Mario Landerman
Mercredi, 29 juin 2011
par Mario Landerman

Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

 

RBO

Le phénomène RBO : Un regard fascinant sur les belles années du groupe


Mettons tout de suite une chose au point : ce livre, sorti depuis quelques mois, se veut une analyse au niveau sociologique et contextuel prenant le groupe Rock et Belles Oreillescommepoint de focalisation.


Comme il est clairement mentionné dans l’ouvrage, ce n’est pas RBO : The Biographie.  Bien qu’on retrouve des éléments biographiques, on tente plutôt d’expliquer le succès durable de ce phénomène culturel, en mettant en lumière l’époque, le contexte social, ainsi que l’impact du groupe sur les gens et la société.


Malgré les refus de la plupart des membres et des proches de Rock et Belles Oreilles de travailler de concert avec Louis Longpré, l’auteur a tout de même réussi à réunir une brochette de proches et de collègues de travail du groupe, afin de bien documenter ses dires.  On y retrouve une préface signée Michel Poulette, le réalisateur des diverses séries télévisées du groupe; leur comparse Chantal Francke a contribué également à éclaircir des points obscurs, et bien d’autres ont apporté leurs lumières à la rédaction de cet ouvrage.


Certains trouveront désolant de ne pas trouver d’éléments franchement biographiques.  Mais dans les circonstances, RBO étant la somme de ses parties, cet ouvrage était probablement la meilleure voie à suivre pour retracer la carrière du groupe.


RBO a beaucoup en commun avec Les Cyniques, autre groupe connu d’humour, quoique d’une autre époque.  Les deux utilisaient des blagues trempées dans le vitriol pour atteindre leurs victimes, qui étaient sensiblement les mêmes d’une époque à l’autre : l’ordre établi, qu’il soit politique ou religieux.  Ils ont aussi en commun une éducation universitaire, qui leur permettait de puiser dans un vaste bagage de connaissances pour mieux étayer leurs parodies.


On parle aussi beaucoup des débuts modestes de RBO, lesquels furent totalement occultés lorsque le groupe a pris d’assaut les ondes hertziennes et les salles de spectacles.  Louis Longpré parle de l’entrée de Guy A. Lepage et de Richard Z. Sirois à CIBL avec leur émission Le rock de A à Z, leur Tournée mondiale des CÉGEPS, leur stage en France, leurs tentatives plus ou moins réussies de se faire connaître d’un large public, jusqu’à la consécration avec CKOI et le réseau Télévision Quatre-Saisons, devenu V.


Au dernier Salon du Livre, Zone Culture a appris par l’un des membres de RBO, les raisons du refus de collaborer avec Louis Longpré car «le groupe n’est pas prêt à montrer ses archives.» Peut-être RBO entend-il lancer quelque chose pour souligner son 30e anniversaire.  Sous quelle forme prendrait ce joyeux clin d’œil ? Chose certaine, il en aurait quand même peu coûté à Guy, Yves, André, Bruno et d’autres de se prêter à un exercice qui aurait rehaussé la place à part qu’ils ont dans l’humour québécois. 


Je ne peux cependant m’empêcher, un peu comme l’auteur, de faire un parallèle entre les entités culturelles comme RBO, ou encore le couple Dion-Angélil, et le contrôle serré exercé sur l’information à leur endroit.  Je comprends fort bien qu’un contrôle existe surtout pour empêcher la propagation d’informations non-vérifiées, ou carrément fausses.  Mais il arrive un point où le contrôle fait place à une forme d’égoïsme commercial.  J’en tiens pour exemple la biographie de Céline Dion par Nathalie Jean, qui devait sortir sous la bannière Quebecor.  Le manuscrit et les droits furent rachetés pour environ 30,000 $ par René Angélil, assorti d’une promesse pour Quebecor de distribuer la biographie officielle.



Quant à Louis Longpré, il a réalisé, en dépit des circonstances, un ouvrage des plus intéressants sur ce qu’on peut vraiment appeler un phénomène, RBO!


Louis Longpré
Le Phénomène RBO, Éditions LER (Les Éditeurs Réunis), 2010,  254 p.

 

Vidéo : Mario Landerman

©2011, zoneculture.com--Tous droits réservés