Sébastien Dion
Vendredi, 21 novembre 2008
par Royal du Perron

Couverture

A découvert : place au franc-parler

 

Bien que très sociable, Jean-Pierre Charbonneau est un rebelle.  Après avoir publié La Filière canadienne, un classique de l’histoire du crime au Canada, publié aux Éditions de l’Homme en 1975 et une nouvelle édition en 2002, il publiait l’an dernier À découvert chez Fides.


Dans ce livre comme partout ailleurs, M. Charbonneau emprunte un style franc et direct.  On le connaît, il dit les choses comme elles sont. Et moi, j’aime bien les gens qui refusent d’appeler un chat, un tigre miniature.  Comme plusieurs, j’ai suivi la carrière de cet homme depuis 1973 alors qu’un tireur lucide avait attenté à sa vie dans la salle de rédaction du quotidien Le Devoir car le journaliste d’enquête publiait alors des articles révélateur sur le monde interlope.


Le parcours de Jean-Pierre Charbonneau est peu banal. Après s’être attaqué à la mafia, il se fait élire comme député et il devient ministre.  En retournant à la vie privée, il fait de la radio, séjourne en Afrique et préside le conseil d’Oxfam-Québec avant d’occuper la présidence de l’Assemblée nationale où il fait valoir ses talents de diplomate à l’échelle internationale. 


Cet homme a son franc-parler et des gens comme lui, trop peu nombreux à mon avis, sont nécessaires dans la société.  Dans À Découvert, l’homme public rétablit les faits dans plusieurs situations et fait valoir sa vérité.  En disant toujours ce qu’il pensait, il a subi des revers notamment avec ses propres coéquipiers et patrons politiques.


Son livre, truffé de photos inédites, se lit comme un roman. Toujours actif, Jean-Pierre Charbonneau participe au débat public au Club des ex sur RDI tous les jours à 12h30.

 

 
Jean-Pierre Charbonneau se raconte dans À découvert publié chez Fides


À découvert, de Jean-Pierre Charbonneau, Éditions Fides, 2007, 376 p.


Pour en savoir plus : http://www.fides.qc.ca/livre.php?id=249


Vidéo : Mario Landerman