10 mai, 2006

Hommage à Mercedes Palomino

par Royal du Perron

Cette année 2006 aura marqué le départ d'une autre grande dame du théâtre.

Ma première pièce de théâtre professionnel, je l'ai vue au Théâtre du Rideau-Vert. C'était au milieu des années soixante. Françoise Faucher et Jean Dalmain brillaient dans Les oeufs de l'autruche d'André Roussin. J'étais charmé par le jeu des acteurs, ébloui par la précison de la technique, renversé par ce miracle rendu possible. Un autre moment exceptionnel offert par ce théâtre aura été le fameux Huis-clos de Jean-Paul Sartre.

Un jour que Madame Brind'Amour me donnait une entrevue radio dans sa loge, « Mecha » qui n'était pas au courant, signala bruyamment son arrivée. C'était un incident comme il en arrive parfois mais on sentait que sa bévue la mortifiait. Les deux pionnières du théâtre étaient perfectionnistes. Elles ont trimé dur et pris des risques pour atteindre des sommets et leur réussite fut éclatante.

Elle ont toutes deux souhaité qu'à leur départ, l'aventure théâtrale se poursuive et nulle autre que Denise Filiatrault n'aurait pu mieux relever le défi.

Je veux à mon tour saluer la détermination de Mercedes Palomino et surtout la remercier d'avoir contribué à nous donner autant de moments de pur bonheur.