Royal du Perron
Lundi, 16 novembre 2009
par Royal du Perron
 

Découvrir le Canada

Pas de place pour la barbarie au Canada



Le 4 août dernier, je signais un éditorial sur les crimes d’honneur, «deux mots qui ne vont pas ensemble dans ce pays», écrivais-je alors.


Dans ce texte, je parlais de barbarie, un mot aujourd’hui repris par le gouvernement fédéral dans une brochure qu’il vient de publier à l’intention des immigrants. Mon indignation faisait suite au quadruple meurtre de femmes canado-afghanes, nos compatriotes de St-Léonard noyées dans le Canal Rideau près de Kingston.


C’est une vérité de Lapalisse que tous les citoyens québécois et canadiens de souche ne sont pas d’accord avec certaines pratiques des nouveaux arrivants, particulièrement en matière du traitement que certains d’entre eux donnent aux femmes, à leur propre femme. 


Quand M. André Drouin d’Hérouxville a mis sur la place publique un décret de la Municipalité d’Hérouxville, les Richard Martineau, RBO et compagnie ont copieusement ri de lui et ses compatriotes mauriciens.  La suite des choses a démontré que M. Drouin et son équipe n’avaient pas tort et la gauche caviar qui les ridiculisait jusqu’à les traiter de consanguins, a dû se raviser. Aujourd’hui, le gouvernement fédéral officiellement réprouve les actes de barbarie au Canada.


Il suffit de lire les propos des analystes et commentateurs politiques, les citoyens s’exprimant sur divers blogues et sur les groupes de discussion; il suffit d’écouter les tribunes téléphoniques, pour se rendre compte que les citoyens canadiens en ont ras-le-bol des demandes ridicules et souvent totalement irrecevables des nouveaux arrivants, souvent formulées au détriment de la femme. Les commissaires Gérard Bouchard et Charles Taylor, deux intellectuels du haut de leur tour d’ivoire n’ont pas compris. En plus de bafouer les Québécois lors des auditions,  ils ont fabriqué un dialogue de sourds : sur le site de la Commission, on peut lire leurs recommandations mais, depuis le 18 juin 2008, ils ont supprimé le lien permettant aux citoyens d’envoyer un commentaire.


La réaction du fédéral


La semaine dernière, le gouvernement du Canada a publié un Guide de l’Immigrant, qui renseigne ce dernier sur les us et coutumes de ce pays, choses que les commissaires ont été incapables de reconnaître. Voici un bref  extrait de ce guide Découvrir le Canada – Les droits et responsabilités liés à la citoyenneté :


Égalité entre les femmes et les hommes


«Au Canada, hommes et femmes sont égaux devant la loi. L’ouverture et la générosité du Canada excluent les pratiques culturelles barbares qui tolèrent la violence conjugale, les meurtres d’honneur, la mutilation sexuelle des femmes ou d’autres actes de violence fondée sur le sexe. Les personnes coupables de tels crimes sont sévèrement punies par les lois canadiennes.» 


Espérons que le gouvernement du Québec en profitera pour clamer haut et fort les mêmes convictions que celui du Canada.  En attendant, remercions le Canada d’avoir dit aux immigrants que nos us et coutumes doivent êtres respectées et que nos valeurs ne sont pas négociables.


Notre compatriote, l’auteure et conférencière, Andréa Richard, en liste pour le prix Arts Excellence dans la catégorie Littérature pour son livre Au-delà de la religion (Septentrion) a confié à ZoneCulture ses états d’âme devant ce qu’elle appelle «les accommodements déraisonnables.»



On peut accéder au blog d’Andréa Richard en cliquant ici : http://andrearichard.blogauteurs.net/blog/

 

Vidéo : Mario Landerman

©2009, zoneculture.com--Tous droits réservés