14 mai 2008 par Royal du Perron


Le piège américain : gangtérisme sauce JFK

***

Il s’agit en fait du tumultueux parcours du compatriote Lucien Rivard, bandit notoire, trafiquant de drogues relié au monde interlope à Cuba, aux États-Unis, en France et ailleurs.

On voit d’abord Rivard (interprété par Rémy Girard) et ses comparses dans un Cuba d’avant la Révolution, à l’époque du free for all, celle du Président Batista. On dit le gangster mêlé aux assassinats des frères Kennedy. L’histoire se déroule aussi à Dallas, et puis à Marseille et encore ailleurs, la vie de Rivard ayant été vécue, comme il se doit dans ce «métier», en saut de puces.

Le spectateur est vite amené d’un continent  à l’autre, jusqu’en Indonésie, grâce notamment au  personnage incarné par Gérard Damon qui crève l’écran dans ce film.

Colm Feore et les autres acteurs sont bien dirigés par Charles Binamé (Maurice Richard, Séraphin) qui a aussi soigné tous les détails de la reconstitution historique. 

Mention honorable à Joe Cobden qui joue avec brio un flic arriviste, un peu con, buté et bien têtu.

Soulignons aussi la présence de Janet Lane, se glissant dans la peau de ce genre de fille qu’on trouve toujours dans le sillage des gangsters.  Jolie figure, héroïnomane, passeuse de drogues. Elle se fera malmener et personne ne voudra la croire, (encore moins son psy) même quand elle dit la vérité.

Mais le film est un peu dur à suivre durant la première partie.  Les lieux, intrigues et nombreux personnages sont emberlificotés. Il manque des scènes charnières pour bien expliquer une histoire que les uns ne connaissent pas et que les autres ont peut-être un peu oubliée.  Une recommandation : pour comprendre et apprécier le film, lire d’abord une biographie du légendaire bandit.

Une scène de violence gratuite m’a dérangé :  il était inutile de faire sauter la cervelle d’un personnage dans un plan rapproché.  La pudeur aurait voulu que la caméra s’éloigne davantage.  Inutile de souligner en gros trait rouge, on avait compris que ce monde est impitoyable.

Mais Girard a su démontrer avec humour la grande intelligence du bandit et même à nous le rendre sympathique. Et puis, à sa façon, Lucien Rivard, ne fait-il pas un peu partie de notre histoire ?

Le piège américain, écrit et produit par Fabienne Larouche et Michel Trudeau est réalisé par Charles Binamé. La distribution comprend. Rémy Girard, Colm Feore, Gérard Darmon, Dino Tavarone, Janet Lane, Joe Cobden, Tony Cabaretta et Deano Clavet.

À l’affiche à compter du 16 mai.

Pour en savoir plus : www.lepiegeamericain.com

Photos : Alliance Films Media