Céline de la Roche
Mercredi, 18 mai 2011
par Céline de la Roche
Arts Visuels
 

Lalala Human Steps

La La La Human Steps : grâce et vitesse

Le chorégraphe québécois d’origine espagnole et marocaine, Édouard Lock, a présenté en première nord-américaine sa Nouvelle création pour trois soirs à la Place des Arts. Une histoire sur l’ombre et le souvenir de l’amour accompagnée d’un mélange de musique baroque et classique interprétée sur scène par un quatuor de musiciens.

Après la première en janvier dernier à Amsterdam, Montréal a pu découvrir la nouvelle création d’Édouard Lock qui n’a toujours pas de nom officiel : « comme celle-ci est basée sur deux opéras très connus, j’ai l’impression qu’un seul titre serait réducteur ». Ces deux opéras, ce sont Orphée et Eurydice, composé par Gluck (classique), et Didon et Énée par Purcell (baroque).

Le phrasé chorégraphique de Lock reprend la formule rythmique et visuelle qu’on lui connaît: symétrie des corps, jeux de lumières et d’ombres, amplitude des mouvements, enchaînements d’une extrême rapidité, pointes. La gestuelle est tellement dynamique et vertigineuse que les détails des visages et des corps des interprètes nous échappent. « Le danseur n’est pas là pour être observé ; il l’est, mais il ne doit pas avoir l’attitude de l’être, il ne doit pas générer des structures qui sont faciles à déchiffrer par l’observateur ».

Après Amjad (2007), le chorégraphe fait à nouveau appel à Gavin Bryars pour composer la trame sonore de l’œuvre. Saxophone, violon alto, violoncelle et piano s’harmonisent à la grâce des corps des danseur(se)s et de Diana Vishneva, artiste invitée du Ballet Marrinsky de Russie. Rythme, spontanéité, douceur… et quelques moments de silence laissant résonner les corps dans la salle sur un éclairage clair/obscur pensé « en fonction de ce qu’il cache plutôt que de ce qu’il révèle ».

Dans les duos et trios, la dynamo se créée au centre, entre la femme et l’homme. Par une oscillation vers et loin de ce centre, les corps éprouvent attrait et répulsion jusqu’à l’excès de la passion. En guise d’intermèdes, deux grands écrans verticaux descendent sur scène sur lesquels sont projetées en plan américain deux femmes, dont une danseuse, qui fixent le public, mais aussi un court film expressionniste. Réalisé en noir et blanc par Édouard Lock avec son complice André Turpin (NDLR: directeur photo d’Incendies, de Denis Villeneuve), ces films portent les danseur(se)s, et nous ramènent à leur réalité ainsi qu’au détail.

La Nouvelle création de Lock est une expérience sensorielle unique et envoûtante. La prestation des onze danseurs de la compagnie est encore une fois époustouflante. Le chorégraphe établit dans son oeuvre une connexion entre deux publics, ceux des chorégraphes contemporains et du ballet classique, de quoi en satisfaire plus d’un… !

Édouard Lock présente des spectacles sur les scènes du monde depuis les années 1980. Né en 1954 au Maroc, il émigre au Québec trois ans plus tard. Après des débuts avec la troupe Nouvelle Aire, ses premières œuvres, Temps volé (1975) suivie de La Maison de ma mère (1976), Remous (1977) et Le Nageur (1978), sont présentées à travers le Canada et à New York. En 1980, il fonde Lock-Danseurs, qui deviendra plus tard La La La Human Steps. Avec le spectacle Human Sex en 1985, la compagnie acquit une réputation internationale et Lock remporte un Bessie Award pour sa chorégraphie. Ce spectacle est à l'origine de la renommée de son travail : vitesse, complexité et démesure. Édouard Lock a été nommé Chevalier de l’Ordre national du Québec en 2001, et Officier de l’Ordre du Canada en 2002.

La La La Human Steps
Nouvelle Création
Chorégraphe : Édouard Lock

Pour en savoir plus : http://www.lalalahumansteps.com/new/

https://www.facebook.com/pages/LA-LA-LA-HUMAN-STEPS/54786888171

 

Photo : Courtoisie Communications Papineau-Couture

©2011, zoneculture.com--Tous droits réservés