Mercredi, 2 juillet 2008
par Royal du Perron

Ma mère, ma sœur et moi…

pour nous rendre meilleurs

Louise vit dans une famille qu’on pourrait dire dysfonctionnelle. Ella a un amoureux qui voudrait l’épouser mais sa situation familiale la porte à hésiter.  Pourra-t-elle quitter sa mère, une veuve acariâtre levant le coude plus qu’à son tour ?  Quant à sa sœur, tout un dilemme se présente car la petite n’est pas tout à fait normale.   Pauvre Louise, dans certains cas, l’amour filial et fraternel est plus fort que tout et il peut conduire à l’ultime sacrifice mais l’amoureux ne l’entend pas ainsi.

C’est un peu le canevas de cette comédie romantique que présente cet été le Théâtre Quatre/Corps à St-Bernard, lieu idyllique s’il en est.  Le texte de Bertin Savard est teinté de touches humoristiques, irrésistiblement drôles mais il amène aussi le spectateur dans des sentiers plus sérieux. 

La Louise de Patricia Tulasne est impeccable. Cette actrice qui tenait le rôle titre dans La Demoiselle sauvage de Léa Pool incarne ses personnages avec un naturel désarmant. Encore ici, elle évolue avec une aisance remarquable. Isabelle Drainville dans la peau de Catherine défend un texte ludique lui permettant de réaliser de bons numéros d’acteur. Simonne, la mère, est interprétée par Suzanne Garceau. Cette comédienne chevronnée a un bon sens du timing.  Cette mère un peu folle en veut encore à son mari décédé des années plus tôt.  Elle se réfugie littéralement dans l’alcool et elle cache ses nombreuses bouteilles un peu partout dans la maison.  Petit questionnement ici : comment peut-elle boire autant et conserver un comportement (langage et gestuelle) aussi sobre du début à la fin ?

Pierre Pinchiaroli campe un Claude amoureux ardent de Louise mais ayant une peur bleue des personnes handicapées. Avec ses prouesses remarquables, ce comédien complet est la révélation de l’été. Rarement avons-nous vu sur scène un comédien avec autant de dextérité corporelle. Il faut dire qu’après avoir gradué du Conservatoire de Montréal, l’acteur très doué est allé apprendre la Commedia dell’Arte chez Giovanni Poli à Venise.

La mise en scène de Sylvie-Catherine Beaudoin, très vivante au demeurant, apporte une belle touche de fantaisie et réussit à procurer de forts bons moments de théâtre.  Même le portrait du père décédé devient momentanément un personnage; belle trouvaille aussi quand ses yeux deviennent de feu.  Une autre belle occasion de se désopiler la rate mais qui a dit que le théâtre d’été se devait uniquement de faire rire?

Ma mère, ma sœur et moi… une pièce qui vous fera du bien. 

Avec Suzanne Garceau, Patricia Tulasne, Isabelle Drainville, Pierre Pinchiaroli

Jusqu’au 16 août 2008, au Théâtre Quatre/Corps

480, boul. d’Youville, Île St-Bernard, Châteauguay

Divers forfaits disponibles dont le fameux souper-théâtre.

Info : (450) 698-3127

Suggestion : arrivez en après-midi pour découvrir cette île magnifique.

Pour en savoir plus : http://www.theatre4corps.ca

Photos : Théâtre Quatre/Corps Vidéos : Mario Landerman