11 juillet 2007 par Royal du Perron


Pierrette est enchantée :

et nous aussi

Dès qu’elle entre sur scène, habillée en clown, en chantonnant à sa façon Le temps des cathédrales, le spectateur est mis au parfum : ce show-là ne sera pas prétentieux.  On connaissait quelque peu sa jolie  voix pour l’avoir entendu chanter brièvement dans Le petit monde de Laura Cadieux. Mais Pierrette Robitaille fait partie de ces artistes discrets qui ne se révèlent pas facilement. Depuis son début de carrière, on n’aura pratiquement rien su d’elle mais voilà que dans ce spectacle, elle ouvre toutes grandes les valves pour dévoiler les multiples facettes de son âme d’artiste. 

Bien sûr, les talents de la comédienne sont immensément reconnus. Cette fille peut faire rire tout le monde, peut-être même un agonisant sur son lit de mort. En la voyant sur scène se raconter dans ce bijou de spectacle, on se demande ce qu’il a fallu de modestie et de générosité pour en arriver à se livrer ainsi. Non pas que l’actrice ait des choses innommables à raconter mais souvent, on aime bien garder secrets ses petits travers.

Pourtant, Robitaille se livre sans retenue dans ce spectacle tout en simplicité mais hautement magnanime. Mise en scène par Jacques Girard, la chanteuse-comédienne est accompagnée de deux formidables musiciens, Jean-François Valade, à la guitare basse et à la contrebasse, ainsi que Jean-Fernand Girard au piano et à la direction musicale.  On voit une belle harmonie entre ces trois artistes sur scène, d’ailleurs les talentueux musiciens sont certainement parmi les premiers fans de la comédienne.

Dans Pierrette Robitaille est enchantée, l’actrice se révèle  en textes et en chansons.  Des textes qu’elle a écrits pour mieux faire voir qui elle est, des chansons – fort disparates – qu’elle a choisies pour se faire plaisir mais aussi pour montrer sa large palette de chanteuse à voix.  Elle passe en effet de Clémence Desrochers (La vie de fact’rie) à Michel Pagliaro.  Il faut voir J’entends frapper  par une interprète qui chante et danse en talons hauts, un numéro extraordinaire mais Robitaille n’en est pas à une folie près.  En deuxième partie, elle livre un numéro délirant avec un bocal.  Un superbe numéro qu’on peut lire à différents degrés car la comédienne a de la suite dans les idées…


L’artiste qui est mariée à un Allemand pousse même la chansonnette dans la langue de Goethe en interprétant fort joliment Ich bin von kopf bis de Friedrich Holländer.  Elle partage aussi des moments émouvants quand elle nous parle de son père, un homme au cœur tendre, et de sa mère décédée alors qu’elle était atteinte de la maladie d’Alzheimer.

Quelle belle soirée la comédienne nous a offerte. On savait que Pierrette Robitaille était bonne, on sait maintenant qu’elle est belle.  On a rarement vu après chaque numéro des applaudissements aussi nourris.

Un spectacle harmonieux qui vous remet le cœur et l’âme et la bonne place.

Pierre est enchantée est à l’affiche jusqu’au 20 juillet, à la Maison-Théâtre, 245, Ontario est, Montréal.

Réservations : (514) 845-2322 ou (514) 790-1245