), le patron de l’établissement.  Pêchant en eaux troubles, et d’allure louche, il est assorti au décor de son environnement!  Son bras droit, incarnée par Catherine Lachance, fait office de la distributrice de gros bon sens à tous ces paumés qui entrent et sortent du motel.  La comédienne est la seule de la distribution qui ne joue pas de multiples rôles.  Le barman (Antoine Vézina) fait beaucoup rire par la somme de défauts accumulés chez un tel homme.  La loi du moindre effort a droit de cité avec lui, et une de ses victimes se trouve souvent être son assistant, personnifié par François Maranda.  Ce dernier, qui joue un garçon timide en amour et plutôt naïf face à ses patrons réussit à rendre sympathique un personnage qu’on trouverait horripilant en temps normal.  Enfin, on a droit à une forte dose de France Pilotte, et on en redemanderait bien volontiers!  Son personnage de chanteuse de bar finie a le pouvoir de faire crouler la salle de rire, tellement le comique de l’interprétation brille d’autant de feux que sa robe en lamé.  En fait, quelques-uns des scketches de la pièce sont prétextes à des chansons ou des intermèdes musicaux, qui donne un air très festif à ce motel miteux. Le public ne s'y est pas trompé, et a embarqué joyeusement dans ce délire collectif. Un numéro sur deux chanteurs/danseurs country a énormément plu, tant par sa chorégraphie que par l'énergie qui s'en dégageait.

 

Photo
Cette interprétation de danse country m'a bien fait rigoler!

 

Photo
Dieu exaucera-t-il Gérard? Deviendra-t-il un honnête homme?


Tout ce beau monde va et vient entre le bar et le motel, pendant que Gérard rêve à se faire exproprier par le gouvernement, et toucher le gros lot ce faisant.  Un fonctionnaire du ministère se présente effectivement pour le rencontrer, mais il s’agit d’un représentant du ministère…du revenu.  Que va faire Gérard?  Dieu l’exaucera-t-il par un miracle, et deviendra-t-il un honnête homme?  Pour le savoir, il faudra aller voir la pièce!

 

Photo
France Pilotte en péripatéticienne, François Maranda en "squeegee" et Catherine Lachance


La séance d’environ deux heures est séparée en deux parties inégales, autant par la durée que par le feu roulant des gags.  En effet, la seconde partie m’a semblée un peu faible, face à la première.  Mais la solution serait bien simple ; donner quelques minutes de plus à France Pilotte en chanteuse de bar, ou à d'autres comédiens dans des numéros musicaux, et voilà!  On sera tellement occupés à rire que le temps va filer comme l’éclair!

 

Photo
Le duo du bar : Antoine Vézina et François Maranda


Il y a plusieurs options offertes pour cette agréable pièce de théâtre.  Vous pouvez vous prévaloir d’un forfait souper-théâtre.  La table du Manoir d’Youville est reconnue, tant par sa qualité que son prix, assez peu dispendieux.  Petit truc d’initié : vous pouvez acheter au Manoir plusieurs spécialités culinaires, comme la fameuse tarte aux pommes, ou encore le caramel à la fleur de sel, un véritable délice!  Vous pouvez aussi arriver plus tôt (ce que, personnellement, je fais), pour réaliser de magnifiques photographies, ou encore, simplement vous promener dans un cadre enchanteur et reposant.  Le prix du billet est de 36$, et les groupes de 20 personnes et plus bénéficient d’une escompte qui réduit le prix à 32$.

 

 


Voilà une façon agréable de passer une journée ensoleillée de vacances, en la terminant par un hilarant quintette de comédiens dans la pièce Ne pas déranger.  Vous en rirez tellement que vous ne souhaiterez pas être dérangés!


Les vendredis et samedis, jusqu’au 25 août.

 

Pour en savoir plus : http://www.facebook.com/TheatreEteChateauguay?ref=ts

 

Photos : Caroline Laberge/Vidéos : Mario Landerman

©2012, zoneculture.com--Tous droits réservés