Andréa Richard
Jeudi, 21 avril 2011
par Andréa Richard
 

Laissez venir à moi...Laissez venir à moi...Laissez venir à moi...

En ce jour de mes 77 ans, le 21 avril 2011

L’Apostasie.  Oui ou non?

 

La crise qui secoue présentement l’Église catholique porte de nombreux fidèles à l’apostasie.  Certains l’ont déjà choisie, d’autres souhaitent se prévaloir de ce droit dans le futur.  J’avoue avoir songé sérieusement à joindre leurs rangs et plusieurs personnes désiraient m’emboiter le pas.

Après m’être donné le temps d’y réfléchir, je livre ici le fruit de ma réflexion.

Je renonce à apostasier et voici pourquoi :

Je ne fréquente plus l’Église depuis longtemps, je ne crois plus à aucune religion.  De ce fait, je crois pouvoir affirmer que je me suis moi-même excommuniée.

Je crois, de plus, que l’accomplissement d’une démarche vers l’apostasie signifierait que j’accorde beaucoup de crédit à cette Église, instituée par les hommes. Ce serait rendre crédible et légitime l’usurpation dont elle fait preuve en invoquant, pour sa propre justification, le nom de Dieu.

J’ai été soumise, contre ma volonté, sans mon consentement, à cette pratique d’origine païenne qu’est le baptême et, de ce fait, inscrite comme membre de la communauté catholique romaine. Je considère le baptême comme un rituel sans aucune valeur, n’ayant aucune portée ni aucun effet sur ma vie.  Demander qu’on me débaptise signifierait que je tiens à me libérer d’un joug réel, que je renonce à un bienfait réel et que j’accorde une importance réelle au fait qu’on ait ou non versé de l’eau sur ma  tète.

Je ne peux, honnêtement, faire cela.

On peut lire sur l’acte officiel couramment distribué que l’apostasie me ferait « renoncer à mon baptême ».  Encore une fois, je trouve inutile de poser ce geste puisque je ne crois pas aux vertus soi-disant spirituelles de ce rituel.  Ce serait, pardonnez-moi le jeu de mots, comme verser de l’eau sur le dos d’un canard.

Je ne dis pas à l’Église « débaptisez-moi! » je lui dis : « rayez-moi de votre liste de membres! ».  Je ne veux pas mourir avant que cela ne soit fait.

C’est ma décision.

Andréa Richard, auteure du livre Au-delà de la religion, Septentrion.

 

©2011, zoneculture.com--Tous droits réservés