03 mai, 2007 par Royal du Perron


Le président a-t-il le sida ?

***

Dao (Jimmy Jean-Louis), un chanteur populaire, surnommé le président du «konpa»  profite de sa notoriété pour s’offrir, sans protection aucune, plusieurs jeunes filles en fleurs.  Cette vie débridée l’amène à souffrir de fièvre et de nausées.  Et en plus un musicien de son groupe lui voue une antipathie, voire une haine bien sentie.

Jessica Geneus et Jimmy Jean-Louis.

Malgré son esprit volage, Dao tombera amoureux de Nina (Jessica Geneus) , une jolie jeune fille issue d’un milieu modeste, courtisée par Larieux, un riche individu du milieu interlope, mal dégrossi en plus.  Nina le rejette mais sa mère compte sur lui pour sortir la famille de la misère. 

Le film de Arnold Antonin aborde des thèmes riches aux pays en voie de développement, inégalité flagrante entre riches et pauvres, alliance permettant l’accès à une classe sociale supérieure, recours à la magie noire et au vadou pour sortir d’une  maladie ou d’une impasse…

L’Organisation des Nations-unes, le gouvernement canadien et l'Union européenne ont cofinancé le film (à 60%) pour venir en aide en Haïti, l’état le plus touché par le fléau dans les Caraïbes.  Le reste du budget de 105,000 provient de fonds privés et de l’argent personnel du cinéaste. Antonin a réussi là ou peu de ses compatriotes ont échoué : réaliser un long métrage avec des moyens considérablement réduits, pour ne pas dire inexistants, Mais le sujet en vaut largement le coup.  Selon les chiffres obtenus, en Haïti, 173.000 personnes sont infectées du V.I.H. sur une population de 8,5 millions d’habitants.

Le cinéaste Arnold Antonin a accordé une entrevue en profondeur à Zoneculture.

Antonin est allé chercher Jimmy Jean-Louis, un acteur d’origine haïtienne faisant carrière aux États-Unis. Cet acteur fabuleux a joué le Prince Amir auprès de Jennifer Lopez dans Monster-in-Law.  On l’a vu aussi dans Tears of the Sun auprès de Bruce Willis.

Pays de connaissance, sa partenaire, Jessica Geneus avait aussi tourné avec Jean-Louis dans le fameux Cousines (2006), quelques mois auparavant.

Jimmy Jean-Louis.

Le scénario de Camilo Vidmaier est bien construit mais laisse parfois songeur. Ainsi, un chanteur populaire, grand séducteur macho, aura-t-il le réflexe d’aller pleurer dans les bras de sa maman quand plus rien ne va ? Et cette dernière l’amènera tel un enfant blessé, pour une séance de vaudou ?   Après tout, peut-être tout cela n’est-il qu’un phénomène culturel.  Aussi le déroulement du film se passe en longueur.  Il y aurait eu moyen de resserrer tout cela. Surtout quand l’économie de moyens laisse cruellement voir les défauts du film.

Par son témoignage éloquent sur l’impérative nécessité de se protéger, le cinéaste Arnold Antonin fait œuvre utile dans sa chère Haïti.

Royal du Perron et Arnold Antonin.

Pas étonnant que le Festival Vues d’Afrique lui ait décerné une mention honorable. Par ce film, il apporte au monde entier, un message de courage, de survie et d’espoir.

Photos d'Arnold Antonin : Mario Landerman