Royal du Perron
Mercredi, 18 juillet 2007
par Royal du Perron

Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

 

Plus qu’un simple divertissement

ÉtoileÉtoileÉtoileÉtoile

 

 

Ma tante Aline (Béatrice Picard), c’est une chanteuse de cabaret usée, enjouée, exubérante et un peu roublarde. Dans son esprit, elle a 30 ans mais réalise-t-elle qu’elle a un demi-siècle de plus ? Endettée, pourchassée par les huissiers, elle ira se réfugier chez sa nièce Geneviève (Sylvie Léonard) pour échapper au centre d’accueil. 

Cette dernière, mésadaptée socio-affective, en fera voir de toutes les couleurs à son ami, Pierre-Alexandre (Rémi-Pierre Paquin). Le patron de Geneviève (Marc Messier) sera irrité par les extravagances et les indiscrétions d’Aline, jusqu’à ce que la vieille dame devienne la vedette d’une campagne de financement au profit d’une œuvre caritative.

Béatrice Picard, débordante d’espièglerie et de vitalité, est filmée comme jamais on ne l’a vue dans sa longue carrière. Véhiculant une vision nouvelle du vieillissement, le film de Gabriel Pelletier (Karmina, La vie après l'amour) est fort éloquent et Dieu que ça fait du bien ! C’est presque un hymne à la beauté de vieillir.  Béatrice Picard peut tout jouer ou presque, et à l’aube de ses 80 ans, elle livre ici le rôle de sa carrière.  Cette Aline a le cœur à la bonne place et elle saura le prouver dans ce scénario de  Frédéric Ouellet et Stéphane J. Bureau exceptionnellement bien construit.

Sylvie Léonard, la nièce, rend bien son personnage de jeune femme d’affaires débordée par les événements.  Elle chante et danse fort joliment et elle sait émouvoir dans quelques rares moments de tendresse.  Rémi-Pierre Paquin crève l’écran dans un premier rôle au cinéma et il rend bien son personnage d’homme rose prêt à tout pour conquérir sa douce.  Un comédien talentueux voué à une belle carrière cinématographique.

D’autres personnages complètent  la distribution : Marc Messier incarne le président de la fondation. Avec ses cheveux bouclés, il sait convaincre par un jeu criant de vérité.  Vincent Leclerc campe efficacement un homme politique aux larges ambitions. Marcel Sabourin livre ici un caméo dans un superbe numéro avec l’héroïne du film : une tante Aline qui cause des problèmes, mais qui trouve aussi des solutions.

Ma tante Aline, c’est un beau clin d’œil au vieillissement, un film qui de loin dépasse le simple divertissement estival.

 




Avec Ma tante Aline, Gabriel Pelletier franchit une étape de plus
dans l’échelle des grands cinéastes

À l’affiche dès le 20 juillet.

 

Pour en savoir plus : http://www.frvmedia.com/3-productions.php?xlang=fr&xmode=all&xid=252&xtri=3

Photos des entrevues : Mario Landerman

©2010, zoneculture.com--Tous droits réservés