Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

Accueil Arts Multiples Arts Visuels Cinéma Livres Humour Musique Nostalgie
Télévision/
Radio
Théâtre Société Voyages/
Tourisme
Facebook Équipe Liens Contact
Mario Landerman
Lundi, 24 septembre 2012
par Mario Landerman

Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

 

Richard III

Richard III : Quelle famille!


Pour quelques représentations, le Centre Segal des Arts de la Scène présente Richard III. Oui, vous avez bien lu, le drame de Shakespeare sur le prototype des familles célèbres et dysfonctionnelles. On ne fait pas plus actuel!


On aime beaucoup ou on peut être intimidé par l'œuvre de ce dramaturge britannique de la Renaissance. Pourtant, lorsqu'on se donne la peine de s'y attarder, on réalise combien Shakespeare savait bien dépeindre les mœurs de son temps, et de les transposer dans des trames historiques.


Celle qui nous occupe ici est particulièrement riche en rebondissements, ce qui ne saura manquer de nous river à nos sièges. De plus, l'humour noir et le ton mordant des répliques place cette pièce sur un pied d'égalité avec bien des œuvres théâtrales modernes traitant de thèmes similaires. Avant-gardiste, Shakespeare? Oh que oui. Tous les grands génies du théâtre le sont!


Richard III raconte le parcours du personnage-titre, dans sa soif de pouvoir, n'hésitant pas à recourir à tous les moyens, même les plus sanglants, afin de s'assurer le trône d'Angleterre. Sur le fond historique de la Guerre des Roses, les factions se dessinent, et le nouveau roi risque malgré tout de ne pas demeurer longtemps en place…


La compagnie de théâtre Metachroma produit cette pièce, en collaboration avec le Centre Segal. Une troupe des plus intéressantes, que je fus heureux de découvrir de cette façon. Jamie Robinson, qui incarne Richard, Duc de Gloucester, est savoureux dans son interprétation du personnage. Il pratique l'ambiguïté de telle façon qu'on ne peut se résigner à franchement l'aimer ou le haïr. Le visage particulier de cet acteur contribue encore plus à cette impression.


L'homme à abattre, le roi Edward IV, est incarné par Azeem Nathoo, un bel homme par contraste avec la « laideur » de Richard. Une beauté qui ne le sauvera certes pas des griffes de son terrible frère!


Parmi les dames, le rôle de la reine Elizabeth, femme d'Edward IV, est défendu par Tamara Brown, une des rares actrices de cette production à ne pas jouer plusieurs rôles. Il était impossible d'oublier pour une seconde la majesté de cette reine au destin mêlé de tragédies et, ultimement, de triomphe sur son plus grand ennemi.


Dans la vaste troupe d'acteurs de cette production, j'ai particulièrement apprécié ce qui, à mes yeux, demeure un gigantesque clin d'œil à l'époque de Shakespeare. En effet, à la Renaissance, tous les rôles féminins étaient joués par de jeunes garçons, puisque les femmes n'avaient de place au théâtre que parmi les spectatrices. Renversement total de situation dans la pièce présentée au Centre Segal. Non seulement hommes et femmes cohabitent sur scène, mais ces dernières n'hésitent pas à se travestir en homme lorsque la pièce l'exige. C'est ainsi que George, le duc de Clarence, est incarné par Julie Tamiko Manning, et Mellie Ng se taille la part du lion des rôles masculins, avec pas moins de trois rôles, dont le Prince de Galles, Edward.


Et c'est en cela que vient mon premier bémol sur la pièce. Richard III comprend tant de personnages, que je peux quand même réaliser qu'il est impossible de faire tenir tout ce monde sur la petite scène du Studio. La solution, qui se défend tout de même, c'est de faire jouer de multiples rôles par la plupart des acteurs. Mais quand tous les hommes se prénomment Henry, Edward, Richard ou George, ou encore les femmes, en Elizabeth et Anne, on en arrive éventuellement à une certaine confusion. Tout ce que je peux dire, c'est qu'une attention soutenue doit être de rigueur, surtout pour le spectateur qui n'est pas familier avec l'univers de Shakespeare. Ceux qui s'en donneront la peine seront récompensés par une pièce d'une rare richesse au niveau des émotions et des passions humaines.


Je ne peux passer à côté des costumes de Richard III, que j'ai trouvé carrément géniaux. En effet, ce mélange d'ancien et de moderne semble étrangement à sa place dans ce drame de la Renaissance. Un pourpoint sur un pantalon, ou une robe de style sans vertugadin et relevée sur le devant résout ingénieusement un problème qui se serait posé dans une petite salle, de costumes volumineux, et souvent inconfortables. Veronica Classen est à féliciter pour cette trouvaille, elle qui a également réalisé le design scénique.


Et c'est là qu'arrive le second bémol. Le côté minimaliste du décor se justifie avec une distribution d'une telle ampleur. Cependant, au-dessus des acteurs, trône une suspension figurant un château, fait en lamelles de ce qui apparaît du laiton, qui aurait été de toute beauté, développée à pleine grandeur. Dans l'état actuel des choses, le décor apparaît plutôt monotone.


Pour voir du Shakespeare, cependant, on oublie bien vite ces petits inconvénients, pour se concentrer sur ce qui compte vraiment, la pièce.

 


Une production parmi les plus succulentes d'une saison théâtrale qui, tant en français qu'en anglais, nous offre des bijoux cette année. Si vous êtes bilingue, courez assister à la montée en gloire et la chute de Richard III. Vous passerez une agréable soirée!


Richard III, de William Shakespeare


Avec :


Quincy Armorer - Le duc de Buckingham
Jimmy Blais - Le comte Rivers
Walter Borden - Lord Stanley
Tamara Brown - La reine Elizabeth
Lucinda Davis - Lady Anne
Diana Fajrajsl - La reine Margaret
Julie Tamiko Manning - La duchesse d'York; George, duc de Clarence; l'évêque d'Ely
Azeem Nathoo - Le roi Edward IV; Sir Richard Ratcliff
Meilie Ng - La marquise de Dorset; Edward, Prince de Galles
Mike Payette - Lord Hastings; Le comte de Richmond, plus tard le roi Henry VII
Jamie Robinson - Richard III
Amrit Sanger - Sir William Catesby; Sir Robert Brakenbury


Et les talents de :


Joel Miller - Metteur en scène
Rebecca Harper - Assistante à la mise en scène
Jody Burkholder - Directeur technique; Éclairages
Veronica Classen - Créatrice des décors, costumes et accessoires
Melanie Michaud - Assistante, Costume
Masha Smushkevitch - Assistante, Costume
Alycia O'Keefe - Son
Janis Kirshner - Publiciste
Melanie St-Jacques - Coordonnatrice de production; Régisseuse
Jo Joffre - Assistant de production
Alex Smith - Assistant de production
Bonnie More - Assistante de production


Du 19 au 30 septembre 2012, au Centre Segal, salle Studio. Billets à partir de 18 $.

 


Pour en savoir plus : http://www.segalcentre.org/fr/a-laffiche/a-laffiche/theatre/studio-theatre/richard-iii/

 

Photo et vidéo : Metachroma

©2012, zoneculture.com--Tous droits réservés