Mario Landerman
Jeudi, 4 mars 2010
par Mario Landerman
 

Affiche

Excuse-moi chez Duceppe : Une réalité jetée à la face du public

 

Serge Boucher.  Le dauphin de Michel Tremblay.  Le créateur de la série télé à succès Aveux.  Le dramaturge.  Mais également un homme d’émotions, qui sait sublimement les faire passer au travers de ses personnages.  Excuse-moi en est un bel exemple.
Mettant en vedette Benoît McGinnis, Louison Danis, Michel Dumont et Adèle Blanchard, la pièce, dernière d’une série comprenant 24 poses (Portraits) (2001) et (2007), se concentre sur les parents de François Dubé, personnage central des deux oeuvres précédentes.


Dans Excuse-moi, François confronte ses parents.  Chacun d’eux fait face à sa déchéance personnelle, et pose une question de plus en plus d’actualité : Quel enfant a envie de devenir le parent de ses parents?

Excuse-moi 1


Le père, une composition impeccable et pleine de sensibilité de Michel Dumont, a depuis longtemps sombré dans l’alcoolisme, tandis que la mère, interprétée par une spécialiste des rôles maternels dysfonctionnels, Louison Danis, fait face à ses propres démons, en l’occurrence le jeu.  Chacun d’eux vit dans le déni de ce qui lui arrive.  Blessés et humiliés par la vie, ils réussissent ainsi à s’évader du présent.

Excuse-moi 3


La pièce se passe à deux époques, séparées par dix ans d’intervalle. François confronte d’abord son père, lequel mourra pratiquement sous ses yeux.  Il confrontera ensuite, dix ans plus tard, sa mère.


Les dialogues, savoureux et humoristiques par moments, reflètent bien l’incompréhension occasionnée par le fossé des générations. Par une foule de touches, parfois apparentes, et parfois plus subtiles, on discerne le mal de vivre des personnages.  La conversation ininterrompue de la mère cache entre autres un grand chagrin, comme les dialogues bourrus avec le père dissimulent les blessures que lui a infligées la vie.

Excuse-moi 2


Benoît McGinnis reprend le rôle qu’il a interprété dans les autres volets de la série théâtrale.  Une composition très mature pour un acteur que même des lunettes n’arrivent pas à vieillir de dix ans.  Son personnage de François Dubé réalisera, en confrontant ses parents, qu’il doit agir comme leur guide.


Le quatuor est complété par la présence de la jeune Adèle Blanchard.  Son rôle silencieux, qui est un peu flou, semble à la fois celui de la soeur décédée, un fantôme apparaissant aux événements-charnières de la pièce, et également un fil conducteur entre les différentes parties de celle-ci.  Quoi qu’il en soit, le départ de cette jeune fille a affecté la famille à divers niveaux.

Excuse-moi 5


La mise en scène, signée René-Richard Cyr, est des plus efficaces.  Normal, puisqu’il a également apposé son sceau sur celles de 24 poses (Portraits) (2001) et (2007).  C’est donc dire qu’il connaît bien l’univers des personnages de Serge Boucher.  Moins présent comme comédien de nos jours, Cyr apporte ses lumières de metteur en scène à de très nombreuses pièces.  Je mentionnerai ici uniquement celles parues chez Duceppe : À toi pour toujours, ta Marie-Lou, de Michel Tremblay, Frères de sang, de Willy Russell, et Soudain l’été dernier de Tennessee Williams. Il monte actuellement un «gros morceau», Les Belles-Sœurs, présentées en théâtre chanté (dont il a écrit le livret, les chansons en plus de signer la mise en scène) bientôt à l’affiche dans un théâtre montréalais et tout l’été à Joliette.


Le décor de Réal Benoît est une réussite de fonctionnalité, avec ses scènes roulantes.  Cela donne l’impression au spectateur de voir évoluer les acteurs comme dans une maison de poupées à l’échelle humaine.  La musique d’Alain Dauphinais contribue également à l’atmosphère chargée d’émotions de Excuse-moi.


Une des excellentes pièces de la saison 2009-2010, Excuse-moi mérite de faire carrière plus longtemps que la brève période où elle tiendra l’affiche.  Ceux qui sont confrontés à la réalité moderne de se faire les gardiens de leurs parents trouveront un écho à leurs appréhensions et à leurs doutes.


Excuse-moi, de Serge Boucher.  Avec Michel Dumont, Louison Danis, Benoît McGinnis et Adèle Blanchard.  Mise en scène de René-Richard Cyr.  Au Théâtre Jean-Duceppe de la Place des Arts, jusqu’au 27 mars.


Pour en savoir plus : http://www.duceppe.com/pieces/piece.asp?IDordre=4

 

Photos : François Brunelle 514-937-9746

©2010, zoneculture.com--Tous droits réservés