31 janvier 2008 par Evens Kénol


Kain : Les saisons s’tassent

C’est vendredi dernier que le groupe Kaïn effectuait  sa première montréalaise devant la salle comble du  Metropolis. Dès les premiers instants, les quatre membres de la formation ont donné le ton à la soirée. Et il va sans dire, la connexion entre Kaïn et ses fans s’est faite très facilement.

Les 65 000 copies vendues de leur 3e album permettent au groupe de naviguer sur une mer tranquille, vers un succès assuré. C’est ma  première expérience avec Kaïn sur scène mais, bien sûr, j’avais entendu leurs succès à la radio dont le No 1, l’Amour du jour. Avec  ce nouvel album, il se permet de faire une place plus grande aux diverses influences musicales nettement plus rock indie tout en restant fidèle à son appartenance au folk-rock.

Les fans de Kaïn ont vibré et chanté en chœur  afin de donner vie aux paroles simples, aux mélodies solides qui parlent de choses réelles et concrètes. On le voit, ce phénomène contribue à leur succès. Aussi l’authenticité du groupe est bien présente car forcément, un poète parle des choses importantes à ses yeux.  De cette façon, les chansons vivent à travers les gens. C’est une forme de communication qui n’a pas de frontière car ça touche les émotions. Définitivement soudés, Patrick Lemieux, Steve Veilleux, Yannick Blanchette et Eric Maheu s’impliquent à fond dans tous les aspects de leur carrière qu’ils prennent très à cœur.

Le groupe, énergisé par la foule, affirme son identité à travers sa musique et ses nouvelles chansons. Un band qui propulse une ambiance du tonnerre : pas surprenant qu’il y ait eu  une supplémentaire le lendemain.

Est-ce que je fais partie de leur nouveau fan club ? En tout cas, une chose est sûre,  le groupe file à une vitesse lumière et il peut dire  sans ambages :  «Qui m’aime me suive !»

Pour en savoir plus : www.kain.ca

Photo : Web