Royal du Perron
Lundi, 29 juin 2009
par Royal du Perron
 

Affiche

De père en flic : un film de gars

* * *

Louis-José Houde et Michel Côté
Louis-José Houde et Michel Côté


«Jacques et son fils Marc sont deux policiers qui ne peuvent se supporter», dit le communiqué.  N’avait-on pas sorti il y a trois ans un film exploitant le même créneau et dans lequel jouait également Louis-José Houde ? Dans ma couverture du Tapis Rouge de Bon Cop Bad Cop, j’avais justement prédit à Louis-José Houde un grand rôle au cinéma dans un avenir proche mais l’humoriste ne le voyait pas ainsi. Il faut dire que le jeune humoriste crève l’écran et qu’il s’en tire bien malgré son manque d’expérience.  Il établit une belle complicité avec Michel Côté, l’un de nos meilleurs comédiens, qui se surpasse ici en justesse et naturel. Quant à Rémy Girard, on se demande ce qu’il fait là.  Non pas qu’il soit mauvais, bien au contraire, mais trop c’est comme pas assez. Pourquoi toujours les mêmes ?  Pour mettre le nom d’un acteur connu sur la marquise ? Si je me fie au bottin de l’UDA, quelques  comédiens de son groupe d’âge – aussi très connus – auraient pu interpréter son Bérubé. Il fait équipe avec Patrick Drolet, un autre excellent comédien que j’ai bien hâte de voir incarner le personnage du compositeur André Mathieu.  

 

Patrick Drolet, Rémy Girard, Michel Côté & Robin Aubert
Patrick Drolet, Rémy Girard, Michel Côté & Robin Aubert


Le jeu du thérapeute Robin Aubert est criant de vérité. Dieu que j’aime cet acteur qui semble avoir saisi le comment et le pourquoi des choses.

Jean-Michel Anctil
Jean-Michel Anctil


Une surprise, le motard Mononc’ Luc Tardif, personnifié par Jean-Michel Anctil.  Crédible dans son personnage de gros moustachu, tatoué, en bedaine, l’humoriste est surprenant, c’est le moins qu’on puisse dire.  Même qu’il m’a fallu plusieurs secondes avant de le reconnaître.


Les dialogues père-fils ont toujours été inexistants au Québec si ce n’est pour se parler en borborygmes ou comme l’homme des cavernes, en onomatopées.  Et beaucoup de jeunes hommes ont révélé en avoir terriblement souffert. Le film met le doigt exactement où ça fait mal.  Un océan de distance qui pèse lourd dans l’équilibre psychique de l’un comme de l’autre.   Pour reprendre un propos de Robin Aubert, l’un des principaux acteurs du film.  «Les pères ne veulent pas parler de leurs émotions car se sont des hommes, or le mâle est tellement plus viril quand il peut exprimer ses vrais sentiments.» À preuve que le ridicule ne tue pas. Cela dit, quatre ou cinq couples de père/fils se retrouvent en thérapie, isolés en forêt, pour une semaine en compagnie d’un thérapeute qui leur fera dire et exprimer les vraies affaires.  Les paroles acerbes, les insultes suprêmes, la lutte dans la boue, tout y passe...  Les générations s’haïssent un peu beaucoup à l’exception d’un père et son fiston qui s’aiment à la folie. Caricatural, pensez-vous ? Peut-être, surtout quand le garçon de 25 ans tête le sein de son père, interprété par Luc Senay dont la poitrine est assez proéminente.

 

Louis_josé Houde et Caroline Dhavernas
Louis-José Houde et Caroline Dhavernas


Une histoire de flic, et d’otages, une intrigue pas très claire, mal ficelée, des images sombres, des scènes nocturnes, des langages grivois, des redondances, voilà un peu ce qui en retourne. La distribution ne compte que deux femmes, Caroline Dhavernas et Sylvie Boucher. Et ce sont des rôles secondaires dans ce monde d’homme.  Un film fait par des gars pour des gars.

 

Michel Côté & Sébastien Huberdeau
Michel Côté & Sébastien Huberdeau


Pour reprendre une phrase du téléroman Les Girouettes (SRC 1982), écrit par Jean Daigle : «Si les pères n’ont pas eu les fils qu’ils auraient voulu, c’est peut-être que les fils ont été très déçus par les pères.»  Car les pères n’ont pas toujours été des modèles à suivre...


De père en flic, un film de Émile Gaudreault, produit par Denise Robert et Daniel Louis de Cinémaginaire, avec Michel Côté, Louis-José Houde, Rémy Girard, Caroline Dhavernas, Robin Aubert, Patrick Drolet, Luc Senay, Pierre Collin, Normand D’Amour, Patrice Coquereau, Joachim Tanguay, Jonathan Gagnon, Frédéric Paquet, Clermont Jolicoeur, Sébastien Huberdeau, Jici Lauzon, Michel Laperrière, Sylvie Boucher et Jean-Michel Anctil.

 

 


À l’affiche le 8 juillet .


Pour en savoir plus : http://www.vivafilm.com/fr/28/details/display/12117/

 

©2009, zoneculture.com--Tous droits réservés