Royal du Perron

Lundi 3 janvier 2016

par Royal du Perron

Théâtre

Une heure de tranquilité

 

Une heure de tranquillité : un bon divertissement


L’action se déroule à Montréal, dans le condo d’un couple apparemment sans histoire. Michel (Roger La Rue) aimerait bien avoir une minute de répit pour écouter un vieux disque qu’il désirait depuis longtemps et qu’il vient de dénicher dans un bazar.  Nathalie (Josée Deschênes) arrive à ce moment pour lui étaler ses états d’âme, ses séances de psychanalyse et ses doutes sur le couple qui selon elle s’effrite. Mais voilà que se pointe Léo (Antoine Vézina), un ouvrier maladroit qui brise les tuyaux par inadvertance. Pendant ce temps, Isabelle (Mireille Deyglun), amie intime de Nathalie et maîtresse de Michel, téléphone à son amant sur son portable.  

 

Une heure de tranquilité

 

Ce n’est là que le début d’une série d’embarras qui se dérouleront sous les yeux du spectateur durant une heure et demie.  S’ajoutent à cet imbroglio trois autres personnages bien campés, Sébastien (Laurent Duceppe) jeune musicien hippie très bizarre, Antonio (Bobby Beshro) voisin inondé par les maladresses de Léo et Pierre (Stéphane Jacques) amant régulier de Nathalie et géniteur présumé de Sébastien.  Ouf ! Quelle sauce bien épicée !

 

Une heure de tranquilité

 

L’auteur Florian Zeller (prix Jeune Théâtre de l’Académie française) propose dans cette pièce des mises en situation fort cocasses et donne à l’acteur principal, Roger La Rue, l’occasion de présenter de beaux numéros d’acteurs. Le sourire en coin, Josée Deschênes et Mireille Deyglun, jouent bien leur personnage respectif d’épouses infidèles. Quant à Bobby Beshro, il incarne joliment le voisin encombrant qu’on souhaiterait ne pas avoir.  Antoine Vézina campe bien cet ouvrier portugais  drolatique et bien mignon avec ses entrées et sorties de scène en trottinant.  Stéphane Jacques joue bien  l’amant de Nathalie qui ne se dérobe pas devant la possible paternité du musicien. Laurent Duceppe, ce fameux Sébastien à la tignasse hirsute, rend crédible l’étrangeté du personnage. Le public réagit bien aux situations cocasses et les rires fusent de toutes parts.  L’adaptation et la mise en scène sont signées Monique Duceppe qui a su rendre la couleur locale à ce petit bijou de pièce que je qualifierais de bon divertissement avec un punch final éblouissant.

 

 

 

 

Une heure de tranquillité chez Duceppe jusqu’au 6 février.

Texte de Florian Zeller
Mise en scène et adaptation de Monique Duceppe

Distribution : Roger La Rue, Bobby Beshro, Josée Deschênes, Mireille Deyglun, Laurent Duceppe, Stéphane Jacques, Antoine Vézina

Pour en savoir plus : www.duceppe.com

Photos : Caroline Laberge

Vidéo : Courtoisie Duceppe