Mario Landerman
Mercredi, 14 avril 2010
par Mario Landerman

Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

 

Premier texte

La généralisation dangereuse du Vatican

 

Récemment, deux articles ont été portés à mon attention, lesquels je reproduis ici.  Celui qui m’a fait sortir de mes gonds est ce court entrefilet où on relate la déclaration du cardinal Tarcisio Bertone.  Celui qu’on nomme le numéro deux du Vatican y est allé d’une déclaration à l’emporte-pièce, clamant que l’homosexualité est reliée à la pédophilie dans les récents scandales secouant l’église catholique.


Personnellement, je suis parfaitement capable de mettre le doigt sur le nœud du problème.  Condamner un homme ou une femme à l’abstinence forcée est le plus sûr moyen de désaxer un être humain.  Pourquoi les prêtres et religieuses doivent-ils faire vœu de célibat, sachant bien que ce dernier a des conséquences néfastes pour la santé mentale et sexuelle des individus concernés?


La réponse est si simple, vraiment.  Le tout est une question de sous.  Un prêtre ou une religieuse, de par son célibat, meurt  sans héritiers, ce qui permet à l’église de réaliser de séduisants profits pour garnir ses coffres.  Le mariage des prêtres, dont on parle beaucoup, aurait pour conséquence d’enrayer pas mal de problèmes sexuels, mais aussi de réduire de façon drastique les revenus du Vatican.  Comme toute bonne compagnie capitaliste, une perte de revenus est inimaginable.  Voilà pourquoi l’église ne permettra jamais le mariage des prêtres et des religieuses.


Je suis sidéré de voir l’énorme sapin que le Vatican tente de faire pousser afin de le passer à ses ouailles partout à travers le monde.  Évidemment, on espère que plus ce sapin médiatique est gros, plus il cachera la forêt de scandales pédophiles reliés à l’église.


Malheureusement pour la multinationale dont le siège social est à Rome, c’est peine perdue ; le scandale est bien là, et on ne peut le balayer sous les riches tapis des bureaux du Vatican.  Mais la déclaration reliant les pédophiles aux homosexuels est autrement dérangeante.  Bien sûr, les catholiques aveugles et sourds à tout ce qui n’est parole d’évangile vont continuer à condamner les gais ; ils le font déjà depuis fort longtemps.  Mais la pédophilie est un sujet qui touche les gens bien au-delà de quelques fidèles dans des églises presque vides.


Et cela, l’église l’a compris, au point de prendre le risque calculé de faire cette généralisation dangereuse.  L’homophobie en soi est une réalité avec laquelle doivent composer les gais, à des niveaux plus ou moins élevés.  Ajoutez-y la pédophilie, et voyez la violence reprendre de plus belle.


Je vois déjà les pédophiles hétérosexuels se frotter les mains de satisfaction devant cet état de choses, s’imaginant sans doute qu’on va les laisser tranquilles.  Je n’en suis pas si sûr.  La pédophilie au niveau de l’homme de la rue a déjà prouvé son pouvoir rassembleur et sa capacité de faire fi de toute raison dans le traitement des bourreaux, quelle que soit leur orientation sexuelle.


Cependant, je redoute cette nouvelle arme que l’église vient de donner aux homophobes, partout au monde.  Et c’est ce qui me fait monter aux barricades, pour dire que c’est assez.  Avant que le Vatican se préoccupe de ce qui se passe dans la cour du voisin, il y a un sacré ménage à faire dans la sienne!

 

Second texte


L’autre article contient une perle de connerie au sujet de la pédophilie.  Je cite : «Accuser un membre du clergé revient à accuser Jésus lui-même.»  Raisonnement des plus simplistes, parfait pour les dévôts finis.  Mais juste lire cette phrase, comment ne pas rire devant un raisonnement que toute personne intelligente aurait honte de faire?  De ce que je sais de Jésus à travers l’histoire et les évangiles, il serait le premier à condamner ce prêtre, avec l’aide d’une de ses célèbres paraboles. 


Je tiens d’ailleurs à rappeler aux bons catholiques que Jésus est mort en croix pour satisfaire l’égo des dignitaires religieux à Jérusalem, qui le voyaient comme de la concurrence déloyale.  Égo, concurrence déloyale…ça ne vous rappelle pas le Vatican?

 

©2010, zoneculture.com--Tous droits réservés