28 avril 2008 par Evens Kénol


Madonna I : Les jeunes années

D’hier à aujourd’hui, elle reste la Reine de la pop

Sa carrière est marquée par son succès mondial sur la scène musicale et les multiples controverses qu’elle a suscitées. Elle utilise ses vidéo-clips, ses concerts et ses entrevues pour communiquer ses points de vue sur la religion, la sexualité et la politique. Madonna (née Louise Ciccone le 16 août 1958 à Bay City) s’inscrit dans le courant musical pop, mais fait aussi des incursions dans d’autres styles comme la danse, le disco, le R & B et l’électro.

Elevée dans une famille italo-américaine de huit enfants, Madonna est la première fille et le troisième enfant du ménage. Lors d’un concert à Montréal, Madonna révélera que sa mère était québécoise et qu’elle aurait aussi un lien de parenté avec le chef patriote Louis-Joseph Papineau. C’est à l’âge de cinq ans qu’elle perd sa mère, Madonna Louise Fortin, à la suite d’un cancer du sein. Cette mort deviendra un sujet fréquemment abordé dans ses chansons (Promise to try, Mer Girl et Mother and Father). La famille déménagea par la suite dans l’agglomération de Detroit à Rochester Hills quand Madonna était encore enfant. Elle poursuivra avec succès ses études supérieures à la Rochester Adams High School. Le père de Madonna était ingénieur chez Chrysler et il prit sa retraite en 1994. Trois ans après le décès de sa première femme, il se remaria avec l’une des aide-domestiques et eut deux autres enfants. Pendant longtemps elle en voulut a son père de s’être remarié avec une autre femme et ne s’entendait pas bien avec sa belle-mère, mais ils ont fini par se réconcilier.

Très jeune, elle prend des cours de piano mais elle convainc son père de prendre des cours de ballet à la place. Sa belle-mère l’inscrit dans une école catholique au sein de laquelle elle participe activement aux activités artistiques. Ses facultés intellectuelles lui facilitent un succès scolaire, ainsi que l’accès à l’université. Plus tard, on s’aperçut que son QI était nettement supérieur à la moyenne, ce qui explique peut-être la réussite de sa carrière professionnelle. Cependant, elle quitta l’université malgré ses excellents résultats, suscitant la frustration de son père qui craignait pour sa fille et décida de lui couper toute ressource financière. Elle s’installa à  New-York en rêvant de devenir danseuse. C’était la première fois qu’elle quittait le Michigan et c’était son baptême de l’air.

Comment réaliser le rêve américain


Madonna en 1978

C’est avec 36$ en poche que Madonna débarque à New-York en espérant y trouver la gloire. Nous sommes en 1978 et elle vit de petits boulots dans une grande précarité, ne gagnant qu’environ 50 dollars par jour et elle doit emprunter à des connaissances. Afin de gagner son pain quotidien, elle travaille comme serveuse, danseuse ou modèle nue. Suite à sa rencontre avec Dan Gilroy, elle devient batteuse de son groupe Breakfast Club. Elle laisse de coté sa carrière de danseuse pour faire de la musique et résout passablement ses problèmes financiers mais ça ne suffit pas pour vivre correctement. Malgré cela, elle continue à se rendre à des auditions et elle étudie la danse auprès de Martha Graham,  Pearl Lang et Alvin Ailey.


La toute première performance d'Everybody

En 1979, le producteur Jean Van Loo la remarque lors d’une audition pour Patrick Hernandez et il veut lui faire tenter sa chance en France. Elle vit six mois au frais du producteur entre Paris et Marseille, enchainant les contrats dérisoires, mais gagnant en expérience. Lassée, elle rentre aux États-Unis pour se produire dans des clubs où elle est prise sous l’aile de Camille Barbone qui lui promet une carrière disco. Frustrée par l’inefficacité de ce dernier, Madonna déchante et laisse tomber Gotham et déniche John Benitez aka Jellybean, un DJ qui défend ses premières compositions, que Madonna tente de faire jouer au club new-yorkais la Danceteria. Le disc jockey du club, est séduit et il la présente à Seymour Stein, le PDG de Sire Records. En avril 1982, elle signe son premier 45 tours avec cette compagnie qui est une filiale de Warner.  Everybody, connaît un certain succès dans les discothèques aux États-Unis. Ensuite viendront Burning Up et Physical Attraction. Ces deux titres seront, encore une fois connus majoritairement aux États-Unis. C’est en juillet 1983 qu’elle sort son premier album éponyme, Madonna, qui rassemble huit chansons dance produites en grande partie par Reggie Lucas et pour la plupart écrites par la chanteuse elle-même. L’album s’est vendu à plus de dix millions d’exemplaires à travers le monde jusqu'à maintenant.


Burning Up

Photos et vidéos : Web