Mario Landerman
Jeudi, 9 septembre 2010
par Mario Landerman

Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

 

Couverture

Sous l’emprise du tyran : faire d’une pierre…trois coups!


Réjean Roy récidive.  Cette fois-ci, aux Éditions de l’étoile de mer, l’auteur y va d’un roman inspiré d’une histoire vraie sur un sujet dont on parle beaucoup, le harcèlement sexuel en milieu de travail.


Notre héros, Daniel, est un étudiant de l’Université de Moncton, au Nouveau-Brunswick.  Pour compléter sa maîtrise et obtenir son diplôme, il doit faire un stage dans un département de la fonction publique.  D’emblée, il est en butte aux avances, d’abord discrètes, puis de plus en plus évidentes, de son patron.  Ce livre raconte la lente descente aux enfers de Daniel aux mains de son bourreau.  De ce qui au départ n’était qu’une simple formalité pour obtenir maîtrise et diplôme devient une lutte de tous les instants.  Face à un appareil gouvernemental peu réceptif et franchement hostile, il ne peut que jouer serré afin d’obtenir gain de cause.


Voilà un livre qui se dévore à plusieurs niveaux.  L’auteur, lui-même un natif du Nouveau-Brunswick,  incorpore d’autres thèmes à ce roman déjà très chargé émotionnellement. 


On y parle d’immigration, et des difficultés rencontrées par les immigrants pour recevoir leur citoyenneté canadienne.  D’ailleurs, j’apprécie beaucoup le personnage de Mohamed, qui est aussi bien construit que le héros.  Une façon rafraîchissante de braquer un projecteur positif sur ce qui aurait pu devenir un « immigrant de service », écueil évité par M. Roy.  On y croit d’autant plus que Daniel et lui forment un contraste singulier face à leurs collègues de travail.  Lesquels, si on excepte le patron, sont des plus stéréotypés.


Pourtant, ce qui pourrait sembler une faiblesse n’est en fait, n’ayons pas peur des mots, que la vérité toute nue.  Le milieu de travail, dans la fonction publique, est une véritable jungle.  Un nouveau venu dans ce microclimat se doit de naviguer prudemment.  Qui dans le domaine n’a pas connu un chef de département mal dégrossi?  Ou des secrétaires qui se mêlent des affaires de tout un chacun, n’ayant pas grand’chose d’autre à faire?  Ou encore, de ces fonctionnaires d’une incompétence crasse, qui doivent leur hautes fonctions grâce à leurs contacts?  Ce roman fait la part belle à l’envers du décor de l’appareil gouvernemental.  Un milieu bien connu par l’auteur, qui en parle en connaissance de cause.


Et, dans cette jungle grouillante de prédateurs, le patron de Daniel règne en maître.  Ce monsieur Grondin est rendu avec une certaine subtilité au départ.  Mais la bête montre très vite ses couleurs.  Un personnage des plus intéressants, surtout au niveau psychologique.  La partie de bras de fer qui s’amorcera entre Daniel et lui utilisera tous les trucs possibles afin de gagner l’enjeu : la soumission de notre héros par son tortionnaire.   La bisexualité de notre vilain est là pour expliquer l’attirance qui génère le harcèlement, mais sans trop s’appesantir sur le sujet.  L’auteur a judicieusement préféré se concentrer sur l’aspect psychologique du harcèlement, et on ne peut que l’apprécier davantage à la lecture.


Réjean Roy ajoute un second ouvrage à cette partie de son œuvre.  En effet, Amère liberté et Sous l’emprise du tyran partagent un point commun : il s’agit de romans qui décortiquent un état ou une situation.  Dans le premier cas, il s’agit de démystifier l’épilepsie, dans l’autre, le harcèlement sexuel.


Sous l’emprise du tyran vous fera entrer dans une relation destructrice entre patron et employé, sans jamais tomber dans la facilité.  À lire absolument et à commenter autour de la machine à café, à partir du 26 septembre!


Sous l’emprise du tyran, de Réjean Roy.  Les éditions de l’étoile de mer, 2010.  164 p.


Pour en savoir plus : www.rejeanroy.homestead.com
http://arcenciellitteraire.voila.net/

©2010, zoneculture.com--Tous droits réservés