Sébastien Dion
Lundi, 23 mars 2009
par Royal du Perron

Affiche Le Déni

Le déni : la psycho à la petite semaine



Après avoir raté son mariage et sa carrière, Jenny (Marie-Chantal Perron) consulte une thérapeute prénommée Valérie (Linda Sorgini). À la suggestion de cette dernière, Jenny accuse son père d’avoir abusé d’elle quand elle était enfant. Elle accuse également sa mère de complicité dans le crime.


La pièce indigne le spectateur et soulève un tas de questions sur les jugements du fabuleux monde de la psychothérapie.  Là comme ailleurs, les charlatans peuvent se pointer.  En ce sens, Linda Sorgini rend à merveille son personnage de thérapeute sans scrupule, inventant un passé pour trouver une issue à l’impasse qui la place devant sa patiente.  D’ailleurs, Valérie parle de ses patients en disant «mes clients», ce qui en dit long sur sa pratique médicale.


Les parents de Jenny sont interprétés par Guy Nadon et Louise Laprade.  On comprend mal pourquoi on a habillé la mère en aïeule avec des talons plats, une longue robe et des bas de laine  gris. Un costume d’un autre âge dans cette pièce moderne.  D’ailleurs Louise Laprade n’a pas semblé à l’aise dans les premières scènes.  Et au milieu de la salle, on entendait mal plusieurs répliques tout au long de la représentation. Le merveilleux Guy Nadon émeut lorsqu’il parle le langage du cœur à sa propre fille.   Mais la palme revient à Linda Sorgini, cette Valérie qui peut assassiner sa «cliente» d’un seul regard.


La mise en scène est efficace dans un décor minimaliste et une scénographie épurée.  Le déni est une pièce qui remet en question certaines de nos propres valeurs en remuant certains coins de l’âme qu’on croyait enfouis à jamais dans les ténèbres de l’inconscience.


Le déni de Arnold Wesker, traduction de Geneviève Lefebvre, mise en scène par Martine Beaulne, avec Marie-Chantal Perron, Linda Sorgini, Marie-Ève Bertrand, Benoît Girard, Louise Laprade, Guy Nadon et Isabelle Vincent.


À la salle Jean-Duceppe de la Place des Arts, jusqu’au 11 avril
Billetterie : (514) 842-2112


 Pour en savoir plus : http://www.duceppe.com/accueil.asp


Photos : François Brunelle