13 décembre 2007 par Royal du Perron


Le hijab ou la mort

On connaît tous la triste histoire de cette adolescente de 16 ans, musulmane d’origine, récemment tuée par son père, en Ontario. D’après les témoignages de ses camarades de classe, la jeune victime, Aqsa Parvez voulait s’intégrer aux us et coutumes de son pays d’adoption en laissant tomber les signes extérieurs de la religion islamiste.  Hélas, on connaît le dénouement : son propre père l’a sauvagement battue et la jeune fille est morte peu après son arrivée à l’hôpital.

Bon ! Il ne faut pas généraliser, des extrémistes il y en a dans toutes les religions. Dans une entrevue à Radio-Canada, la Fédération des femmes musulmanes a déclaré que «le drame aurait pu survenir dans toutes les familles, de toutes les religions.»

Mais depuis ce drame, les discussions autour de la machine à café, les tribunes téléphoniques et les blogues ne dérougissent pas. 

Il y a les pro-musulmans qui disent que c’est un fait isolé et qu’on a tort d’en parler.  Il y a aussi des Canadiens fort inquiets, comme André Dallaire intervenant sur le blogue de Richard Martineau, dont voici les commentaires :

« (…) La situation est énormément plus sérieuse que vous ne le laissez sous-entendre. Si vous pensez qu'au Québec il y a de la discrimination contre la femme (et il y en a), sans l'avoir vécu, cette discrimination, dans un pays musulman (…) On excise, on circoncise, on mutile, on torture, on flagelle, on coupe des têtes, des mains des pieds, on bat sa femme allègrement (mais pas dans le visage) et,*soupir* tout ça au nom de l'Islam.  (…) Des femmes musulmanes libérées du voile, il y en a et plus que l'on pense; mais elles ont (…) une peur viscérale (issue de leur inconscient collectif) de se faire bousculer, «blackmailer», tabasser, menacer de mort et même tuer! »

Bon, ce citoyen y va un peu fort. À la Commission Bouchard-Taylor dont les audiences ont pris fin ce soir à Montréal, beaucoup de nos compatriotes ont manifesté leurs vives inquiétudes contre l’intégrisme islamiste. L’une d’elles a sérieusement prédit d’éventuels actes terroristes ici.

Mais la mort de Aqsa me hante.  En immigrant au Canada, son père, Mohammed Parvez a mis sa folie meurtrière dans ses bagages. Le sang de cette innocente victime désole tous les Canadiens et il renie leur hymne national : « Et ta valeur, de foi trempée, Protégera nos foyers et nos droits!»  Et parmi les droits des Canadiens, celui de la Liberté, a été anéanti lundi soir dernier à Mississauga.

Je ne suis pas sûr que nos fonctionnaires dans les ambassades canadiennes à l’étranger renseignent bien les futurs immigrants.  Leur disent-ils notamment qu’en choisissant le Canada comme patrie d’adoption, ils devront impérativement respecter la liberté de conscience de tout citoyen, y compris celle de leur progéniture?