Royal du Perron
Lundi, 5 juillet 2010
par Royal du Perron

Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

 

L'Enfant prodige

L’enfant prodige

Étoile ÉtoileÉtoile



Avec cette longue période d’oubli, on avait fini par désincarner complètement le compositeur André Mathieu décédé en 1969 à l’âge de 39 ans.  Le film de Luc Dionne tend à lui  restituer son âme et en fait un compatriote très humain avec ses forces mais aussi avec ses faiblesses notamment l’impitoyable maladie de l’alcoolisme et la domination d’une mère possessive à l’excès.


Bien sûr, c’est l’histoire du compositeur au talent «démesuré», qui à l’âge de six ans, donne son premier concert public. Un concert qui ravira son auditoire de mélomanes avertis dont le chef d’orchestre Wilfrid Pelletier. Le jeune virtuose cumulera succès après succès à New York et Paris. L’enfant, qui joue pour Serguei Rachmaninov, à la salle Mozart de Paris connaît la gloire. Mais la guerre chasse le compositeur de l’Europe et commence alors la déchéance de l’homme revenu dans son pays.

 

 


L’alcoolisme du personnage lui fera connaître les pires affres, dépression, désespoir, délirium tremens. Autre calvaire, une mère possessive qui contribuera à briser ses amours naissantes. Désespéré, l’artiste se jette dans les eaux tumultueuses du Canal Lachine (séquences particulièrement bien filmées), mais il est rescapé par des amis témoins de la scène. Mathieu mourra un an plus tard. Le film insiste sur la période de gloire, ce qui peut se comprendre. Pourtant, l’enfer d’une âme prisonnière de son destin méritait plus qu’un simple survol de scènes furtives où les émotions sont forcément évacuées.


Le jeune André est interprété par Guillaume Le Bon qui a une étrange ressemblance avec Patrick Drolet incarnant le compositeur à l’âge adulte. Tous deux sont criants de vérité. En fait, ils sont tous simplement extraordinaires. Marc Labrèche et Macha Grenon incarnent les parents de Mathieu, excellents eux  aussi.



Un personnage bien spécial du film demeure la merveilleuse musique du compositeur interprété par le virtuose Alain Lefèvre qui a aussi agi comme conseiller au scénario.


Il était temps qu’on raconte l’histoire d’André Mathieu dans un médium grand public mais est-ce que le cinéma était le meilleur véhicule pour y arriver adéquatement ? Je crois qu’une série réalisée par un Claude Fournier (Les Tisserands du pouvoir) aurait davantage servi le compositeur, son œuvre et sa mémoire car beaucoup d’éléments importants sont ici escamotés. 


Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash


L’enfant prodige de Luc Dionne, d’après la vie du compositeur André Mathieu, direction musicale Alain Lefèvre avec Patrick Drolet, Guillaume LeBon, Marc Labrèche, Macha Grenon, Marie-Félixe Allard, Benoît Brière, Karine Vanasse, Lothaire Bluteau, François Papineau, Isabel Richer, Catherine Trudeau, André Robitaille et Mitsou Gélinas.


Pour en savoir plus : http://www.vivafilm.com/fr/28/details/display/12342/

Photos : Alliance Vivafilm

©2010, zoneculture.com--Tous droits réservés