Mario Landerman
Lundi, 1er juin 2009
par Mario Landerman
 

Affiche

J’aurais voulu être un artiste...  De la rigolade réfléchie!

 

Qui n’a pas un jour eu le rêve de devenir une vedette?  De connaître la gloire, et de se faire reconnaître du public?  Les paillettes des soirs de gala, des tapis rouges, nous font trop souvent oublier l’envers du décor.  En quoi consiste la vie quotidienne des comédiens, des créateurs que nous voyons à la télévision ou au théâtre?  Dans leur quotidien, comment font-ils face à l’échec, à l’envie devant la réussite d’un confrère?  Jusqu’où sont-ils prêts à aller pour atteindre leurs buts?


C’est pour tenter de démystifier le milieu artistique que les Collègues précaires, un collectif d’auteurs,  ont eu l’idée de créer sept courtes pièces, chacune écrite par un auteur aux expériences diverses.  Ils nous donnent  J’aurais voulu être un artiste...  une pièce désopilante en surface, mais qui révèle tant de sentiments humains une fois grattée la mince couche de vernis.  Le doute, l’espoir, l’envie, la cruauté, l’ambition composent la panoplie de sentiments nécessaires à leur survie.

 


Les sept pièces


Le rideau ouvre sur Hystérie de Stéphane E. Roy.  Pendant le tournage d’une publicité, un réalisateur manipule une comédienne afin qu’elle lui donne le résultat escompté.  Une pièce désopilante, autant par la nature du sujet traité, que par le jeu des comédiens.


Windex, de Simon Boulerice, montre deux comédiens au chômage qui décident d’en finir en avalant, vous l’aurez deviné, du lave-vitre.  Selon moi, ce segment est le plus faible du collectif.  J’ai eu peine à m’intéresser au sort de ces deux personnages au bord du suicide.  Cela tient peut-être au moyen utilisé.  Néanmoins, une pointe d’humour absurde en fera sourire certains.


2 p’tites minutes (la loge) de Nico Gagnon, met en scène deux comédiens connus avec un ami tout de suite après la mauvaise pièce de théâtre de ce dernier.  Comment être franc devant un ami comédien, et lui dire que sa pièce est pourrie?  Et c’est alors qu’on se met à patiner, patiner...jusqu’à tomber dans la glace!  Rires garantis du début à la fin!


La cinq : un épisode de télé, de Jean-Marc Dalpé, dépeint la recherche d’une nouvelle idée de scénario par un producteur de télévision et ses auteurs.  Cette pièce illustre bien les intérêts financiers qui ont cours dans le showbiz au détriment des rapports humains.  Pièce à un seul personnage, Normand d’Amour s’amuse visiblement avec le matériel proposé, montre une dentition digne d’un requin, et réussit à faire rigoler en même temps le spectateur. 


Le pacte, d’Annie Girard nous amène dans le quotidien d’un couple de comédiens dont l’un réussit, et l’autre pas.  Une des pièces les plus sérieuses du collectif, ce qui n’empêche point les moments drôles.  Un concept universel, applicable à chacun de nous, gens de théâtre ou non. 


Voulez-vous passer au salon, de Christian Bégin, nous fait voir les efforts d’un homme qui, pour impressionner sa blonde, organise une soirée de théâtre à domicile avec deux comédiens connus.  Probablement ce qui se rapproche le plus d’une comédie burlesque.  Ce qui part d’une bonne idée au fond devient vite tordu par les protagonistes.  On rigole ferme par le transfert de rôles qui s’effectue sous nos yeux.


Les escargots de Maia Loïnaz amène le public dans un restaurant, où un couple discute de la dernière pièce de théâtre qu’ils ont vue.  Une pièce où l’égoïsme est à...hum...l’honneur.  Mais c’est fait avec tellement d’humour qu’on se surprend même à regarder le dénouement avec amusement, même si, au fond, c’est plutôt triste.


Quatre comédiens seulement se partagent tous les rôles de ce collectif.  Normand d’Amour, Marilyse Bourke, Philippe Provencher et Geneviève Alarie, sous la houlette du metteur en scène Philippe Lambert.


C’est à voir!  Un divertissement léger, qui fait réfléchir.


J’aurais voulu être un artiste...  jusqu’au 20 juin au théâtre La Licorne.  Avec Normand d’Amour, Geneviève Alarie, Philippe Provencher et Marilyse Bourke, dans une mise en scène de Philippe Lambert.


Pour en savoir plus : http://www.theatrelalicorne.com/2008/mot.php

 

Photos : Miguel Legault

©2009, zoneculture.com--Tous droits réservés