31 mai 2008 par Royal du Perron


Madame Butterfly : un bien bel opéra à Montréal

Quel opéra que cette Madame Butterfly de Puccini.

On connaît l’histoire : Pinkerton, un officier de la marine américaine s’arrête à Nagasaki et il épouse Cio-Cio-San âgée de 15 ans.  Il disparaît alors et il revient trois ans plus tard avec une autre femme sans savoir qu’il a un fils de deux ans.  La trame dramatique réside en ces quelques lignes.

Le rôle-titre est tenu par la soprano japonaise Hiromi Omura.  Si on en juge par l’aisance avec laquelle la cantatrice se glisse dans la peau du personnage, on pourrait penser qu’il a été écrit pour elle. 

Des décors minimalistes, épurés, magnifiques.  Une distribution impeccable.  Y compris ce merveilleux bambin du nom de Howard Lorin.  Cet enfant a tout d’un acteur, il faut le voir évoluer sur scène et saluer son public.  Un pur bonheur. Puccini se laisse aller à de grandes envolées lyriques à la fin du troisième acte, ce qui m’a semblé, quoique très beau, vraiment un peu long.

Le talentueux Yannick Nézet-Séguin dirige l’orchestre avec magnificence.

Et le public a grandement savouré cette œuvre formidable interprétée par des artistes de grand talent.  L’interminable  ovation debout en faisait foi.

Madame Butterfly, c’est 13 solistes, 67 musiciens de l’Orchestre Métropolitain du Grand Montréal, 30 choristes du Chœur de l’Opéra de Montréal, ainsi que 10 figurants.

Présenté à la salle Wilfrid-Pelletier de la Place des Arts.

Il reste trois représentations, les 2, 5 et 7 juin à 20h.  Cette dernière sera projetée en direct sur écran géant sur l’Esplanade de la Place des Arts.  L’entrée est libre, apportez votre chaise pliante, vous y vivrez des moments inoubliables sous les étoiles.

Pour en savoir plus :  www.operademontreal.com

Photos : Yves Renaud