Royal du Perron
Mercredi, 26 août 2009
par Royal du Perron
 

Affiche

Le paradis à la fin de vos jours : Rires garantis


Faut-il le répéter, l’œuvre de Michel Tremblay est considérable? Comme dramaturge, romancier, traducteur et scénariste, il a écrit 26 pièces de théâtre, 3 comédies musicales, 12 romans,  quatre recueils de nouvelles, sept scénarios de films, 23 traductions ou adaptations d’auteurs étrangers, un livret d’opéra et les paroles d’une douzaine de chansons. Quand j’écoutais Rita Lafontaine – seule en scène – livrer son texte avec une telle facilité, je me disais que le prolifique auteur avait dû l’écrire avec autant d’aisance. Mais on le sait, plus ça a l’air facile, plus on y a consacré du temps et du travail.


Voilà t’y pas que Nana, la mère de l’auteur parle d’elle au passé car elle se trouve au paradis depuis plus de 40 ans. Pas facile de monter au ciel et d’y vivre pour l’éternité quand on a comme seul repaire qu’on sera assis à la droite de Dieu (le Père tout-puissant, créateur du ciel et de la terre).  Le metteur en scène, Frédéric Blanchette et son équipe, avaient le défi de créer un ciel sans tomber dans le cliché «d’asseoir» le personnage sur des nuages blancs ou roses.

Scène de la pièce


Le décorateur Olivier Landreville a astucieusement opté pour de simples chaises droites, blanc cassé, disposées asymétriquement à la verticale et à l’horizontale, meublant ainsi tout l’espace scénique tout en créant une atmosphère un peu étouffante. Cette scénographie rejoint aussi l’idée première de l’auteur selon laquelle, on n’est pas tous égaux devant Dieu.  Déçue de ne pas Le voir, Nana imagine que les premières loges ont été accordées aux cardinaux, aux évêques et à tous les membres du clergé. Quant au petit peuple, laissé à lui-même, il poireaute dans cette caricature de paradis. Pourtant, c’est le ciel amenant avec lui sa béatitude éternelle. Mais c’est aussi l’enfer, la peine du dam ne réside-t-elle pas dans la privation de Dieu ?


Les fameuses chaises sont toutes occupées par des personnes invisibles, des membres de la famille de Nana (donc de l’auteur), aussi des personnages ou des acteurs et actrices disparus, qui ont joué dans ses pièces, Sylvie Heppel, Denise Morelle, Lionel Villeneuve, Gisèle Schmidt, Germaine Giroux, la Duchesse de Langeais...


Nana se rappelle avoir reçu la visite impromptue du vicaire réclamant la dîme non payée au montant de deux piastres. Comme elle n’avait pas l’argent, l’homme de Dieu l’avait traitée de «mauvaise chrétienne» l’humiliant ainsi devant son fils de 10 ans.  Ce sont des choses qui ne s’oublient pas, même au paradis. L’auteur, un homme de ma génération, remet ainsi les pendules à l’heure face au clergé qui a dû lui en faire voir de toutes les couleurs.


Moments de grâce quand la formidable Rita Lafontaine rit de bon cœur et prend ses envolées avec la candeur d'une femme simple, intelligente et bonne comme du bon pain.  Si cela vous intéresse de voir des scènes de paradis vues par la lorgnette de notre plus grand dramaturge, hâtez-vous de réserver. Rires garantis du début à la fin.

Équipe de production
L'équipe de production de Le paradis à la fin de vos jours.
On y reconnaît, entourant Rita Lafontaine, Michel Tremblay, Frédéric Blanchette et Denise Filiatrault


Le paradis à la fin de vos jours de Michel Tremblay, avec Rita Lafontaine, mise en scène de Frédéric Blanchette, jusqu’au 29 août au Théâtre du Rideau Vert.

 

 



Billetterie : (514) 845-0267


Pour en savoir plus : www.rideauvert.qc.ca


Vidéos : Mario Landerman
Photo de l'affiche : Angelo Barsetti
Autres photos : François Laplante-Delagrave

©2009, zoneculture.com--Tous droits réservés