Daphné Bathalon
Mercredi, 9 mars 2011
par Daphné Bathalon
 

Insomnie

En périphérie d’une insomnie

 

Au beau pays du rêve… le bonheur est un songe. C’est du moins ce qu’il semble pour John F. jeune père de famille et auteur d’un ouvrage pas encore écrit. De nuit en nuit, il cherche l’inspiration et le sommeil, son insomnie récurrente le plongeant dans des souvenirs et projections réels, fantasmés ou déformés. Dans Insomnie, du Torontois Daniel Brooks, on ne sait jamais vraiment à quel moment les évènements appartiennent au rêve ou à la réalité.

Entre John et sa femme Gwen, la passion n’est plus, leur couple bat de l’aile depuis la naissance du bébé. Gwen est hérissée comme un cactus, se fâche pour un rien, refuse tout contact de John, l’insomnie de celui-ci l’empêchant de dormir à son tour. Serions-nous dans la réalité? Puis le frère de John arrive, accompagné de sa femme, sur laquelle John fantasme. La visite de ce frère, qui a l’argent et le succès, s’apparente plutôt à un cauchemar pour John. La limite entre le délire dû au manque de sommeil et la réalité devient alors franchement floue. À l’exception de la trame sonore qui le suggère, rien dans le texte ou le spectacle ne nous donne d’indices à ce sujet. C’est plus tard, quand les évènements sont plus loufoques ou absurdes que la frontière se précise.

La pièce n’est pas sans rappeler Coma Unplugged, de Pierre-Michel Tremblay, montée à La Licorne il y a quatre ans, surtout lorsque John, dans sa fièvre créatrice, donne une conférence sur les protocoles à respecter pour en arriver à la négation de tous les droits. Ce discours s’éparpille joyeusement mais s’étire malheureusement sur la fin. C’est cependant à partir de cet instant que la proposition du Théâtre Niveau Parking devient plus intéressante car plus décalée par rapport à la réalité, par exemple lorsque l’homme se bat contre son insomnie ou lors du souper en famille, hélas plus drôle que véritablement angoissant. En effet, Michel Nadeau mise avant tout sur la touche humoristique et la tension dramatique que sur l’effet d’étrangeté. Il en résulte un spectacle amusant sans être particulièrement captivant. On demeure toujours en bordure de l’insomnie et des perturbations qu’elle entraîne, n’explorant les turbulences qu’en toute fin de spectacle.

 

Insomnie

 

Dans ce cauchemar éveillé, Nicola-Frank Vachon s’en tire plutôt bien, errant en scène comme une âme en peine et se faisant manipuler par son entourage. Normand Bissonnette, plus caricatural dans le rôle du frère de John, déclenche des rires nombreux parmi les spectateurs. Quant aux femmes de la distribution, si Grace (Sophie Martin), la belle-sœur narcoleptique, nous est d’emblée sympathique, la Gwen de Catherine Larochelle crie trop, se révélant désagréable pendant les quinze premières minutes de la représentation. Elle gagne néanmoins en intériorité au fil des scènes. Le ton des personnages change aussi en même temps que leur attitude, selon qu’on verse dans le réel ou le fantasme. La mise en scène de Nadeau laisse d’ailleurs toute la place aux comédiens et au texte, un choix qui sert généralement bien le spectacle. La scénographie elle-même s’efface autour d’eux : des stores horizontaux créent l’effet d’une pièce étroite et profonde, et une petite fenêtre en fond de scène laisse voir le mobile du bébé de John et Gwen, celui dont on parle constamment car il est à l’origine de la déroute du couple, mais qu’on ne voit jamais.

Pour sa 25e saison, le Théâtre Niveau Parking présente des nuits d’insomnie encore un peu trop sages qui ne parviennent pas totalement à nous transporter dans la tête de John F. ; malgré les qualités du texte de Brooks, on demeure en périphérie de sa pensée. Insomnie est cependant une belle occasion de découvrir la dramaturgie anglo-canadienne, peu souvent montée chez nous.

 

Insomnie de Daniel Brooks. Traduction de Maryse Warda. Mise en scène de Michel Nadeau. Avec Normand Bissonnette, Catherine Larochelle, Sophie Martin et Nicola-Frank Vachon.

À la 5e Salle de la Place des Arts jusqu’au 12 mars.

 

Pour en savoir plus : http://cinquiemesalle.com/public/fr/calendar_detail.php?id=104

 

Photos : Louise Leblanc

Vidéo : Place des arts

©2011, zoneculture.com--Tous droits réservés