Sébastien Dion
Lundi, 30 mars 2009
par Mario Landerman

AfficheAfficheAffiche

La Soirée des Jutra 2009


Hier soir avait lieu le gala des Jutra, en ondes sur Radio-Canada.  Toute la colonie cinématographique québécoise s’était réunie afin de congratuler ses pairs.  Animé par Karine Vanasse, le gala a eu sa part de bons moments.


Parmi ceux-ci, on dénombre l’allocution livrée par Fernand Dansereau, à qui on présentait un Jutra hommage pour l’ensemble de son œuvre.  Il a entre autres demandé aux jeunes espoirs dans l’industrie du cinéma de ne pas se laisser rebuter par les embûches d’un tel métier, et de persévérer.


Mais un des moments forts est arrivé dès le début de la soirée, alors qu’Angèle Coutu a reçu le Jutra de meilleure actrice de soutien pour Borderline.  C’est une Angèle hautement surprise et émue qui est allée accepter sa récompense.  Une qui arrive à point pour cette actrice souvent sous-utilisée.


Une bonne surprise fut le Jutra du meilleur acteur à Natar Ungalaaq, dans Ce qu’il faut pour vivre.  Cet acteur, producteur et sculpteur Inuit partira peut-être une nouvelle tendance vers la reconnaissance des gens de cinéma des Premières Nations.


Lyne Charlebois a remporté le Jutra de la meilleure réalisation pour Borderline.  Il faut plus de réalisatrices dans le cinéma québécois.  Non seulement car elles peuvent faire des films différents des réalisateurs, mais également car elles sont trop peu représentées dans le paysage cinématographique.


Le film Babine, hautement encensé par une certaine critique, et grand favori, s’est finalement vu remettre à la place qui lui revenait de droit, soit un film dont on récompense beaucoup plus l’aspect technique que l’aspect cinématographique.


Les tenues vestimentaires


Bien sûr, parce que c’est une question très importante dans ce genre de gala, qui était parmi les mieux habillées?  On retiendra la robe noire très hollywoodienne de Caroline Dhavernas, et la robe d’Élise GuilbaultKarine Vanasse a également fait preuve d’élégance à quelques reprises dans son travail d’animatrice.  Cependant, il y avait aussi des gens très mal conseillés dans ce domaine.  Je retiendrai une comédienne qui avait un look de grand’mère du tournant du siècle dernier, en l’occurrence, Denise Filiatrault, ainsi qu’une autre actrice qui a malheureusement commis une erreur de goût, en arborant une robe surchargée de volants la faisant ressembler à une poupée. Marie Tifo paraît toujours à son avantage dans des styles moins tarabiscotés, mais suprêmement élégants.


Voici donc la liste des lauréats de ce gala des Jutra 2009.


Jutra-Hommage : Fernand Dansereau
Meilleur film : Ce qu’il faut pour vivre (Bernadette Payeur, René Chénier (ACPAV)
Meilleure réalisation : Lyne Charlebois (Borderline)
Meilleure actrice : Isabelle Blais (Borderline)
Meilleur acteur : Natar Ungalaaq (Ce qu’il faut pour vivre)


Meilleure actrice de soutien : Angèle Coutu (Borderline)
Meilleur acteur de soutien : Normand d’Amour (Tout est parfait)
Meilleur scénario : Bernard Émond avec la participation de Benoît Pilon
(Ce qu’il faut pour vivre)
Meilleure direction de la photographie : André Turpin (C’est pas moi, je le jure!)
Meilleure direction artistique : Nicolas Lepage (Babine)


Meilleur son : Dominique Chartrand, Olivier Calvert, Louis Gignac, Gavin Fernandes (Babine)
Meilleur montage : Yvann Thibaudeau (Borderline)
Meilleure musique : Normand Corbeil, Serge Fiori (Babine)
Meilleurs costumes : Carmen Alie (Babine)
Meilleur maquillage : Kathryn Casault (Babine)


Meilleure coiffure : Martin Lapointe (Maman est chez le coiffeur)
Meilleur documentaire : Sous la cagoule, un voyage au bout de la torture
(Patricio Henriquez (Macumba))
Meilleur film d’animation : Le noeud cravate (Jean-François Lévesque (ONF))
Meilleur court/moyen métrage : Next floor (Denis Villeneuve (Phi Group)
Film s’étant le plus illustré hors Québec : Maman est chez le coiffeur (Léa Pool)


Jutra-Billet d’or : Cruising Bar 2 (Robert Ménard et Patrick Roy
(Production : Vidéofilms, Distribution : Alliance Vivafilm))


Photos : Mario Landerman